La rentrée scolaire peut soulever de la peur et de la dépression

Pour en finir avec le tabou et la stigmatisation sur les troubles de santé mentale

Dessins d'enfants


6 septembre 2018 à 17h23

À titre de formatrice certifiée en cours de premiers soins en santé mentale, je suis très sensible au fait qu’une personne sur cinq au Canada éprouvera un problème de santé mentale cette année. Oui, reconnaissons l’éléphant dans le salon! Les problèmes de santé mentale sont courants.

Malheureusement, nos jeunes ne sont pas épargnés de ces problèmes de santé mentale. En fait, les estimations démontrent le même ratio identifié chez les adultes, c’est-à-dire jusqu’à 20%.

Et nombreux sont les autres enfants qui présentent des troubles affectifs et des problèmes de comportement plus légers, mais tout de même significatifs.

La fébrilité de la rentrée

Avec la rentrée scolaire, je ne peux m’empêcher de penser à tous ces jeunes qui se préparent pour l’école, certains avec fébrilité et d’autres cependant, avec anxiété.

Tellement de changement les attendent: nouveaux amis, nouveaux enseignants, peut-être même une nouvelle école! La majorité de ces jeunes vivront ces nouvelles situations avec résilience et flexibilité. Ça sera pour eux une belle aventure!

Pour certains jeunes, l’aventure sera moins intéressante. L’idée de la rentrée peut même soulever des peurs de séparation, des sentiments d’anxiété ou encore, de dépression.

Parents, grands-parents, enseignants, éducateurs soyez alertes aux changements de comportement qui peuvent être un signe qu’un jeune a besoin d’un soutien supplémentaire.

Ça se soigne

La bonne nouvelle, c’est que les troubles mentaux peuvent être traités. Il existe de nombreuses approches pour aider un jeune qui vit un problème affectif ou mental.

Cependant, il est crucial de les dépister rapidement et de leur venir en aide. Ceci peut faire toute la différence dans le développement d’un jeune.

Un des cinq gestes de base qu’on enseigne dans les cours de premiers soins en santé mentale, celui «d’écouter sans porter jugement», devient très précieux dans l’ensemble des gestes qu’un adulte peut poser auprès d’un jeune.

Conseils aux parents

En fait, ce geste fait aussi partie d’une liste de conseils destinés spécialement aux parents qui s’inquiètent d’un changement de comportement chez leurs enfants :

– Parlez à votre enfant de vos inquiétudes. Évitez d’utiliser la confrontation. Écoutez attentivement ce qu’il dit.

– Prenez rendez-vous avec votre médecin de famille et discutez du problème. Le changement de comportement peut avoir une cause physiologique.

– Demandez aux enseignants, gardiennes, amis et famille s’ils ont remarqué des changements chez votre enfant.

– Allez rencontrer le conseiller de votre école, lequel pourrait être en mesure de référer votre enfant vers les services de consultation appropriés.

Relations saines

Les pédiatres canadiens offrent aussi des pistes intéressantes à la question: «Comment puis-je veiller au bon développement de la santé mentale chez un jeune?»

– En l’aidant à bâtir de saines et solides relations : passez un peu de temps ensemble à table, tous les soirs.

– En l’aidant à développer une bonne estime de soi, afin qu’il se sente bien dans sa peau: faites preuve de beaucoup d’amour et d’acceptation.

– En l’écoutant et en respectant ses sentiments.

– En créant un milieu familial rassurant et positif : donnez l’exemple en prenant soin de votre propre santé mentale.

– En l’aidant à régler ses problèmes face à des situations difficiles : évitez de tout prendre en charge.

Le privilège d’être une mamie

La santé mentale des enfants et des jeunes est la responsabilité de tous. Ces enfants dépendent de nous pour leur mieux-être.

Je me sens privilégiée de pouvoir contribuer à la santé mentale de mes petits-enfants quand je peux.

Le temps que je passe avec eux m’est précieux: j’apprends beaucoup de leur spontanéité, de leur candeur, de leur générosité de cœur.

Selon moi, ce qui est encore plus important, est ma contribution à leur bonne estime de soi, car l’amour d’une mamie est inconditionnel!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur