La marijuana n’est pas «douce» pour le cerveau des jeunes

Une alternative santé: le sport

cannabis-joint

4 février 2019 à 11h00

Le 17 octobre dernier, le gouvernement du Canada a légalisé le cannabis récréatif, devenant ainsi le premier pays du G20 à franchir ce pas.

Les avis sont très partagés au sujet de cette promesse électorale du premier ministre Justin Trudeau, et pour cause. Est-ce que la marijuana est aussi inoffensive qu’on le prétend? Quels en sont les effets, surtout sur les jeunes de moins de 24 ans qui, après les personnes âgées entre 25 et 34 ans, en sont les plus grands consommateurs?

25% des jeunes

D’après les statistiques les plus récentes, le Canada compterait le plus grand nombre de consommateurs de cannabis au monde après l’Islande, les États-Unis et le Nigeria. Les jeunes Canadiens ne sont pas en reste: près de 25% des Canadiens âgés entre 15 et 24 ans ont déjà consommé du cannabis.

On pourrait se demander ce qui pousse une jeune personne à prendre du cannabis. Les raisons sont multiples. Bien des adolescents pensent que la marijuana est moins dangereuse que d’autres drogues, comme l’alcool. Certains en consomment lors d’une fête pour faire comme tout le monde. D’autres en prennent pour se déstresser ou parce qu’ils s’ennuient.

Les effets néfastes sur le cerveau

Dire que la marijuana est moins nocive que l’alcool n’est pas tout à fait exact, car les effets du cannabis sur les fonctions cognitives (surtout la mémoire, l’attention, le langage,  le raisonnement, la vision et l’imagerie mentale visuelle) seraient plus graves que ceux de l’alcool.

Ces effets comprennent entre autres:

• l’anxiété intense et de la panique;

• le manque de concentration;

• des trous de mémoire (surtout la mémoire de travail ou à court terme);

• des réflexes plus lents (extrêmement dangereux derrière le volant);

• le risque de dépendance;

• le développement de symptômes de tolérance et de sevrage comme la dépression, l’insomnie, l’anxiété et des troubles de l’appétit;

• le risque d’intoxication;

• la possibilité de développer des troubles psychotiques;

• la possibilité de consommer d’autres drogues.

marijuana

Le cerveau des jeunes est à risque

Avant que le cerveau n’atteigne sa maturité vers l’âge de 25 ans, il passe par plusieurs étapes-clés. C’est pendant cette période que sont développées les régions responsables de la prise de décisions, du jugement, de la planification et de la résolution de problèmes.

Ce sont précisément ces régions qui sont les plus vulnérables aux effets du cannabis.

Le marijuana agit aussi sur les récepteurs chimiques situés dans des zones associées à l’apprentissage, la compréhension, l’acquisition d’habitudes, l’organisation, la motivation, la recherche de récompenses, la prise de risques, l’inhibition, le raisonnement perceptuel et les fonctions motrices.

Comme le cerveau de l’adolescent est en pleine croissance, certains chercheurs croient que le cannabis pourrait affecter négativement les différents aspects de sa personnalité, provoquant ainsi des troubles psychologiques.

Un lien entre le cannabis et la maladie mentale

Plus la consommation de marijuana est précoce et fréquente, plus le raisonnement et le comportement de l’utilisateur sont affectés.

C’est souvent à l’adolescence que se déclare la maladie mentale et que les jeunes s’initient au cannabis. Un lien réel existe entre les deux phénomènes, même si les scientifiques ne savent pas encore si les jeunes qui consomment régulièrement avaient déjà un trouble mental latent ou si ces troubles sont le résultat de la consommation de la drogue.

Quoi qu’il en soit, il paraît que la marijuana aurait un effet négatif particulièrement sur les jeunes souffrant déjà d’une maladie mentale. Elle serait liée à l’apparition précoce de la psychose en plus d’être un facteur de risque dans le développement de la schizophrénie.

Dépendance et impact sur le corps

Certains jeunes croient que la prise de cannabis ne produit pas de dépendance. Pourtant, les faits parlent d’eux-mêmes: 17% des jeunes consommateurs développeront une dépendance psychologique et physique au cannabis.

Si les risques pour le cerveau ne sont pas négligeables, ceux pour le corps sont tout aussi importants. Avec plus de 400 produits chimiques dans une seule plante et bien des hydrocarbures cancérigènes (la fumée de marijuana en contient entre 50% et 70% de plus que la fumée de tabac), le cannabis accélère le rythme cardiaque, rend l’utilisateur plus vulnérable aux infections pulmonaires et affaiblit le système immunitaire.

Des études révélatrices

Une étude réalisée en 2014 par l’université de Dallas aux États-Unis auprès d’un groupe de consommateurs de cannabis a fait état de la diminution de la matière grise du cerveau (la partie qui reçoit les messages et les traite) dans une région impliquée dans la motivation et la prise de décisions.

Les fumeurs qui avaient commencé à consommer dans leur jeunesse étaient les plus touchés. Éventuellement, la matière blanche (celle qui permet la communication entre les différentes parties du cerveau) était aussi atteinte.

Une autre étude à été réalisée par le CNRS, le Centre national de la recherche scientifique en France. Les scientifiques ont découvert que le THC, l’ingrédient actif du cannabis, se fixe sur certains récepteurs des neurones et agit sur leur forme et leur croissance. Les neurones se rétractent, affaiblissant ainsi leur connectivité.

Une étude néo-zélandaise, étalée sur 25 ans auprès de 1 000 fumeurs réguliers âgés entre 13 et 38 ans, a constaté carrément une baisse du QI, parfois de 8 points.

Une option plus santé: le sport!

Chose étonnante, le corps humain possède déjà des molécules semblables au THC: les endocannabinoïdes . Ces structures peuvent traverser la barrière sang-cerveau et interagir avec des protéines présentes dans le cerveau et le système nerveux.

Lorsque les molécules entrent en contact avec les récepteurs cellulaires CB1 du système endocannabinoïde, elles produisent un état euphorique similaire à celui produit par le cannabis. L’exercice physique augmente le taux d’anandamide, une des deux molécules endocannabinoïdes.

C’est ce neurotransmetteur qui serait à l’origine de ce qu’on appelle «l’euphorie du coureur», cet état d’extase des adeptes de la course à pied, attribué autrefois, à tort, aux endorphines.

Quant à la marijuana, un phytocannabinoïde (phyto = plante), elle inonde tout le système endocannabinoïde du corps humain et l’empêche de fonctionner comme il se doit. Elle détruit les neurones au point d’en perturber leur fonctionnement, ce qui produirait des troubles mentaux.

Elle peut aller jusqu’à modifier la structure du cerveau et ainsi altérer ce que pense et ressent la personne qui en consomme.

Conclusion

Si la marijuana récréative est maintenant légale au Canada, elle n’est pas une substance bénigne, surtout pour les adolescents.

Par contre, le sport peut représenter une solution de rechange intéressante pour qui veut se déstresser ou se désennuyer. Il produit un état euphorique semblable à celui du cannabis sans tous les inconvénients de ce dernier. Enfin, c’est une belle activité sociale lorsque pratiquée en équipe.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur