La jeunesse fait son autocritique dans les Zurbains, au TfT

Les maux mis en mots


16 novembre 2010 à 13h26

Depuis maintenant 13 ans, les jeunes Canadiens de l’école secondaire peuvent écrire en français un petit conte et le voir retravaillé, mis en scène et joué par des professionnels. Cette année, la cuvée 2010 nous propose deux contes de Montréal, un de Québec, un d’Ottawa et un de Toronto. La mort, la folie, la dépendance, la méchanceté entre êtres humains, tant de thèmes très forts que les jeunes mettent en avant dans leurs histoires. À croire que cela fait désormais partie de leur vie de tous les jours. L’écriture devient pour eux aussi un exutoire.

C’est le Théâtre Le Clou, à Montréal, qui a produit ce spectacle, présenté ensuite dans différentes villes, comme ce fut le cas à Toronto la semaine passée.

Les cinq contes présentés, Would you rather par Cleo Beland de l’École Félix-Leclerc (Montréal); Pourrie sale par Alex Viens de l’École Marguerite-De Lajemmerais Montréal); Level 18 par David Le Quéré de l’École secondaire de l’Île (Gatineau); Scout un jour scout toujours, par Alex Carignan du Collège Clarétain à Victoriaville (Québec)
L’atterrissage par Caleb Guthrie de l’Upper Canada College (Toronto), parlent de sujets graves et divers. Dans Would you rather, une jeune adolescente choisit de quitter un cours d’anglais pour suivre son amie qui vient d’obtenir le permis de conduire. Elles partent toutes les deux sur les routes, à l’aventure. Elles croisent des garçons, font les folles. Étourdies par la drogue et l’adrénaline, les deux filles ne voient pas les dangers arriver et continuent leur virée qui se termine finalement à l’hôpital.

Dans le conte Pourrie sale, une jeune fille se bourre de calcium pour soigner une maladie des os, qui la ronge et qui les ronge en laissant des traces noires sur sa peau. Sa mère est folle, elle le devient peu à peu, mais se ragaillardise lors d’une rencontre avec un beau jeune homme, gentil, attentionné. Lors du premier rendez-vous tout s’accélère et la jeune fille fait monter l’homme chez elle, commence à se déshabiller. Mais la vie n’est pas toujours rose, et les marques laissées sur son corps rebutent l’homme, qui part, effrayé par la différence. Finalement, il reviendra, attendri par la fragilité de la demoiselle.

La même idée est à la base de Scout d’un jour scout toujours. Le petit gros de la bande, à qui on fait des misères, cache en fait un secret lourd à porter et c’est en allant au-delà des préjugés qu’on parvient à connaître vraiment quelqu’un, qui peut devenir notre meilleur ami.

Que dit-on aux jeunes aujourd’hui? Arrête de jouer tu vas devenir fou! Dans Level 18, le comédien campe le rôle d’un ado ancré dans le monde virtuel, mais faisant face à la réalité. Quelles sont les frontières? Une belle leçon de morale et de prise de conscience par la jeunesse.

Tous ces contes sont entrecoupés par celui du jeune Torontois Caleb Guthrie, L’atterrissage.

Un gentleman anglais, se retrouve au-dessus de Toronto, il ne se souvient plus comment il est arrivé là, il était dans un avion en partance pour

Vancouver et se retrouve à tomber. Il refait sa vie, et la mort certaine lui fait oser ce qu’il croyait être impossible.

Un beau pied de nez aux sociologues qui disent la jeunesse perdue et inconsciente.

Nos jeunes sont très conscients de leurs problèmes et de leurs défis, ils en parlent dans les Zurbains de manière très franche. Un premier pas dans la bonne direction.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur