La vie est nomade pour Mila Younes


16 juin 2009 à 15h25

Après avoir publié Ma mère, ma fille, ma sœur (2004), Mila Younes poursuit son récit autobiographique avec Nomade, un autre pan de son vécu de femme assoiffée de liberté. Née à Paris en 1953, de parents algériens, Mila Younes arrive au Québec vingt-cinq ans plus tard. C’est sa vie nomade dans l’Est et dans l’Ouest du Canada que raconte Nomade.

Femme berbère, Mila Younes est loin d’être soumise aux valeurs traditionnelles qui relèguent les femmes à un rang subalterne, voire à une oppression institutionnalisée. Même si elle a accepté le mariage arrangé par ses parents, Mila s’est révoltée contre l’oppression de sa belle-mère, a quitté son mari et son fils, s’est mis à dos son père et, surtout, sa mère. Tout cela nous a été raconté dans Ma mère, ma fille, ma sœur.

Nomade commence avec l’arrivée de Mila a Québec en 1978. À partir de ce moment-là, elle s’embarque dans une remise en question et une réflexion sur son identité. Elle se demande si elle arrivera jamais à se soustraire aux traditions de ses racines berbères. Tout le livre est «un voyage sur une route déconcertante».

Mila Younes découvre le Québec sur le pouce, y rencontre Marc-Alexandre, l’épouse et met au monde une fille. Elle écrit pourtant que «les malheurs se sont succédés les uns après les autres depuis mon arrivée au Canada.» Peut-être est-elle trop fixée sur son arbre et incapable de voir la belle forêt qui l’entoure… Chose certaine, Mila Younes examine son vécu sous toutes ses facettes et nous en donne des descriptions détaillées, voire fastidieuses, qui rendent parfois la lecture de Nomade ennuyeuse.

Ce récit nous fait découvrir une femme qui a une immense soif de liberté. Mila affirme d’ailleurs qu’il lui est impossible de vivre mariée toute une vie avec la même personne. Femme qui refuse de vivre en circuit fermé, Mila cherche constamment à élargir ses horizons. Et c’est l’écriture qui lui sert d’exutoire. «Elle m’aide à percevoir le monde intérieur, à réfléchir et à regarder avec courage ce qui se manifeste.»

Je dois avouer que j’ai eu l’impression, au cours de ma lecture de Nomade, que Mila Younes avait une très (trop) haute estime de son vécu. Elle écrit moins pour réfléchir que pour s’assurer que personne ne changera son histoire et l’analyse qu’elle en fait.

Il n’en reste pas moins que ce témoignage vibrant de Mila Younes, nourri par la solidarité des gens qui croisent son chemin, trace les jalons d’une authentique recherche de liberté, la sienne et celle qu’elle souhaite pour tous les peuples. Mila Younes ose, elle apprend à vivre autrement que selon les diktats de sa culture d’origine et, tout en allant à la rencontre des peuples autochtones (côte Ouest du Canada), elle part en quête de son identité véritable.

Mila Younes, Nomade, suite de Ma mère, ma fille, ma sœur, récit autobiographique, Ottawa, Éditions David, 2008, 352 pages, 22,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur