La Madone de Laroque a trouvé son maître

La Madone de Laroque, de Léonard de Vinci.

La Madone de Laroque, de Léonard de Vinci.


11 avril 2017 à 0h06

Si l’on fait un petit retour en arrière, on trouve dans L’Express du 1er septembre 2009 un article intitulé Un tableau mystérieux. Vu la date de publication de cet article, il est sans doute bon de rappeler les grandes lignes d’une étrange découverte.

C’est celle d’un petit tableau représentant une vierge et deux enfants, appelé communément La Madone de Laroque, du nom de l’agglomération où se trouvait à l’origine cette œuvre d’art. Et c’est par l’intérêt qu’il a suscité que ce tableau a trouvé ses détenteurs actuels.

Trois amis, amateurs d’art, ont acheté en octobre 1998 un petit tableau sans prétention chez un brocanteur du village médiéval français de Laroque. Le tableau valait alors 1 500 francs (environ 350 $), mais «la lumière particulière de cette Vierge aux deux enfants avait attiré l’œil de trois amateurs d’art».

Après avoir acheté le tableau, à force de l’observer, ils ont conclu que manifestement cette œuvre était très ancienne. Commence alors leur enquête passionnée pour tenter d’en retrouver l’auteur, une enquête de longue durée qui a mis des années pour aboutir. Comment découvrir le grand maître pouvait bien être l’auteur de cette œuvre aux qualités artistiques si remarquables.

Léonard de Vinci?

Le tableau qui a subi les dommages du temps, et n’a pas fait l’objet de beaucoup de précautions dans ses pérégrinations, est un panneau de peuplier d’une seule planche de 48 x 59 cm. Pour apposer sa peinture «a tempera» l’artiste a choisi de recouvrir le bois d’une fine toile de lin. C’est un indice qui oriente vers Léonard de Vinci et son école.

Le tableau représente la Vierge assise, tête penchée, qui allaite son enfant, couché sur ses genoux, jambes croisées, tandis que Jean-Baptiste se tient debout à leurs côtés. La main droite de Marie soutient l’enfant, la gauche est posée sur les épaules de Jean.

L’enfant est nu, la Vierge est habillée d’un corsage «transparent», d’une robe sans doute rouge, et d’un manteau bleu à la doublure jaune. Jean est revêtu d’une tunique gris-bleu. Des spécialistes ont d’abord noté que l’œuvre évoque des compositions léonardiennes (de Léonard de Vinci) ou léonardesques (élèves, imitateurs).

Le tableau a été restauré en 2013-14 dans l’atelier parisien de Cinzia Pasquali, une sommité dans son domaine. Cette Italienne a en effet acquis une réputation mondiale de «médecin des chefs-d’œuvre de l’art».

Expositions

La Madone a déjà été exposée. En novembre 2006 elle était à Vinci dans l’église Santa Croce où le grand maître Léonard a été baptisé en 1452. Fin novembre et début décembre 2007, elle était exposée à Chieti, dans les Abruzzes italiennes, dans un musée de la ville.

En juillet et août 209, elle était au Japon, exposée pendant 45 jours au dernier étage de la tour Fuji à Tokyo, dans une petite cage en verre sécurisée et climatisée, que des milliers de Japonais curieux sont venus regarder. Une émission de télévision d’une chaîne japonaise concernant ce tableau avait eu une audience exceptionnelle et suscité l’intérêt du grand public.

Bien entendu, les détenteurs de ce tableau ont fait effectuer à leurs frais des recherches pour en identifier l’auteur. «Nous avons payé de notre poche toutes les expertises. Y a-t-il un seul tableau sur le marché qui ait subi autant d’enquêtes historiques et d’analyses scientifiques?», a déclaré l’un des trois propriétaires.

Curieusement ou dédaigneusement, les experts du musée du Louvre, à Paris, ont toujours refusé d’examiner le tableau. Les experts italiens s’opposent. Pour le directeur du Museo Ideale de Vinci, situé à Vinci, Alessandro Vezzosi: «C’est absurde de dire que Léonard a peint ce tableau. On peut peut-être dire que c’est de l’école de Léonard, mais on ne peut pas parler de Léonard de Vinci lui-même.»

Confirmé!

Par contre, le plus grand spécialiste mondial de Léonard, Carlo Pedretti, confirme l’attribution au maître.

L’automne dernier, une historienne d’art, Maïke Vogt-Lûerssen, a catégoriquement établi que ce tableau était bien de la main de Léonard, en se basant sur des études de symboles. Selon elle, la signature symbolique de Léonard de Vinci se trouverait dans le diadème de la vierge.

Comme me l’a confié un des détenteurs du tableau, «Pour ma part, j’observe qu’il est extrêmement difficile d’avancer, tout a été fait pour ce tableau depuis sa découverte jusqu’a sa restauration. Les plus éminents laboratoires scientifiques, les meilleurs experts ou historiens et Mme Cinzia Pasquali pour la restauration.»

Et c’est Jean-Pierre Changeux qui clôt les débats, dont nous n’avons pas dressé un inventaire complet. Évoquant la Madone de Laroque dans son ouvrage, il déclare: «La contribution directe de la ‘main’ du maître à cette toile contestée devient évidente.»

«Que faut-il de plus», de dire l’un des détenteurs de ce tableau du maître de Vinci.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Richard Bona: de la visite rare à St. Catharines

Le bassiste et chanteur de jazz Richard Bona.
Du Cameroon aux USA... grâce à la bureaucratie française
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h54

Patricia Cano lance son nouvel album au Lula Lounge

La chanteuse et comédienne Patricia Cano, née à Sudbury de parents péruviens.
Madre Amiga Hermana
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h53

Des chansons qui resteront à jamais

Beau Dommage: Michel Rivard, Réal Desrosiers, Marie-Michèle Desrosiers, Pierre Huet, Robert Léger, Michel Hinton. Pierre Bertrand était absent. (Photo: Tom Sandler)
Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens intronisait samedi soir quatre auteurs-compositeurs canadiens monumentaux, Beau Dommage, Bruce Cockburn, Neil Young et Stéphane Venne, au...
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h52

Rêver entre ciel et mer à Samana

samana
République Dominicaine
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h43

Man Ray, l’un des artistes les plus originaux du 20e siècle

Man Ray, éditions Taschen, 2017, broché, couverture souple, 21x27,5 cm, 252 pages. La première de couverture reproduit la photographie Érotique voilée, 1933, et la quatrième Le Baiser, 1935.
Peintre et photographe de corps et d'objets inhabituels
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h42

Daniel Poliquin recevra le Prix France-Acadie

Daniel Poliquin
Après avoir fait relâche en 2016 pour redéfinir les auteurs et titres admissibles, le Prix France-Acadie revient en force et annonce que lauréat 2017,...
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h40

Un polar où la vérité est infréquentable

Franz Bartelt, Hôtel du Grand Cerf, roman, Paris, Éditions du Seuil, coll. Cadre noir, 2017, 352 pages, 39,95 $.
Crapuleries et coucheries dans un village belge
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h34

Quiz : Les champignons

champignons
Les mots eucaryotes, thallophytes et eumycètes vous sont probablement inconnus. Ils réfèrent tous aux… champignons.
En lire plus...

25 septembre 2017 à 12h29

Blague franco-ontarienne

DSC_4011.JPG
Une histoire avec Sudbury, Haileybury et Hawkesbury
En lire plus...

25 septembre 2017 à 9h44

TORONTO en vert et blanc le 25 septembre

TORONTO
Pour la toute première fois, l’enseigne 3D «TORONTO» sur la place de l’hôtel de ville sera illuminée en vert et en blanc ce lundi...
En lire plus...

22 septembre 2017 à 7h05

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur