Retour sur Laurendeau-Dunton : si on avait fait ci, si on avait dit ça…

Trudeau a préféré l'affrontement à l'apaisement

Canada

Valérie Lapointe-Gagnon est professeure à la Faculté Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. (Photo: Far West Productions). Son essai de 376 pages Panser le Canada rappelle les réflexions des coprésidents: le rédacteur en chef du Devoir, André Laurendeau (à droite) et le président de l’Université Carleton, Davidson Dunton.


24 avril 2018 à 17h15

La Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, établie par Ottawa en 1963, a conduit à l’adoption de la Loi sur les langues officielles, la Loi constitutionnelle et la Charte canadienne des droits et libertés, des grands projets de Pierre Elliott Trudeau.

Élu premier ministre le 25 juin 1968, le chef libéral avait toutefois rejeté une orientation qui se dégageait du rapport des dix commissaires, publié la même année, rappelle un nouvel essai sur un moment unique de l’histoire canadienne.

Trudeau et Laurendeau

«Il semblait y avoir un consensus en faveur de réformes constitutionnelles», explique Valérie Lapointe-Gagnon, l’auteure de Panser le Canada – Une histoire intellectuelle de la commission Laurendeau-Dunton, publié le 24 avril. «Mais à partir de l’arrivée de Pierre Trudeau (premier ministre) et de la mort d’André Laurendeau (coprésident de la Commission), le 1er juin 1968, les choses ont changé.»

Il s’était cependant produit une ouverture historique jamais vue – et qu’on ne reverra pas – à un aménagement constitutionnel visant la réconciliation entre le Canada anglais et le Canada français.

Canada «malade»

«On parle énormément à l’époque du Canada comme un corps malade», souligne la professeure d’histoire de la Faculté Saint-Jean (Université de l’Alberta). «Les commissaires à la recherche de remèdes se rendent compte que le temps évolue à deux vitesses.»

«Ça va très vite au Québec, où les choses se bousculent avec la montée d’un nationalisme très revendicateur et la fondation d’un parti indépendantiste… mais très lentement dans l’Ouest où on n’est pas au courant de la gravité de l’insatisfaction québécoise. Lors des premières tournées du pays en 1964, ce qui avait frappé Laurendeau, c’étaient les préjugés.»

Sensibilisation

La Commission veut que les citoyens participent. Plutôt que de procéder par des audiences publiques, elle choisit d’organiser des rencontres de dialogue. Les commissaires vont écouter et expliquer.

«On fait des séances régionales partout au pays», détaille Valérie Lapointe-Gagnon. On demande: «Voulez-vous continuer à cohabiter entre Canadiens français et Canadiens anglais; comment est-ce qu’on peut améliorer les choses?»

C’est ainsi que l’exercice aurait pris la tournure d’une sensibilisation. «Par le travail de terrain, on voit émerger des colloques dans les campus un peu partout, des mini-commissions et des discussions publiques. On invite des Québécois pour échanger. Des groupes d’abord réfractaires se montrent progressivement plus modérés, parce qu’ils sont intéressés à l’Autre.»

Concilier ou confronter?

Les mots-clés Equal Partnership résument les recommandations de la Commission, note l’auteure: «Essayons de faire en sorte qu’être francophone ne soit pas un obstacle à l’épanouissement, proposent-ils, peu importe où l’on habite au Canada.»

Il y avait aussi une ouverture politique: le rêve avoué du premier ministre Lester Pearson évoqué par l’historienne était «d’apaiser les tensions». L’idée fait son chemin au Québec comme ailleurs, mais n’intéresse pas Pierre Trudeau.

L’essai résume ainsi le revirement. «D’une politique plus conciliatrice prônée pendant la majorité des années 1960, le gouvernement est passé rapidement à une politique d’affrontement envers le nationalisme québécois. Plutôt que de composer avec le nouveau visage du Québec et de lui trouver une place officielle dans la Confédération, (…) des politiques ont été mises en place pour normaliser la place du Québec et en faire une province comme les autres.»

Erreur?

L’auteure cite le politicologue Kenneth McRoberts de l’époque. «Cette volte-face radicale a été rendue possible par l’apparition d’un acteur politique nouveau: un francophone du Québec déclare que toute volonté de consentir à un compromis avec le nationalisme québécois est vaine, mal fondée, voire immorale. Il propose plutôt d’incorporer les francophones du Québec dans une nouvelle identité pancanadienne (…) qui repose en partie sur le multiculturalisme, qui doit agir comme ciment de la nouvelle nation canadienne unifiée.»

Était-ce une erreur? Valérie Lapointe-Gagnon trouve difficile de trancher: «On aurait pu faire le contraire et ça aurait pu ne pas fonctionner non plus. Trudeau pensait avoir la solution pour garder l’unité nationale.»

Échecs

Les positions se sont refermées, surtout après les échecs des référendums québécois et des accords Meech et Charlottetown. «Les tensions sont latentes mais ça ne veut pas dire qu’elles ne pourraient pas être réanimées. Il n’y a plus d’enthousiasme pour la réforme constitutionnelle. On ne peut pas dire que ça va mal au Canada.»

L’auteure mentionne la tournée récente du ministre québécois Jean-Marc Fournier pour faire connaître la Politique d’affirmation du Québec et son ouverture à des changements constitutionnels. «On est dans le désintérêt pour parler de la question, on n’a pas ce qu’il faut pour que ça lève.»

Valérie Lapointe-Gagnon aimerait toutefois que ça lève. «On parle toujours des tensions et du divorce mais très peu des efforts de réconciliation. Mon intérêt pour la réconciliation m’a menée vers la Commission.» Les travaux des commissaires demeurent selon elle une référence pour qui s’intéresse aux droits linguistiques et à la santé du pays.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’amour nous aveugle

Jean E. Pendziwol
Une aînée aveugle et une jeune femme délinquante se croisent, puis s’entraident dans une maison de retraite du Nord ontarien.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 9h00

Seuls sur leur île: contacter ou ne pas contacter?

La mort d’un jeune Américain, tué par les habitants d’une île qu’il rêvait «d’évangéliser», a relancé un vieux débat.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 7h00

Nouveau duo à la tête de Viamonde

Sylvie Landry et Pierre Girouard ont été élus présidente et vice-président du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

10 décembre 2018 à 16h30

Le Baron de Lahontan, témoin essentiel de la Nouvelle-France

Yves Breton Un Canadien errant
Spécialiste de l'histoire des grands personnages «méconnus ou inconnus», Yves Breton publie Un Canadien errant, la biographie de Louis Armand de Lom d'Arce, Baron...
En lire plus...

10 décembre 2018 à 15h00

Événements et anniversaires en 2019

Plusieurs événements et quelques anniversaires de taille nous attendent l’an prochain.
En lire plus...

10 décembre 2018 à 13h00

Découverte de la Tour CN, l’une des merveilles du monde moderne

Tour CN
Du haut de ses 533.33 mètres, la Tour CN a été jusqu'en 2009 le plus grand édifice au monde. Offrant une vue unique sur...
En lire plus...

10 décembre 2018 à 11h00

Les Fêtes commencent avec Les voix du coeur!

L'ensemble vocal Les voix du coeur offrira son spectacle des Fêtes le samedi 15 décembre à 14h30 dans l’église du Sacré-Coeur.
En lire plus...

10 décembre 2018 à 9h00

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur