La francophonie vue par les candidats de Toronto-Centre

Adam Sommerfeld
Adam Sommerfeld
Partagez
Tweetez
Envoyez

En vue du scrutin du 7 juin prochain, nous avons voulu connaître les positionnements sur la francophonie des 4 candidats de Toronto-Centre. Les Conservateurs manquent à l’appel et seul le candidat du Parti vert nous a répondu personnellement.

PLO et NDP : rien de surprenant

«Pour les Libéraux, c’est Bryan Leblanc qui a répondu au nom du candidat David Morris. Il me dit d’abord: «quand je fais pas la campagne électorale je suis le Directeur des communications dans le bureau de l’honorable Marie-France Lalonde, ministre des Affaires francophones».

Leblanc note que le Parti libéral de l’Ontario «est le seul à avoir déposé une plateforme pour les Francophones». Leblanc précise que le Parti a un plan et une vision «pour renforcer l’offre de services en français aux Franco-ontariennes et Franco-ontariens.

Trois chantiers occupent les Libéraux: moderniser la Loi sur les services en français, améliorer l’offre et l’accès à l’éducation francophone, et assurer davantage de services de santé en français.

La candidate du NPD dans Toronto-Centre est Suze Morrison et c’est un bénévole qui m’a répondu en ces termes: «Le NPD appuiera la création d’une université franco-ontarienne. De plus, il y a d’autres mesures pour améliorer les vies des franco-ontariens et pour soutenir la langue française dans notre plateforme, qui est disponible en français».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Adam Sommerfeld, un candidat franco

Adam Sommerfeld, candidat du Parti vert, m’a longuement expliqué que «le fait français en Ontario, présent de longue date, et les communautés franco-ontariennes qui le font vivre jusqu’à ce jour représentent une richesse pour notre province».

«Mon histoire, ajoute-t-il, est celle d’un francophile qui a grandi à Ottawa, vécu à Montréal et à Paris, puis installé à Toronto; la langue la plus souvent parlée chez moi, c’est le français».

Pour le candidat Sommerfeld, l’accès aux services en français de qualité est une priorité: « >les soins de santé mentale, notamment, ainsi que le projet de l’Université de l’Ontario français pour que les élèves des régions du Centre et Sud-Ouest aient une université francophone près de chez eux».

Il ajoute qu’il soutient «la modernisation de la Loi sur les services en français et la promotion d’une vie culturelle francophone diverse et inclusive dans la Ville Reine».

Sa conclusion est éloquente: «La philosophie verte basée sur l’action et la consultation locales correspond tout à fait, je trouve, à la notion du « par et pour » qui demeure au cœur des revendications pour de meilleurs services en français.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur