La passion de Gareth


14 octobre 2008 à 15h17

Mardi dernier, dans la Galerie Glendon de l’Université York, situé au 2275 avenue Bayview, un large groupe de personnes s’arrêtaient, dès l’entrée, pour regarder une vidéo des plus étranges. Un homme rampant de tout son corps, le long de la rue Queen, avec un champ placé sur le dos. Il s’agissait en réalité d’un vernissage qui présentait une exposition singulière, Pénitence et Dévotion. Une exposition composée de ladite vidéo mais aussi de peintures, le tout réalisé par un seul et même artiste, Gareth Bate. Celui qui fut choisi par la Galerie Glendon pour inaugurer sa nouvelle saison culturelle.

Dans la vidéo, ce qui est saisissant, c’est de voir la réaction de passants, certains indifférents, d’autres soucieux de voir cet homme tirer son corps de la rue Soho à l’avenue Spadina. Plusieurs ne parviennent guère à dissimuler leur amusement aussi. Quelques-uns brandissent leur cellulaire et le prennent en photo. Mais le geste de cet homme n’était pas tant d’amuser les piétons que de les interpeller sur une toute autre problématique. «Je me sentais dépassé par l’accumulation des problèmes environnementaux et aussi impuissant dans mon action. J’ai donc réalisé cette vidéo qui est une autopunition, ma façon de montrer ma culpabilité face à cette dévastation», explique l’artiste.

Le port d’un champ, accompagné d’un titre tel que Pénitence, rappellerait pour nombre d’entre vous le port de croix de Jésus. Bien que l’artiste n’eût pas pour intention d’imbiber son travail dans le religieux, son dessein n’en était pas moins de reprendre le message de souffrance de cet épisode biblique. «C’est davantage le symbolisme que j’ai voulu retranscrire, la souffrance, la culpabilité et surtout l’humiliation», décrit M. Bate.

Sur les hauts murs blancs de la galerie, de grandes et petites peintures de la série Lamentations y sont exposées. Les thèmes redondants de nature et de destruction y sont dépeints de manière sombre et pessimiste. Et pourtant si l’on y regarde de plus près, ces champs sont sillonnés à chaque fois d’un sentier tortueux mais bien présent. «Le foisonnement de l’herbe donne cette impression d’y être et le petit chemin que j’ai peint inconsciemment est un message d’espoir dans la peinture», poursuit-il.

Un détail encore qui retient l’attention est certainement les lieux où ces paysages ont été peints. Non pas imaginaires ou lointains, ils sont voisins pour nombre d’entre eux. Gareth a ainsi peint quelques pièces de la série Lamentations au Grenadier Pond situé à High Park.

Les autres peintures exposées représentent pour la plupart des champs de North Lake et Kings County de l’île du Prince Edward. Devant ces deux genres différents, peu restaient insensibles. Parmi, les personnes présentes au vernissage, Stéphanie et Noam, tous deux étudiants de Paul Ceurstemont. «Bien que je trouve la vidéo très intéressante et très créative, je pense que je préfère quelque chose que je peux interpréter comme la peinture. Je suis plus classique, peut-être. Mais je pense que la peinture est plus complexe à réaliser», partage Stéphanie. «La vidéo est bien trop abstraite pour moi. Je n’aurais rien saisi sans les explications de l’artiste. J’avoue aussi que je ne creuse pas très profond quand il s’agit d’art», dit pour sa part Noam.

À l’autre bout de la galerie, un autre groupe tenait un avis tout à fait différent. «J’ai vraiment aimé la vidéo. C’est un art vivant et c’est très original. Je n’avais jamais vu ce genre d’art avant et je trouve ça très intéressant. Dans la peinture, je trouve que le message est moins clair, chacun l’interprète à sa manière», soutient Marieta. «Je trouve que le message de culpabilité est plus manifeste. On peut le voir dans la douleur que dégage son visage et dans sa position rampante», joint Candida. Devant de telles réactions, on comprend mieux pourquoi plusieurs disent que les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Pourtant, avouons qu’elles sont bien intéressantes les discussions de l’exposition Pénitence et Dévotion.

Pour celles et ceux que cela interesse, l’exposition se tiendra à la Galerie Glendon jusqu’au 1er novembre.

Info: www.garethbate.com

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Grosse fin de septembre franco à Toronto

Jean-Pierre Ferland lance le festival Francophonie en fête le 22. Gabrielle Goulet fête le Jour des Franco-Ontariens le 25. Robert Charlebois est à Markham le 28 et à Toronto le 29. Tifane fait partie de la Nuit africaine le 30.
L’agenda des francophones et des francophiles du Grand Toronto est plein ces deux prochaines semaines: festival Francophonie en Fête, anniversaire du Collège français, Jour...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h22

TIFF 2017: des cris dans les salles obscures

Downrange
Suite à la suppression, pour l’édition 2017 du Festival international du film de Toronto, de deux programmes du festival international de Toronto, dont Vanguard,...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h10

Musique Extravaganza Afro-Caribéenne

elage
À l’image d’un repas gastronomique aux mille et une saveurs, la Nuit Africaine viendra clôturer en beauté une délicieuse 12e édition du festival Francophonie...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h09

Édouard et les maisons de bouteilles

La première maison de bouteilles d’Édouard a été construite en 1980. (Photo: Sandra Dorélas)
Île-du-Prince-Édouard
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h07

Les sucres naturels ne sont pas meilleurs que les sucres raffinés

Ce n’est pas la nature du sucre qui fait la différence, mais bien la quantité totale de sucre qu’on consomme. (Photo: Monika Adamczyk | Dreamstime)
Il y a plusieurs mythes entourant les sucres qui dérangent Catherine Lefebvre. Au point où la nutritionniste a dédié un livre entier à ce...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h02

Un tour du monde de la francophonie à TV5

tv5
25 heures, 23 destinations, 5 continents
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h00

Le rôle très stratégique d’une première ministre

Rachel Notley, présidente du Conseil de la fédération et Première ministre de l'Alberta. (Photo: Connor Mah - https://www.flickr.com)
Tribunaux albertains: on peut employer le français dans les communications verbales... mais pas écrites
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h59

Islamophobie? Non, véritéphobie!

Le président Donald Trump et son épouse Melania avec le roi  Salman et le président égyptien Abdel Fattah Al Sisi. (Photo: Maison-Blanche)
L’État islamique continue de frapper. Que faire?
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h58

Des coffrets pour monter votre propre exposition

Gustav Klimt. Éditions Taschen, 2017, coffret d’affiches (16 tirages sous coffret), 25,4 x 33 cm.
Les éditions Taschen, comme cela ressort des nombreux articles de L’Express qui mentionnent leur nom, se consacrent à la promotion d’œuvres artistiques ou de...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h57

La drogue pimente deux romans américains

Elin Hilderbrand, À nous, roman traduit de l’anglais par Perrine Chambon, Paris, Éditions JC Lattès, 2017, 414 pages, 29,95 $. 
David Swinson, La Fille de Kenyon Street, roman traduit de l’anglais par Mireille Vignol, Paris, Éditions Calmann-Lévy, 2017, 354 pages, 29,95 $.
Qu’arrive-t-il quand le testament d’un grand chef cuisinier stipule que ses trois épouses doivent souligner sa mort en répandant ses cendres ensemble et qu’elles...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h56

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur