La collection Pérez Simón: 500 ans d’histoire de l’art

Partagez
Tweetez
Envoyez

«Tous ceux qui ne possèdent pas ce merveilleux don de créer la beauté grâce à l’art peuvent se consoler en admirant des œuvres et en jouissant du privilège de se laisser séduire par elles.» Ces mots sont du collectionneur mexicain Juan Antonio Pérez Simón. Il s’est plus que laissé séduire puisqu’il a réuni quelque 1 000 tableaux, sculptures, objets décoratifs et livres anciens couvrant plus de 500 ans d’histoire de l’art, soit de la Renaissance à l’impressionnisme.

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a récemment montré les plus belles œuvres de la collection de peintures de M. Perez Simón, dans une exposition intitulée De Cranach à Monet: chefs-d’œuvre de la collection Pérez Simón. M. John R. Porter, directeur général du MNBAQ, a réussi un coup de maître car c’est la première fois que ces œuvres d’importance majeure ont été présentées au Canada. Québec a été la seule ville à accueillir l’exposition.

L’exposition a rassemblé 55 tableaux, un pastel et une aquarelle des écoles italienne, hollandaise, allemande, flamande, espagnole, anglaise et française, depuis la fin du XIVe siècle jusqu’au tout début du XXe siècle. Parmi les 45 artistes représentés dans cette exposition, on retrouve des grands maîtres tels que Rubens, Bruegel, Goya, Monet, Cézanne, Renoir, Gauguin, Van Dyck et Van Gogh.

Il n’y a que deux œuvres de l’école allemande, soit deux huiles sur panneau de bois, de Lucas Cranach dit l’Aîné: Saint Jérôme écrivant dans un paysage rocheux (vers 1515) et La Charité (après 1537). Dans ce dernier tableau, la nudité de la femme contraste avec les bijoux qu’elle porte et avec son regard séducteur. Comme Cranach a revisité ce thème à six occasions, il existe diverses versions de La Charité.

Certaines œuvres des grands maîtres demeurent moins connues. C’est le cas des Lauriers roses de Vincent Van Gogh, seule aquarelle de l’exposition. L’artiste peignit ces lauriers en une seule séance lors de son internement dans un hôpital psychiatrique à Saint-Rémy. Les branches effarouchées laissent deviner des traits nerveux.

Un des tableaux de Monet est Bras de la Seine, près de Vétheuil (1878). Le vert des arbres et le bleu des nuages se reflètent dans les eaux et laissent entrevoir la série des tableaux Nymphéas que l’artiste réalise dans son jardin de Giverny une vingtaine d’années plus tard.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’œuvre la plus connue demeure sans doute le Portrait de Lucie Bérard, que Pierre-Auguste Renoir croqua en 1884. Ce tableau est aussi appelé Fillette au tablier blanc. Il s’agit d’un des portraits les plus délicats peints par Renoir et représente la benjamine (4 ans) des trois filles du riche diplomate, homme d’affaires et banquier Paul Bérard. Renoir a peint tous les membres de cette famille à qui il rendait souvent visite.

L’exposition a pris fin le 3 septembre et a accueilli 130 000 visiteurs. Elle est maintenant en route vers Rome mais, heureusement, un impressionnant album en retrace tout le faste et toutes les facettes. Le MNBAQ a confié à Publications Québec le soin d’immortaliser ces chefs-d’œuvre de la collection Pérez Simón.

C’est une œuvre de Julien Dupré, La Seconde Récolte (vers 1879) qui illustre la couverture de cet album. Tout comme Millet, son prédécesseur, Dupré peint avec une nostalgie poétique la vie rurale et les rituels propres à chaque saison, dont il pressentait déjà la disparition imminente.

Important homme d’affaires mexicain d’origine espagnole, Juan Antonio Pérez Simón a constitué une collection exceptionnelle. Pour permettre au plus grand nombre d’amateurs de se laisser séduire par les œuvres qu’il a rassemblées au fil des ans, il travaille actuellement à mettre sur pied un musée dans son pays d’adoption.

Renseignements: Musée national des beaux-arts du Québec, De Cranach à Monet: chefs-d’œuvre de la collection Pérez Simón, Québec, Publications du Québec, 2007, 192 pages et 84 illustrations, 49,95 $.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur