La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018. Le projet de loi sur lequel planche le député Bill Blair (l’ancien chef de la police de Toronto!) serait déposé sous peu.

Les Libéraux avaient promis une telle évolution de la législation; ils tiennent parole. Ce n’est pas comme la réforme du système électoral, beaucoup plus complexe et controversée, qu’on a eu raison d’abandonner, du moins pendant ce premier mandat.

Et décriminaliser est plus facile, normalement, que criminaliser: on est censé éliminer diverses dispositions du Code criminel et relâcher des condamnés, plutôt que rédiger de nouvelles lois et surveiller, arrêter, juger et enfermer du monde.

Je parierais que les Libéraux ne résisteront pas à la tentation d’ajouter une nouvelle couche de bureaucratie en décriminalisant la marijuana, ne serait-ce que pour rassurer les sceptiques et limiter les retombées politiques négatives. Mais rendons à Justin ce qui revient à Justin: la réforme est nécessaire; elle l’était depuis des décennies.

Surtout, c’est une question de principe: l’abus ou seulement la consommation occasionnelle de marijuana (même, à mon humble avis, l’usage d’hallucinogènes et de drogues plus «dures» comme l’héroïne, la cocaïne et les anti-douleur) est un problème de santé, pas de justice. C’est un «crime» qui ne fait pas d’autres «victimes» que le «criminel» lui-même, comme d’ailleurs la prostitution et le jeu, qu’on devrait aussi laisser tranquille.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La prohibition du «pot», depuis la seconde moitié du 20e siècle, a été aussi inefficace que celle de l’alcool aux États-Unis de 1919 à 1933… sauf pour le crime organisé, toujours trop heureux de jouir du monopole des produits et services interdits par les gouvernements moralisateurs. La «guerre à la drogue», popularisée par le président Richard Nixon, participe au complexe militaro-industriel et à l’État policier qu’on cherche à dégonfler.

Donc «légaliser»? Oui, bien sûr, merci. Que la police se trouve de l’ouvrage plus utile et que la mafia et les terroristes fassent moins de profits. Et comme pour la normalisation de l’avortement et du mariage gai, on ne reviendra pas là-dessus, malgré ce qu’en disent certains candidats à la direction du Parti conservateur.

«Réglementer»? Il le faudra: comme pour l’alcool et le tabac, des produits en vente relativement libre, mais qui sont associés à divers problèmes de santé et à des problématiques sociales comme la violence et la pauvreté.

Cette tâche incombera aux provinces. C’est comme ça au Canada: le Code criminel est fédéral, son application est provinciale. Le gouvernement de l’Ontario a déjà indiqué que ce n’est pas la LCBO qui vendra aussi du cannabis, ni les pharmacies sauf pour les prescriptions. Le plus simple serait d’autoriser les boutiques et cafés spécialisés.

«Restreindre» l’accès à la marijuana, notamment aux plus jeunes? C’est de la propagande: la vente d’alcool et de tabac est interdite aux moins de 19 ans (je ne suis pas contre), mais les plus déterminés réussissent facilement à s’en procurer. Ce sera pareil avec le «pot».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’alcoolisme et le tabagisme font des ravages. On ne veut tout de même pas promouvoir la consommation de cannabis alors qu’on décourage celle du tabac. De plus en plus de gens comprennent qu’il convient de boire modérément, notamment pour éviter de prendre le volant d’un véhicule avec les facultées affaiblies. La même logique devra s’appliquer à la marijuana et à d’autres drogues.

Peut-être (ou peut-être pas) à cause de nos campagnes de dissuasion et de nos lois protégeant les non-fumeurs, de moins en moins de gens fument. Rien n’indique que la libéralisation du commerce et de l’usage de la marijuana fera exploser le nombre de «poteux».

L’inactivité physique et la dépendance affective associées aux interactions sur les réseaux sociaux risquent de nuire bien davantage aux jeunes que la consommation occasionnelle de cannabis. Pourtant, aucun politicien, même le plus populiste, ne propose de leur ôter leur téléphone ou de les forcer à faire du sport. Ça s’appelle le respect de la liberté et de la responsabilité individuelles.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur