Kathleen Wynne, la révérence libérale

Parti libéral de l'Ontario
Kathleen Wynne, cheffe du Parti libéral et première ministre de l'Ontario depuis 2013.
Partagez
Tweetez
Envoyez

À l’approche des élections provinciales, le Parti libéral est en perte de vitesse, et sa candidate, Kathleen Wynne, est créditée de la troisième place par les sondages. La 25e Première ministre de l’Ontario, et première femme à occuper cette fonction, Kathleen Wynne, cheffe de file du Parti libéral, occupe ce poste depuis le mois de février 2013.

À l’approche du 7 juin, elle a décidé d’être candidate à sa propre succession. Pourtant, la tâche s’annonce compliquée pour Wynne, qui souffre d’un déficit de popularité auprès des Ontariens ainsi que d’un retard dans les sondages, qui la place à la troisième place.

Une campagne difficile

Wynne doit porter sur ses épaules le poids du bilan des quinze dernières années de politique libérale, que plusieurs considèrent comme décevant. Ce que ses adversaires n’ont pas manqué de lui rappeler tout au long de la campagne, en évoquant les dépenses inappropriées, la privatisation d’Hydro One ainsi que la hausse des factures d’électricité.

La candidate libérale a répliqué à ces attaques que sous son mandat, la province a connu une baisse du chômage, qu’il y avait eu de nombreux investissements dans la santé et les transports, alors même qu’un clip de campagne du parti libéral admettait que le précédent mandat «n’a pas été parfait».

Pourtant, malgré les efforts de la candidate qui a fait son mea culpa lors du débat du 28 mai, les libéraux ne parviennent pas à remonter la pente. Certains observateurs pointent l’agressivité de la campagne de Wynne, qui n’a presque pas passé une journée sans dénoncer ses adversaires.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Kathleen Wynne
Doug Ford, Kathleen Wynne et Andrea Horwath.

Un programme qui peine à convaincre

Un autre point noir de la campagne de Wynne: son programme n’a rien de véritablement nouveau et il se contenterait de reprendre d’anciennes promesses et de manquer d’annonces concrètes.

Dans le domaine de la francophonie, les propositions de la candidate ont une allure de déjà vu. Malgré l’annonce de l’ouverture de l’Université franco-ontarienne, les autres propositions et promesses datent en grande partie de 2016.

Pour le reste, Kathleen Wynne a notamment promis un retour à l’équilibre budgétaire pour l’année 2024, la gratuité de la garderie pour les enfants de deux ans et demi à quatre ans, une augmentation de budget pour les hôpitaux, ainsi que l’augmentation du salaire minimum à 15$ de l’heure.

Les derniers sondages donnent Kathleen Wynne en troisième position avec 20% des suffrages derrière le progressiste-conservateur Ford et la néo-démocrate Horwath.

Si l’élection devait suivre ce scénario, les libéraux ne remporteraient qu’une dizaine de sièges et pourraient même disparaître de Queen’s Park. En cette fin de campagne, le principal objectif de Wynne est de faire tout son possible pour limiter les effets de la défaite.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur