Le Baron de Münchhausen vient épater les Torontois

Dixième anniversaire des Indisciplinés

La troupe des Indisciplinés de Toronto pour Münchausen. En haut au centre: la présidente Geneviève Brouyaux.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le casting est complet, les répétitions sont finies. Les Indisciplinés de Toronto présentent à partir du 7 juin leur nouvelle pièce de théâtreMünchhausen: les Machineries de l’imaginaire, de l’auteur québécois Hugo Bélanger. Les représentations se feront au Théâtre Glendon (Bayview et Lawrence), les 7, 8, 13 et 14 juin à 19h30.

La pièce est une histoire fantastique adaptée d’une fable allemande. Elle relate les vraies aventures de la Compagnie Gustave Galimard et fils, et du Baron de Münchhausen. La Compagnie donna des représentations en Europe pendant près de 200 ans, et le Baron était un officer allemand mort en 1797.

La mise en scène sera gérée par Jean-Nicolas Masson, qui a lui-même déjà participé à une représentation des Indisciplinés en 2016.

Dix ans de passion pour le théâtre

Pour la troupe communautaire (quasi-professionnelle), c’est aussi l’occasion de célébrer leur dix ans d’existence. Créée au printemps 2009 par des passionnés d’art dramatique, elle recrute chaque année de nouveaux membres qui participent activement à ses projets, sur la scène ou en coulisses.

Car c’est là la particularité des Indisciplinés: ils accueillent des personnes de tous horizons, qui n’ont pas nécessairement de formation professionnelle en théâtre. Comédiens, accessoiristes, metteurs en scène: chaque talent est le bienvenue.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La troupe fait partie du réseau théâtral francophone de l’Ontario et a reçu en 2011 et 2014 le Prix reconnaissance communautaire, puis en 2016 le prix communautaire Jeanne Sabourin. Ces prix soulignent la réalisation d’un projet artistique et le dynamisme d’une troupe communautaire.

On gagne à connaître Les Indisciplinés

Dans une courriel à la ronde le 3 juin, la présidente Geneviève Brouyaux se dit «franchement surprise» de voir combien de francophones participant à des événements en français ne connaissent pas encore l’existence des Indisciplinés.

«Je comprends que tout le monde ne s’intéresse pas au théâtre… mais j’ai l’impression que depuis 10 ans, nous sommes partout, râbachant notre message à qui veut l’entendre.»

La présentation de l’épopée «fabuleuse et farfelue» de Münchhausen est une occasion de secouer cette apathie, suggère-t-elle. 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur