Julie Kim lance sa carrière solo

Heureuse crise de la quarantaine

Julie Kim

Julie Kim en plein concert. (Photo: Joël Ducharme)


4 mai 2018 à 12h00

Réaliser un album en solo, Julie Kim en rêvait depuis ses quinze ans. À l’aube de ses 40 ans, la chanteuse s’est finalement lancée: son album Portrait sortira le 11 mai.

«Je voulais que cet album me ressemble. J’ai choisi des thèmes que je souhaitais vraiment aborder. C’est presque biographique. La chanson Tic tac par exemple, aborde la question du temps qui passe trop vite et la nécessité d’aller à la poursuite de ses rêves, comme moi avec ma carrière solo!»

L’artiste soul et jazz interprétera ses chansons en avant-première le mardi 8 mai à 17h au Painted Lady de Toronto, puis le 14 mai au bistro Le Forrain à 18h à Ottawa.

Julie Kim
L’affiche de l’avant-première de Julie Kim le 8 mai.

«Je ne voulais pas attendre d’avoir 70 ans pour faire quelque chose»

Le déclic pour cette aventure est une sorte de crise de la quarantaine qui l’a poussée à agir avant qu’il ne soit «trop tard».

«Je savais déjà ce que je voulais faire, le style de musique, etc. Mais les étoiles ne s’étaient pas alignées. J’ai fait en sorte qu’elles le soient pour moi et pour toutes les personnes impliquées dans le projet», raconte-t-elle à L’Express.

Seul obstacle à ce rêve de toujours: l’écriture des chansons. La force de Julie Kim est son talent de musicienne qu’elle a renforcé pendant ses études. Si elle est capable de composer, elle ne se sentait en revanche pas à même d’écrire les paroles qui allaient habiller ses créations.

Retraites dans les Laurentides

C’est finalement lors de retraites créatives qu’elle effectue dans un chalet des Laurentides qu’elle rencontre des chanteurs, des paroliers comme Janie Renée et Éric Dubeau qui comblent cette lacune.

Elle le reconnaît, ces escapades en pleine nature ont joué un rôle essentiel dans le processus de création de Portrait.

«C’était primordial pour moi de sortir de la maison et de mon train-train quotidien pour me retrouver en pleine nature. Dès que j’avais des idées, je m’enregistrais avec mon téléphone et quand je n’en avais pas, je partais aller me baigner ou en balade. Ça m’a beaucoup aidé!»

Ben l’Oncle Soul, une inspiration

Julie Kim a rencontré le chanteur français Ben l’Oncle Soul lors de son passage à la Franco-Fête en 2011. Mais la membre du trio Les Chiclettes était déjà intriguée par le personnage bien avant son entrée en scène.

«J’étais là: ‘Un Français qui fait de la soul? Vraiment?’ Ça m’a intéressé», se rappelle-t-elle, amusée par ce souvenir.

Le direct de l’artiste n’a fait que confirmer cet intérêt. Il faut dire que la performance scénique est très importante pour Julie Kim.

Julie Kim/Ben l'Oncle Soul
Ben l’Oncle Soul.

«Cela peut changer du tout au tout mon avis sur un artiste. Il m’est arrivé de renoncer à une artiste que j’aimais beaucoup après avoir été déçu par sa prestation. Par contre, pour Stevie Wonder, je pleurais tellement mes oreilles bourdonnaient d’amour.»

Patiente, la fan d’Aretha Franklin n’envisage pas de tournée pour le moment. Elle souhaite d’abord attendre que les gens apprennent à la connaître en tant qu’artiste solo, indépendamment des Chiclettes.

Les Chiclettes continuent

Néanmoins, Julie Kim compte bien continuer au sein du trio. D’ailleurs, des spectacles sont prévus en juin et en novembre.

Pour l’heure, l’artiste solo espère surtout que son album fera mouche et que ses chansons plairont à son public de cœur torontois lors du lancement le 8 mai. «C’est toujours délicat de faire écouter des chansons pour la première fois aux gens. C’est comme essayer des vêtements, on essaye, on essaye, puis on trouve le chandail qui nous plaît. J’espère être le chandail préféré de quelqu’un», en rigole-t-elle nerveusement.

Mais c’est surtout une énergie positive qu’elle veut propager avec cet album. «Je suis quelqu’un de joyeux, je veux que les gens viennent, écoutent l’album et que ça leur apporte du bonheur.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Manque de compréhension envers les immigrants handicapés

Fauteuil roulant
Les immigrants ayant un handicap affrontent des défis auxquels les travailleurs sociaux ne font pas assez attention.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 9h00

Le Soleil vu d’en haut, c’est désormais possible

Une sonde spatiale européenne vient d’envoyer suffisamment de données pour qu’on puisse extrapoler une image approximative du «pôle nord» de notre étoile.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 7h00

Université de Hearst: pas d’inquiétude… pour l’instant

Alors qu’elle a fait l’objet d’une étude par le gouvernement, en août, il semble que l’Université de Hearst ne soit pas visée directement par...
En lire plus...

14 décembre 2018 à 19h00

Commissariat et Université: Ronald Caza et Mark Power examineront les avenues juridiques

Résistance franco-ontarienne
Après les manifestations, l’AFO a retenu les services des avocats Ronald Caza et Mark Power afin d’analyser la possibilité de demander une révision judiciaire...
En lire plus...

14 décembre 2018 à 17h00

Un plaisir visuel et gustatif au sommet de la Tour CN

Restaurant 360
Située à 351 mètres d'altitude en haut de la Tour CN, le Restaurant 360 est sans doute l'un des meilleurs restaurants de Toronto.
En lire plus...

14 décembre 2018 à 11h00

Une épidémie de peste il y a 4900 ans?

paléontologie
Une épidémie de peste pourrait-elle avoir éradiqué la première population d’agriculteurs européens, il y a 4900 ans? C’est l’intrigante question qui se pose après...
En lire plus...

14 décembre 2018 à 7h00

D’hôtesse de l’air manquée à directrice de compagnie aérienne

12 décembre 2018
Julie Mailhot est directrice générale d’Air Georgian, qui opère 62 000 vols régionaux par année, de Toronto et de Calgary, vers une trentaine de...
En lire plus...

13 décembre 2018 à 19h59

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur