L’ACFO-Toronto veut renouer avec l’engagement politique

Le nouveau Conseil d'administration de l'ACFO-Toronto: Tharcisse Ntakibirora, Benjamin Ngoran, Marine Rigal, Marino Miguela, Housseyn Belaouier, Nathalie Nadon, Guy Lucas, le président Constant Ouapo, Richard Kempler.


6 décembre 2017 à 9h58

Un plan stratégique ambitieux, un nouveau conseil d’administration composé de jeunes nouveaux arrivants, l’ACFO-Toronto (Association des communautés francophones de l’Ontario à Toronto) a clôturé sa discrète année 2017 pour mieux ouvrir une nouvelle saison pleine de promesses.

L’enjeu est de taille, puisque le lobby politique des francophones de la métropole peine, historiquement, à s’imposer dans la communauté, contrairement à d’autres associations semblables ailleurs en province affiliées à l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), anciennement l’Association canadienne-française de l’Ontario dont les origines remontent à 1910.

Mais, ce lundi 4 décembre, beaucoup de monde était présent à l’assemblée générale annuelle de l’ACFO-Toronto, dans un édifice à bureaux de la rue Bloor Est, à la bonne surprise de son président, Constant Ouapo.

Celui-ci succède à Fatima Zadra, et on s’attend à ce qu’il soit reconfirmé à la présidence par le nouveau conseil dans quelques jours.

Du monde, des «nouvelles têtes» et surtout un projet inscrit en couleur sur des belles feuilles vernies: le plan stratégique 2018-2023 de l’ACFO a semblé convaincre les personnes présentes.

Plan stratégique

Cette assemblée générale, organisée de concert avec la Fondation franco-ontarienne (FFO) qui faisait là une rare apparition dans la métropole, a permis à l’ACFO-Toronto de définir quatre axes stratégiques.

D’abord l’engagement politique: le président prône un engagement politique clair de l’ACFO afin de ne pas se voir imposer des décisions et des lois dont on ne veut pas. «C’est engagement politique, on le doit aux générations futures, qui verront mieux que quiconque les fruits du travail présent, comme profitent aujourd’hui ceux qui vont dans des écoles francophones, écoles qui existent grâce au combat d’anciennes générations.»

Ensuite, l’ACFO-Toronto prône les connexions aux communautés: l’heure est aux partenariats avec d’autres organismes qui jouent aussi, parfois des rôles politiques dans la francophonie torontoise: Comité français de la Ville, Centre francophone, médias.

Le troisième axe du plan stratégique de l’ACFO-Toronto, c’est «l’intégration socio-économique des renforcements et des capacités», l’objectif étant de contribuer à l’amélioration des conditions de vie et à une meilleure intégration des francophones du grand Toronto.

Un siège social

Enfin, l’ACFO-Toronto veut mobiliser les ressources, et, pour Constant Ouapo, cela commence par un siège social. Le président souligne le fait que de toutes les ACFO de la province, seule celle de Toronto n’a pas de siège social. Selon lui, ce serait la base d’une organisation structurelle qui fait défaut à l’organisme aujourd’hui.

Ces quatre axes ne sont pas que des titres abstraits, puisque, pour chacun, l’ACFO-Toronto a défini des objectifs, des pistes d’action, et des mesures d’impact.

«Nous avons participé à une table ronde réunissant toutes les ACFO de la province, où nous avons beaucoup appris, et reçu des conseils efficaces pour notre développement», explique Constant Ouapo.

Les priorités restent donc de multiplier les partenariats, de trouver des sources de financement, d’établir un siège social pour une meilleure organisation, qui permettrait la présence d’un personnel permanent en plus du réseau de bénévoles.

Les communications de l’ACFO-Toronto laissent aussi à désirer: son site web comprend le nouveau logo adopté l’an dernier, mais il affiche une bannière de la Francofête 2014, son dernier tweet remonte à 2015 et sa dernière intervention sur Facebook date de septembre dernier.

De nouvelles têtes

Outre Constant Ouapo, le conseil d’administration renouvelé lundi comprend Housseyn Belaouier, Marine Rigal, Benjamin Ngoran et Marino Miguela: tous jeunes et arrivés récemment à Toronto.

On retrouve également «l’entrepreneuse artistique» bien connue Nathalie Nadon, qui se revendique aussi comme «francophone de souche». Celle qui a passé sa «seule soirée libre de décembre» à l’AGA de l’ACFO-Toronto» s’est rajoutée à la liste pour «s’investir plus encore dans la communauté», aux côtés des vétérans Richard Kempler, Guy Lucas, qui a vu sa démission lui être refusée, et Tharcisse Ntakibirora.

Les objectifs sont définis, l’équipe est renouvelée, et l’ACFO-Toronto se doit maintenant de poursuivre ce travail de développement de façon concrète et matérielle. Affaire à suivre…

acfo-toronto-2016

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Entre culture et aventure au Honduras

Honduras
le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude...
En lire plus...

17 janvier 2019 à 9h00

Un effet Trump dans la cour d’école?

Trump
Deux chercheurs viennent de publier des résultats inquiétants sur le harcèlement et les insultes à l’école, avant et après la dernière élection américaine.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 7h00

Daniel Mayer, nouveau président de Franco-Fête

Franco-Fête de Toronto
Le président de la Franco-Fête de Toronto, Richard Kempler, a passé le flambeau mercredi soir. C'est Daniel Mayer, secrétaire du CA depuis deux ans,...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 16h59

Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?

Six mois après l’adoption, par le Comité des droits de l’homme de l'ONU, de constatations impliquant le Canada, les 18 pages du document ne...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 13h05

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur