La luminothérapie efficace pour la dépression hivernale

S'exposer à une bonne source de lumière au réveil peut atténué la déprime d'hiver. (Photo: Rocky89 | iStockphoto)


19 janvier 2018 à 11h11

Manque d’énergie, trouble du sommeil, augmentation de l’appétit… Dans les pays nordiques comme le nôtre, environ 20% de la population présente des symptômes de déprime saisonnière, aussi surnommée blues hivernal. Toutefois, pour 2 à 3% de la population canadienne, cette déprime se présente sous une forme plus accentuée: la dépression saisonnière ou trouble affectif saisonnier.

Une lampe de luminothérapie peut-elle aider autant les déprimés que les dépressifs saisonniers à retrouver le moral et l’énergie?

Déprime saisonnière

La déprime saisonnière — souvent appelée «blues de l’hiver» — est une forme atténuée de la dépression saisonnière.

«Dans les deux cas, ceux qui en souffrent ont une humeur dépressive, manquent d’énergie, dorment davantage et ont plus d’appétit», explique Marie-Pier Lavoie, psychologue au centre de santé ThéraVie. Toutefois, par l’intensité de ses symptômes, la dépression saisonnière se rapproche davantage de la dépression majeure.

Elle est répertoriée dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux sous le terme trouble affectif saisonnier (TAS), à cause de son caractère cyclique.

«Contrairement à la dépression majeure, le TAS apparaît lorsque les journées raccourcissent et disparaît au printemps. Pour un diagnostic, il faut aussi que la personne soit atteinte de ce trouble pendant au moins deux années», précise celle dont la thèse doctorale portait sur les effets de la luminothérapie sur la rétine.

Manque de lumière

C’est le psychiatre américain Norman Rosenthal qui a fait un lien entre le manque de luminosité et le TAS dans une étude publiée en 1984 sur la luminothérapie.

«Même si la découverte date, on ne sait toujours pas précisément comment la lumière affecte notre humeur», indique Marie Dumont, professeure au département de psychiatrie à l’Université de Montréal.

«Des études en imagerie cérébrale ont montré que les régions du cerveau impliquées dans nos capacités de concentration et d’attention, ainsi que dans la régulation de l’humeur, sont sensibles à la lumière. Une exposition à une source de lumière intense a donc la capacité d’influencer directement notre humeur et notre vigilance», explique Mme Dumont qui est aussi chercheure au CIUSSS du Nord de l’île de Montréal.

On sait également que la luminosité a un impact sur notre horloge biologique et la production de certaines hormones. «L’horloge circadienne, qui régule notre cycle sommeil-veille, est influencée par des signaux environnementaux comme la lumière et l’obscurité. Ces signaux influencent aussi la production de mélatonine — qui est l’hormone du sommeil — et de la sérotonine, qui joue un rôle important dans la régulation de l’humeur», élabore Mme Lavoie.

L’exposition quotidienne à une lumière intense stabiliserait donc le rythme circadien chez ceux qui souffrent de déprime saisonnière ou d’un TAS, en plus d’inhiber leur production de mélatonine et de stimuler leur production de sérotonine. «Généralement, elles ressentent des bienfaits après seulement quelques jours de luminothérapie, maximum une ou deux semaines.»

Traitement de première ligne

Pour que la luminothérapie soit efficace, il faut s’exposer à une lampe de 10 000 lux quotidiennement, pendant au moins 30 minutes, idéalement dès le réveil.

«On doit positionner la lampe à environ 40 ou 50 centimètres de soi et garder les yeux ouverts, puisque c’est l’effet de la lumière sur la rétine qui fonctionne», souligne madame Lavoie. Il n’est pas recommandé de regarder directement la lampe, on peut par exemple la mettre sur la table pendant qu’on déjeune.

Chez les personnes atteintes de TAS, la luminothérapie est considérée comme un traitement de première ligne, au même titre que les antidépresseurs. Selon les résultats de deux méta-analyses rapportées dans la publication médicale UpToDate, la luminothérapie serait efficace chez 60% des patients.

«C’est un excellent traitement, avec un taux de succès similaire aux antidépresseurs. Il a aussi pour avantage de fonctionner rapidement», explique Mme Lavoie. Les effets secondaires, qui incluent des maux de tête, des nausées et de l’irritabilité, seraient aussi de courte durée. C

hez certains patients atteints de TAS, il faudra combiner le traitement de luminothérapie avec des antidépresseurs et des consultations psychologiques.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Trafic humain: l’impunité est encore la norme

esclavage prostitution
Fin 2018, le prix Nobel de la paix reconnaissait les milliers de Yézidies victimes d’esclavage sexuel en Iraq. Début 2019, l’ONU publie un rapport...
En lire plus...

18 janvier 2019 à 14h16

Invitation dans la tête d’Anique Granger

Ruban de la cassette
L’auteure-compositrice-interprète fransaskoise Anique Granger cherchait un cadre pour écrire autrement. Ça a donné un balado, «Le ruban de la cassette», une invitation à suivre...
En lire plus...

18 janvier 2019 à 8h00

Un nouveau point de service du Centre francophone à Mississauga

CFT
Le Centre francophone de Toronto ouvrait officiellement son point de service à Mississauga ce jeudi 17 janvier.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 17h00

Entre culture et aventure au Honduras

Honduras
le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude...
En lire plus...

17 janvier 2019 à 9h00

Un effet Trump dans la cour d’école?

Trump
Deux chercheurs viennent de publier des résultats inquiétants sur le harcèlement et les insultes à l’école, avant et après la dernière élection américaine.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 7h00

Daniel Mayer, nouveau président de Franco-Fête

Franco-Fête de Toronto
Le président de la Franco-Fête de Toronto, Richard Kempler, a passé le flambeau mercredi soir. C'est Daniel Mayer, secrétaire du CA depuis deux ans,...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 16h59

Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?

Six mois après l’adoption, par le Comité des droits de l’homme de l'ONU, de constatations impliquant le Canada, les 18 pages du document ne...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 13h05

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur