L’Âge des ténèbres, de Denys Arcand: délicieusement troublant


19 mars 2008 à 9h40

À peine l’intense promotion effectuée pour la sortie des Invasions barbares, l’idée de L’Âge des ténèbres avait germée dans l’esprit de Denys Arcand. Le troisième épisode de sa trilogie, débuté en 1986 avec Le déclin de l’empire américain, clôt donc une touchante introspection au coeur de l’être humain menée de main de maître par le cinéaste québécois.

Son mariage est un désastre, sa paternité un rêve avorté et sa vie professionnelle une cinglante désillusion. À bientôt quarante ans, Jean Marc Leblanc (Marc Labrèche) désespère de trouver à sa vie un quelconque attrait.

Son bonheur, il le trouve dans les rêves qui ponctuent son quotidien. Un jour auteur à succès, le lendemain preux chevalier à la conquête de sa belle, ses projections oniriques lui permettent de s’échapper un instant de son triste quotidien fait de redondances. Une solution de renfort, tandis que s’écroule peu à peu son monde réel.

Présenté en clôture du festival de Cannes 2007, L’Âge des ténèbres avait suscité un certain scepticisme auprès de la critique. Jugé parfois lent, dénué de la même profondeur que ses prédécesseurs, il avait été présenté comme un bon film malheureusement décrédibilisé par l’attente dont il avait été l’objet.

Avec le recul, s’il est indéniable que L’Âge des ténèbres n’est pas le chef d’oeuvre que l’on aurait aimé voir poindre, la production de Denys Arcand reste une valeur sûre.

Littéralement porté par la performance de Marc Labreche, L’Âge des ténèbres captive d’emblée son auditoire. Le comédien québécois, habitué du cinéma mais aussi du théâtre et des comédies musicales, surnage dans une composition pourtant loin d’être mauvaise.

Bouleversant de vulnérabilité malgré une certaine capacité de réaction, Jean-Marc renvoie son spectateur à sa propre perception des obstacles de la vie, à sa propre résignation.

Pour donner écho à sa prestation, Denys Arcand a décidé de confier le rôle de Sylvie, la femme de Jean-Marc à Sylvie Léonard. Un rôle taillé sur mesure pour la discrète mais talentueuse comédienne, qui enfile ici le costume d’une femme d’affaire en plein succès professionnel.

Stressée, constamment concentrée sur son travail, Sylvie affiche clairement son choix de mettre de côté sa vie privée, quitte à laisser au bord du chemin mari et enfants. Un personnage à la rigidité quasi-frustrante à l’oeil, qui contraste habilement avec le personnage plus spontané et moins calculateur de Jean-Marc.

Mention spéciale également à Caroline Néron, qui épouse les traits de la tyrannique supérieure de bureau de Jean-Marc. Une fois passé le stéréotype un peu lourd du petit chef odieux, on s’amuse des situations cocasses que la présence d’un tel personnage engendre.

On appréciera également les apparitions de Diane Kruger et d’Emma de Caunes, dont les performances offrent une dimension sensuelle aux fantasmes de Jean-Marc. Les muses de notre rêveur rivalisent de charme tout au long du film.

Techniquement, Arcand n’a pas fait dans le surprenant. Il s’est entouré de la même équipe qui l’avait assisté au tournage des Invasions barbares, soit Guy Dufaux (directeur photo), Isabelle Dedieu (monteuse), Denise Robert (productrice) ou encore François Seguin (chef-décorateur).

Le tout est propre, bien léché, et l’on déplore peu de véritables temps morts. Les plans de caméra, s’ils ne brillent pas par leur audace, s’enchaînent et s’accordent.

Quant au fil du film, il se déroule selon un rythme établi, dont on pourra éventuellement déplorer la linéarité. Rien de catastrophique néanmoins, et il semble même que les coupes franches effectuées par l’équipe de montage après la diffusion à Cannes aient su redynamiser le tout.

Seule l’ambiance sonore a le mérite de véritablement se démarquer. L’orchestre fait montre d’une grande subtilité dans l’interprétation des musiques d’accompagnement qui offrent un cachet tout particulier à certaines scènes.

Avec L’Âge des ténèbres, Denys Arcand livre une partition sans fausses notes, mais à laquelle il manque malheureusement ce petit grain de folie qui transforme les belles histoires en contes éternels.

L’Âge des ténèbres (Days of darkness), de Denys Arcand, en salle à Toronto à partir du 21 mai.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La moitié des Canadiens diminueraient leur consommation de viande

Les Canadiens seraient de plus en plus disposés à délaisser la viande pour se tourner vers des repas aux alternatives végétales.
En lire plus...

19 novembre 2018 à 7h00

L’écriture est toujours une aventure

roman
«Le plus dangereux, c’est pas les cerveaux fêlés qui nous écrivent. C’est ceux qui veulent nous faire taire.»
En lire plus...

18 novembre 2018 à 9h00

Quiz : L’Europe de l’Est

quiz
Ce qu'on appelle l'Europe de l'Est comprend surtout des pays de culture slave.
En lire plus...

18 novembre 2018 à 7h00

Formation en agriculture : le Collège Boréal présent en Haïti

Haïti
Le Collège Boréal est partenaire avec la Fondation Paul Gérin-Lajoie dans un projet pour une socio-économie durable en Haïti.
En lire plus...

17 novembre 2018 à 11h00

Il y a 100 ans, la grippe espagnole frappait la planète

pandemie, épidémie
Saviez-vous que l’on doit la création du ministère fédéral de la Santé à la grippe espagnole?
En lire plus...

17 novembre 2018 à 9h00

Téléphone cellulaire et cancer : pas pire que le hasard

cancer
Une étude aurait apporté «certaines preuves» d’un lien entre le téléphone cellulaire et l’apparition de tumeurs. Mais on n'a pas fait mieux – ou...
En lire plus...

17 novembre 2018 à 7h00

Les Leafs s’en sortent face aux Ducks après un match très serré (2-1)

Les Leafs l'emportent dans la difficulté ce soir face aux Ducks d'Anaheim (2-1). 
En lire plus...

17 novembre 2018 à 0h48

Marché de Noël : trois raisons de s’y rendre!

Alors que les premiers flocons e neige tombaient sur Toronto, le traditionnel Marché de Noel du quartier de la Distillerie ouvrait ses portes avec...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 16h30

Le Beaujolais Nouveau est arrivé au Ricarda’s

Ricarda's
La Fédération Tricolore a réuni une centaine de Français, francophones et francophiles autour d'un cassoulet ce jeudi soir au Ricarda's (angle Peter et Front)...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 15h36

Un conservatisme anglo régressif, mésadapté, ignorant

Assemblée de la francophonie de l’Ontario
L'Ontario français vient de reculer de 20 ans
En lire plus...

16 novembre 2018 à 13h03

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur