Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation

Jared Stoochnoff


16 février 2018 à 7h00

Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada. L’industrie, qui compte environ 3 500 pépinières au pays, utilise quelque 190 millions de mètres cubes d’eau chaque année.

Toutefois, de récentes recherches suggèrent qu’il s’agirait d’une quantité de deux à trois fois supérieure à celle dont ont besoin les arbres en santé. Justement, un nouvel outil sera bientôt offert aux pépiniéristes pour les aider à déterminer quand ouvrir et fermer leur système d’arrosage.

Jared Stoochnoff, un étudiant de cycle supérieur à l’Université de Guelph, au Controlled Environment Systems Research Facility de la School of Environmental Sciences, s’est fait le pionnier d’une nouvelle stratégie de gestion de l’irrigation visant à réduire la consommation en eau et à atténuer l’impact environnemental des activités des pépinières ornementales.

On arrose trop

«Étant donné que, bien souvent, les responsables de l’irrigation dans les pépinières ne disposent pas de moyens fiables pour prévoir quantitativement les besoins réels en eau des plantes, ils misent sur la précaution et ont tendance à trop arroser les plantes», explique M. Stoochnoff. «Cela entraîne un ruissellement d’eau et d’engrais qui nuit aux bassins versants locaux.»

L’équipe de M. Stoochnoff a utilisé un équipement de détection haute technologie pour mesurer l’état hydrique des plantes et quantifier les seuils de tolérance au stress hydrique des cultures. Lorsqu’ils ont mis à l’essai des calendriers d’irrigation fondés sur les besoins réels des cultures, ils sont parvenus à réduire de 60% la consommation en eau de la pépinière sans nuire à la croissance totale ou à la valeur marchande des plantes.

«Sur le plan économique, il ne serait pas envisageable de doter toutes les pépinières du pays de l’équipement que nous avons utilisé. Cependant, en déterminant les relations entre les niveaux de stress hydrique des cultures, les conditions météorologiques et les seuils de tolérance au stress hydrique de chaque espèce, nous pouvons prédire la fréquence optimale d’irrigation à l’aide de données de stations météorologiques locales», affirme M. Stoochnoff.

Alerte

M. Stoochnoff avait créé un programme prototype utilisant les données de stations météorologiques locales pour prédire les seuils de tolérance au stress hydrique des plantes. Chaque fois que les plantes atteignaient ce seuil, le programme déclenchait l’irrigation et en avisait M. Stoochnoff par messagerie texte. Ainsi, M. Stoochnoff était en mesure de surveiller les conditions météorologiques actuelles à la pépinière et les quantités d’eau récemment utilisées, voire de déclencher l’irrigation directement à partir de son téléphone cellulaire, au besoin.

Dans une prochaine étape, l’équipe de M. Stoochnoff entend mettre au point une application du programme, qui pourra être offerte à un plus grand nombre de pépinières pour effectuer des essais. Il explique que les pépinières pourront adapter le programme à leurs préférences d’arrosage.

«Une fois adopté par le secteur des pépinières, le programme pourrait permettre de conserver des millions de litres d’eau chaque année et ainsi réduire l’empreinte écologique des activités des pépinières ornementales», conclut M. Stoochnoff.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

High Park, un espace de verdure au cœur de la ville

High Park
Toronto est une ville bruyante et animée. Mais ne la jugez pas trop vite. Il est possible d’y trouver de vrai trou de verdure...
En lire plus...

15 juin 2018 à 17h00

Un pavillon des saveurs francophones à la FrancoFEST de Hamilton

FrancoFEST Hamilton
Le Couleur, Céleste Lévis, Jacobus, Claude Bégin, Jamie Adkins...
En lire plus...

15 juin 2018 à 15h00

ANIMATRICE, ANIMATEUR CULTUREL

Mon Avenir - AFFICHAGE INTERNE ET EXTERNE ANIMATRICE, ANIMATEUR CULTUREL École secondaire catholique Jean-Vanier, Welland Poste syndiqué permanent à temps plein (1,0) – 10 mois par année CONCOURS 19-AC-01 Le Conseil scolaire...
En lire plus...

Services dans le quartier de Malton

Acces employment - The Learning in Our Neighbourhood (LION) program, focuses on strengthening families by connecting neighbours to each other and their community. By knowing their neighbours and their neighbourhood, children and...
En lire plus...

Une pièce touchante autour de la pole dance

Sara
Sara, de Magalie Bazinet, au Red Sandcastle du 20 au 23 juin
En lire plus...

15 juin 2018 à 9h00

Faire le ménage, aussi dangereux que de fumer

nettoyeurs
L'équivalent d'un paquet par jour pendant 20 ans chez les femmes de ménage
En lire plus...

Détox : faut-il interdire le mot dans la publicité ?

En Grande-Bretagne, l’organisme en charge de réglementer la publicité a décrété en mai qu’une compagnie n’avait pas le droit d’utiliser le mot « détox...
En lire plus...

15 juin 2018 à 7h00

L’équipe de nouvelles #ONFR perd trois de six journalistes

Suppression postes tfo
Dans une 3e ronde de compressions depuis 2016, le Groupe Média TFO aurait éliminé 37 postes au sein de ses services phares : le magazine 24.7, le...
En lire plus...

14 juin 2018 à 17h40

Terroir et inventivité à La Cigogne

La Cigogne
Vendredi 14h30, il n’y a plus une place de libre sur la terrasse de La Cigogne. Les enseignes voisines doivent bien jalouser cette pâtisserie française...
En lire plus...

14 juin 2018 à 14h00

Une réserve d’émotions

Sortir de sa réserve – 400 objets d’émotion
400 objets ethnographiques, anthropologiques et artistiques au Musée de la civilisation à Québec
En lire plus...

14 juin 2018 à 12h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur