La ville nord-ontarienne d’Espanola: des racines métissées

La papetière Domtar. Photo: archives Le Voyageur
Partagez
Tweetez
Envoyez

Buenos dias. Bienvenidos a la ciudad d’Espanola. Ce sont peut-être les premières paroles exprimées par les enfants d’une femme hispanique au XVIIIe siècle pour saluer les voyageurs qui étaient de passage dans la région de la rive nord du lac Huron.

La ville d’Espanola est une communauté mono-industrielle du Nord de l’Ontario avec un nom qui ne colle pas à première vue à l’histoire de la région — compte tenu de la présence de longue date des Premières Nations et la venue des colonisateurs francophones et anglophones.

Une femme espagnole capturée

Selon la Société historique d’Espanola, une femme espagnole aurait été parmi les personnes capturées lors d’une incursion autochtone dans un territoire détenu à l’époque par l’Espagne — située aujourd’hui aux États-Unis.

Une fois dans le Nord de l’Ontario, elle aurait épousé un de ses ravisseurs et aurait appris l’espagnol à ses enfants.

«Le nom d’Espanola provient d’une vieille histoire. Lorsque les voyageurs ont traversé la rivière Spanish, ils auraient été étonnés d’entendre la langue espagnole parlée par les enfants de cette femme. Ils ont ensuite appelé le village Espagnole [provenant littéralement de la langue et du mot Español]», raconte l’historien, Tim Gallagher.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Dessin de la femme espagnole. Photo: courtoisie Tim Gallagher, Société historique d’Espanola

Le trappeur Louis Espagnole

Ce ne serait pas le seul moment dans l’histoire où des personnes d’origine hispanique ont laissé leurs traces dans la région.

Il y a aussi la famille de Louis Espagnole, qui avait l’habitude d’emprunter la rivière Spanish pour faire de la trappe entre 1700 et 1800.

Selon la société, Louis Espagnole et ses proches montaient cette rivière l’hiver pour récolter des fourrures avant de revenir l’été pour vendre leurs stocks.

Louis Espagnole. Photo: courtoisie Tim Gallagher, Société historique d’Espanola

5000 habitants

La ville d’Espanola — comme on la connaît aujourd’hui — a été fondée au début des années 1900 et a été incorporée en 1958. Elle est située à 70 kilomètres à l’ouest de Sudbury et compte près de 5000 résidents.

La langue espagnole n’est peut-être plus utilisée aussi couramment qu’elle l’était il y a quelques siècles à cet endroit, mais la communauté demeure néanmoins fière de son héritage pluriculturel.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On retrouve deux autres collectivités dans la région qui rendent hommage à ces personnes espagnoles, soit le Canton de Sables-Spanish Rivers et la ville de Spanish.

Moments marquants d’Espanola

1899 à 1905 – Construction de la papetière et du barrage hydroélectrique

1929 – Fermeture temporaire du moulin

1940 à 1943 – Camp de prisonniers de guerre

1943 – Rachat de la papetière par la compagnie Kalamazoo Vegetable Parchment du Michigan

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

1963 à 1964 – Premier match dans l’histoire de la ringuette disputée à l’aréna d’Espanola

1988 – Ouverture du nouvel hôpital d’Espanola

1998 à 2000 – Développement et ouverture de l’École secondaire catholique Franco-Ouest

1999 – Ouverture du nouveau centre récréatif

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur