Kensington Market à la croisée des mondes

Kensington Market

Graffitis, restaurants et magasins... Tout est possible à Kensington Market


9 juin 2018 à 8h20

Devenu lieu historique national du Canada en 2006, Kensington Market est définitivement le quartier incontournable de Toronto.

Affectionné par les touristes, le quartier abrite probablement les graffitis et les enseignes les plus photographiés de la ville.

Aller à Kensington, c’est vivre une expérience à la croisée des mondes. La diversité se trouve à chaque coin de rue. Entre deux frippes, entrez dans un des restaurants qui fera probablement état d’une cuisine du monde.

Quartier emblématique de Toronto, nous vous emmenons à Kensington Market pour une nouvelle édition de Visites Express.

Tourisme branché

Si vous passez à Toronto, il ne faut pas manquer Kensington. Les jours les plus ensoleillés, il est difficile d’y circuler tellement les rues sont encombrées.

De mai à octobre, le trafic est encore plus saturé les derniers dimanches de chaque mois puisque les rues sont rendues piétonnes.

Le quartier hautement touristique a cependant conservé son authenticité. On ne visite pas Kensington comme l’on grimpe au sommet de la Tour CN. Pour comprendre Kensington, il faut se fondre dans les pratiques des Torontois aguerris.

Kensington Market
Frippes et épicerie se côtoient sur un même trottoir

Pour vivre l’expérience Kensington, il faut franchir la porte d’entrée des frippes. C’est derrière les devantures que vous pourrez continuer l’exploration du quartier. Chaque frippe à sa personnalité assortie de sa décoration atypique.

Mais avant toute chose, chacune a sa spécialité. Cela fait le charme de la rue Augusta. Ceintures, jeans, lunettes de soleil ou bien encore gilets de signalisation, à chaque échoppe son domaine de vente de prédilection.

Kensington est l’endroit idéal pour faire de bonnes affaires. À force de fouilles acharnées, vous pouvez trouver le maillot de basket de vos rêves pour la modique somme de 5$.

Quartier bigarré

Une synagogue à côté d’un magasin de musique reggae? Il n’y a qu’à Kensington Market que l’on peut voir cela. C’est véritablement le multiculturalisme qui caractérise le mieux ce quartier le plus ancien de la ville.

Le quartier partage une frontière poreuse avec le quartier chinois et cache des vestiges de l’ancien marché juif des années 1920.

C’est l’immigration qui a construit le quartier. Les Écossais et les Irlandais en 1880, les Américains pendant la guerre du Vietnam, les Portugais pendant la dictature de Salazar et les Africains fuyant les guerres sanglantes, ont peuplé les rues.

Kensington Market
La voiture potagère est un incontournable du quartier

On rencontre la diversité à chaque coin de rue. Si bien qu’aujourd’hui, il est bien difficile de définir les citadins de Kensington Market.

Il est possible de croiser aussi bien un joyeux groupe de punks que des hommes et des femmes branchés venus chercher la dernière nouveauté chez le fromager du coin.

Effluves gourmandes d’ici et d’ailleurs

Kensington a une vie de quartier frappante de banalité. Poissonneries ou fromageries, produits locaux ou exotiques, les locaux y viennent pour faire leur marché.

Kensington Market, c’est le commerce du bon. Beaucoup de primeurs garnissent les trottoirs et les magasins alimentaires cherchent à promouvoir les produits naturels.

Kensington Market
Un primeur dont la simplicité fait son charme

Pour vous restaurer, le choix est large: mexicain, chilien, grec, végétarien… Les cuisines d’ici et d’ailleurs ont une échoppe à Kensington.

Notons aussi les nombreuses adresses branchées du quartier qui vont se faire déplacer les bouches les plus avant-gardistes. À découvrir : un bar à nouilles, un bar à smoothie ou bien encore un marché de viande avec plus de 27 variétés de chorizos.

Pour plus d’informations, vous pouvez visiter le site communautaire du quartier qui référence tous les événements et bonnes adresses.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur