La crise des virus respiratoires chez les enfants se poursuit

pandémies, épidémies
Congestionnement des hôpitaux et épuisement du personnel médical. Photo: iStock
Partagez
Tweetez
Envoyez

Alors que l’Ontario recommande fortement le port du masque à l’intérieur pour gérer la saison des virus respiratoires chez les enfants, le premier ministre Doug Ford et la plupart des députés progressistes-conservateurs étaient sans masque à Queen’s Park, mardi, au grand désarroi de l’opposition.

En annonçant qu’il recommandait fortement le port du masque, lundi, le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario Kieran Moore a insisté que «nous devons revenir aux bases» pour «soutenir le système de santé pédiatrique de l’Ontario».

masques, virus
Ce n’est pas encore le temps de jeter nos masques sanitaires à la poubelle. Photo: Marine Ernoult, Francopresse

Un choix personnel

N’empêche, la ministre de la Santé et vice-première ministre Sylvia Jones insiste: le port du masque est un choix personnel. Mardi, elle était l’une des seules qui portait un masque à l’intérieur de l’Assemblée législative de l’Ontario.

Dr Kieran Moore
Le Dr Kieran Moore. Photo: Université d’Ottawa

La majorité de ses collègues, y compris Doug Ford, ont préféré ne pas tenir compte de la recommandation du médecin hygiéniste en chef, choisi par la province et en poste depuis juin 2021.

Dimanche, Doug Ford avait dit aux journalistes qu’il suivait les instructions du Dr Kieran Moore, que les gens devraient «porter un masque chaque fois qu’il est possible» et qu’il faut s’assurer d’être à jour dans sa vaccination.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Protéger les plus vulnérables

«Depuis le début de cette pandémie, il n’y a rien que le premier ministre n’ait fait pour protéger nos enfants et nos plus vulnérables», a martelé Mme Jones, défendant bec et ongles son gouvernement.

Le chef du Parti libéral de l’Ontario, John Fraser, estime qu’en omettant son masque, le premier ministre démontre qu’il est indifférent face aux enfants malades de la province. «Il a peur d’être impopulaire», a lancé M. Fraser en mêlée de presse.

Son collègue libéral Adil Shamji accuse la ministre de la Santé de «vivre dans une autre réalité».

Le NPD ontarien juge que Doug Ford fait preuve d’un manque de leadership.

Doug Ford Sylvia Jones Commission d'urgence
Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, et la vice-première ministre et ministre de la Santé, Sylvia Jones. Photo: archives l-express.ca

Hôpitaux assiégés

À travers la province, les virus respiratoires qui circulent actuellement, particulièrement chez les plus petits, engorgent les salles d’urgences et les hôpitaux pour enfants.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’afflux d’infections et de maladies respiratoires chez les petits entraîne des temps d’attente record et force certains hôpitaux à placer les adolescents de 14 ans et plus qui en ont besoin dans des lits pour adultes.

Sans donner trop de détails, le PDG du Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO) Alex Munter a fait savoir sur les réseaux sociaux que ses urgences ont été la scène de quatre réanimations dimanche et de trois, lundi. En deux jours, ce sont donc sept jeunes enfants dont le cœur a cessé de battre pendant un moment.

masques-femmes-magasin-asymptomatique-covid
Le port du masque est encouragé pour freiner l’épidémie de virus respiratoire chez les enfants. Photo: Anna Kovtun, Pixabay

Plaidoyer pour le masque et le vaccin

Dans la même veine, Alex Munter a tenu à réitérer son plaidoyer demandant aux Ontariens de porter le masque et de se faire vacciner afin d’aider à «freiner la propagation des maladies infectieuses évitables».

Au CHEO, des familles attendent plusieurs heures avec leur enfant malade aux urgences avant de pouvoir voir un médecin.

Au cours de la dernière semaine, l’indicateur de la période d’attente la plus longue pour voir un médecin du CHEO a affiché des temps d’attente atteignant les 17 heures.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le CHEO «connaît actuellement plus du double de son volume normal de patients plus jeunes, et ils se présentent en étant encore plus malades qu’à l’habitude», selon l’administration.

Annulation de chirurgies

Le centre hospitalier pour enfants explique que la haute saison virale est arrivée plus tôt qu’à l’habitude.

La semaine dernière, le CHEO a annoncé l’ouverture d’une deuxième unité de soins intensifs pédiatriques en raison du trop grand afflux de bébés et de jeunes enfants «gravement malades».

À Toronto, l’hôpital pour enfants malades SickKids a annoncé la semaine dernière l’annulation de chirurgies pour augmenter la capacité dans ses unités de soins intensifs, débordées d’enfants atteints d’infections respiratoires.

Entre 50 à 100 enfants seraient touchés par cette décision, selon l’administration. Et ce nombre pourrait augmenter.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Vendredi, le PDG Ronald Cohn a demandé à la population de «faire ce qu’il faut» et de porter un masque dans les espaces intérieurs.

jeunes, covid, Sick Kids: l'hôpital pour enfants de Toronto
Sick Kids: l’hôpital pour enfants de Toronto. Photo: Leslie, Wikimedia Commons

Enfants malades, parents inquiets

Zaid et sa femme sont venus à l’urgence du CHEO avec leur fils d’âge primaire, mardi soir. Le jeune garçon fait de la fièvre depuis vendredi dernier.

Rencontré par Le Droit à l’extérieur de l’urgence de l’établissement, le père de famille a indiqué suivre l’évolution de la capacité des salles d’urgence en Ontario dans les médias et savoir que le temps d’attente est élevé. Au moment où Zaid a quitté la maison, le temps d’attente de la salle d’urgence était d’environ six heures, indique-t-il. «Mais je sais que ça peut être, beaucoup, beaucoup plus long.»

Se rendre à l’urgence était ainsi la solution de dernier recours, puisque Zaid ne voulait pas imposer cette attente à son fils. «Ça fait seulement 1h30 qu’on est là et il est déjà épuisé», s’est-il désolé.

« Ça se propage trop rapidement, trop facilement. Pour limiter la propagation, entre autres chez les enfants, le masque obligatoire, ça peut être un début. »

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Hors de contrôle

Fatma, de son côté, a dû attendre huit heures mardi avant de voir un médecin pour son bébé âgé d’à peine 20 jours. «C’est très long pour un bébé de cet âge», a-t-elle souligné, lorsque nous l’avons accostée à sa sortie de l’urgence.

La situation dépasse simplement la capacité hospitalière, malgré les bonnes intentions du personnel, a-t-elle martelé. «C’est hors de leur contrôle. Il y a beaucoup trop de gens à l’intérieur.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur