L’ADN de l’amour et de la haine

Guy Verville, Falaise, roman, Montréal, VLB éditeur, 2015, 318 pages, 25,95 $.

7 avril 2015 à 9h21

Bien que Falaise soit son quatrième roman, c’est la première fois que je découvre Guy Verville. Le sujet du livre m’a attiré, soit quatre enfants élevés dans l’utopie de la libération sexuelle, qui reviennent à la maison après quinze ans d’absence pour les funérailles de leur père. Chacun découvre qu’il n’est pas facile de faire la paix avec son passé.

Serj, Yvonne, Héloïse et Xavier ont eu des «parents combatifs, jouisseurs, artistes et surtout grotesques».

André et Diane ont élevé ces quatre enfants sans savoir comment les aimer. Ils ont laissé des démons pervers rôder autour, des mensonges s’infiltrer entre les quatre murs et des vérités s’accrocher «dans les placards fermés à clé».

Enfant, Xavier a examiné ses parents par le trou de la serrure; il a trop vu André et Diane «pour les admirer, les comprendre ou les aimer.» Quant aux autres, l’enfance a été un leurre, une mauvaise pensée.

Le testament d’André stipule que ses avoirs ont été placés dans une fiducie. Tous ceux qui prétendent être ses enfants, et qui espèrent obtenir quelque chose, devront passer un test d’ADN. Et l’auteur d’ajouter que «la haine et l’amour forment un chapelet confus d’ADN».

Haine et amour se font constamment écho dans ce roman finement ciselé. L’auteur semble parfois décrire comment un personnage apprend à «homogénéiser son aigreur».

On entend souvent dire que demain est un autre jour, qu’il faut prendre ça «soixante minutes à la fois, et si possible, une shot de gin au quart d’heure!»

Le style de Guy Verville joue sur plusieurs registres: sarcastique, philosophique, poétique, érotique. Il écrit qu’André «préférait voyager, illuminé et guidé par les drogues, titubant sur les aromates du désir en gobant les paroles sinueuses de sirènes saisonnières».

Tel que mentionné plus haut, les enfants ont été élevés à l’époque hippie, à l’ère du peace and love. Le benjamin est un homosexuel bien dans sa peau, toujours prêt à jouir, même avec son frère bisexuel.

Xavier aime raconter ses aventures. Il explique comment, au lieu de faire ça dans les buissons, il aurait pu amener le garçon dans une chambre d’hôtel, «lui faire l’amour en lui promettant qu’ils seraient heureux ensemble toute leur vie. Mais il est plus aisé de vider ses couilles que de désaltérer son cœur.»

Les enfants ont maintenant entre 41 ans et 52 ans. Personne n’est marié. Curieusement, Yvonne et Héloïse rencontrent l’élu de leur cœur lors de ce pénible retour à la maison familiale.

Même si le défunt père semble encore vouloir mettre au pas les survivants, les débordements du cœur échappent à son orchestration d’outre-tombe.

Falaise est un roman de 310 pages sans chapitres, tout au plus des sous-titres à chaque 2, 3, 4 ou 5 pages. Les états d’âme l’emportent le plus souvent sur les rebondissements spectaculaires. Guy Verville s’avère, ici, être un fin psychologue.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le blé est plus complexe que nous

La cartographie du génome du blé devrait accélérer l’identification des gènes importants pour les producteurs. (Photo: Pexels — http://bit.ly/2hkK6iS)
Des gènes importants pour les producteurs.
En lire plus...

Dans un mois, le métro dépassera les frontières de Toronto

metro Toronto York Spadina
Enfin une station au milieu du campus de l'Université York
En lire plus...

17 novembre 2017 à 11h00

Casques bleus: même un petit nombre de femmes est efficace

Patrouille de la Police UNPOL à Tombouctou pour sécuriser la population de la ville face aux menaces terroristes et au  banditisme. L’égalité des sexes devrait devenir partie intégrante de la culture militaire de l’ONU. (Photo : Défense nationale).
Le nombre de Canadiens est à son plus bas depuis 50 ans
En lire plus...

17 novembre 2017 à 10h25

Deux fois plus de pauvreté chez les Torontois de couleur

Un peu plus d'une famille sur quatre serait pauvre à Toronto.
Les enfants de la région de Toronto appartenant à des familles «racialisées» ou «de couleur» ont deux fois plus de malchance de vivre dans...
En lire plus...

16 novembre 2017 à 17h25

Des services d’établissement bilingues à Chatham-Kent

Inauguration officielle du service d'établissement à Chatham ce jeudi 16 novembre avec des représentants du Collège, de la municipalité, de partenaires communautaires et des nouveaux arrivants.
Au Collège Boréal
En lire plus...

16 novembre 2017 à 15h32

Les valeurs autochtones pour un curriculum plus inclusif

Le Wampum (ceinture cérémoniale) est remis à Martin Bertrand, directeur de l’Education du Conseil scolaire Viamonde.
La réconciliation passe par l'éducation
En lire plus...

16 novembre 2017 à 15h00

Quand l’art donne vie aux mots

Shawn Serfas, peintre, Catherine Parayre, auteure, Laetitia Delemare, directrice culturelle de l'AFT.
Pseudo-Fiction à l'Alliance française pendant un mois
En lire plus...

16 novembre 2017 à 13h45

Aux morts pour la paix et la liberté, la TFS reconnaissante

Le consul de France, Marc Trouyet, avec le directeur de la Toronto French School, Josep L. González.
Mettre fin à toutes les guerres: une cérémonie du Souvenir axée sur la réflexion
En lire plus...

16 novembre 2017 à 13h13

La médaille du 150e du Sénat à 12 Franco-Ontariens

La médaille du 150e: au verso l’emblème du Sénat; au recto la Chambre Haute avec le nom du récipiendaire de la médaille.
Guy Mignault et Paul-François Sylvestre parmi les choix de Lucie Moncion
En lire plus...

16 novembre 2017 à 12h38
Brenntag Canada

Adjoint bilingue au crédit – Etobicoke (Toronto)

Brenntag Canada Inc. - Brenntag Canada Inc. est le chef de file de la distribution des produits chimiques spécialisés et courants pour les principales industries ressources et de fabrication au Canada. Comptant plus...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur