Intelligence artificielle: désastre ou opportunité?

Il y aura d'énormes besoins de reformation et de rééducation

L'intelligence artificielle s'imposera dans nos milieux de travail. (Photo: Pixabay)
Partagez
Tweetez
Envoyez

I.A. (intelligence artificielle) est un sujet brûlant. De nombreux experts comparent ce phénomène technologique à l’invention de l’électricité au XIXe siècle. Cette nouvelle discipline perturbe déjà tout – y compris notre approche de l’éducation. Son impact se répercutera de manière intéressante et inattendue.

Alors que l’intelligence artificielle mettra des millions de personnes hors du marché du travail dû à ses compétences qui dépassent de loin celles des humains (lire l’article du 27 avril 2019), il devient crucial de former ces millions de travailleurs qui se retrouveront du jour au lendemain désuets.

Ceci peut être vu comme une catastrophe, mais représente en fait d’énormes opportunités pour les établissements d’enseignement postsecondaire et les grandes entreprises. En effet, personne ne peut mesurer avec précision l’impact qu’aura l’intelligence artificielle sur le marché de l’emploi.

L’avènement de l’intelligence artificielle ne se fera pas sans heurts.

Changement rapide

Cependant, une chose est certaine: elle va enclencher une ère du changement. L’idée d’avoir un emploi à vie disparaîtra pour laisser place à la possibilité d’avoir plusieurs carrières. Cela implique donc qu’il va surgir d’énorme besoin de reformation, de rééducation pour ces millions de travailleurs déplacés.

Au cœur de toute réflexion sur l’avenir économique de notre communauté est enracinée la question de l’éducation. Sans une éducation pertinente et actualisée, il est presque impossible d’assurer la viabilité économique de notre communauté.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Vous ne formez pas vos élèves à courir plus vite que les voitures. Alors, pourquoi voudriez-vous les entraîner à penser plus vite que les algorithmes d’intelligence artificielle?

Identifions quelles sont les compétences de demain. Quelles industries et disciplines seront en plein essor dans 5 à 10 ans? Et plus important encore, quelles sont les opportunités pour les grandes entreprises et les établissements d’enseignements supérieurs?

L’intelligence artificielle obligera des milliers de gens à parfaire leur formation ou à complètement changer d’orientation.

Ces établissements devront faire preuve de plus de souplesse que jamais pour répondre au besoin de reformation d’individus intéressés par les micro-qualifications – et ils seront très nombreux. Les grandes entreprises devront créer leurs propres institutions de type «collège» à l’interne, pour recycler leurs employés récemment licenciés. Les gouvernements devront allouer des budgets importants à ce nouveau besoin, devenu crucial.

Repartir à zéro après ses études

En discutant avec des administrateurs de l’un des conseils scolaires de Toronto, ils m’ont dit avec fierté qu’ils introduiraient des classes de codage à l’élémentaire. Ainsi, les élèves du primaire apprendraient à coder dans plusieurs langages informatiques. Malheureusement, à la fin de leurs études, l’intelligence artificielle aura pris le contrôle de ce secteur et sera en mesure de programmer beaucoup plus rapidement que n’importe quel humain.

Encore une fois, il ne nous viendrait jamais à l’esprit d’entraîner nos étudiants à courir plus vite que les voitures. Alors, pourquoi les préparons-nous à coder plus rapidement que les ordinateurs? Tant d’heures perdues et tant de dollars dépensés pour préparer la génération de demain aux emplois d’hier.

Les étudiants quittent ensuite le système éducatif et réalisent que leurs compétences deviennent obsolètes. Ils doivent repartir à zéro, étudier où va l’économie – les tendances démographiques et technologiques qui font naître les besoins du futur proche – et peut-être essayer de trouver une formation moins obsolète cette fois-ci.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Qui tirera son épingle du jeu quand l’intelligence artificielle dominera notre économie?

Médecins et avocats

Comme l’a souligné l’écrivain israélien Yuval Noah Harari: «En 1990, nous étions presque certains que le monde serait régi par les mêmes règles que le monde de 1980.»

Rien n’a beaucoup changé en 10 ans. En effet, un étudiant en médecine était presque certain de trouver un emploi de radiologue par exemple. Un étudiant en droit était presque sûr de trouver un emploi d’avocat. Aujourd’hui, le changement est si radical que nous ne savons plus si ce que les enseignants ou les adultes nous disent est une «sagesse intemporelle» ou leur «vision du monde obsolète».

Le pauvre étudiant en médecine remarquera, avant même la fin de ses études, que la reconnaissance d’image a tellement progressé qu’il n’y aura plus de radiologue d’ici 10 ans. Les machines qui analysent les rayons X et les IRM n’ont même pas besoin d’être parfaites, elles doivent simplement être meilleures ou moins chères.

Le pauvre étudiant en droit se rendra compte que la fonction d’un avocat n’est pas de crier à tout moment «objection votre honneur» dans une salle remplie de citoyens qui n’ont apparemment rien à faire un mercredi après-midi. 90% de son travail consiste à rechercher un détail dans une pile infinie de documents administratifs. Et encore une fois, l’arrivée de l’intelligence artificielle fera disparaître ce métier tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Chômeurs en file pour un café et un beigne pendant la crise économique des années 1930. On ne pense tout de même pas que l’intelligence artificielle rééditera ce scénario.

Quelles compétences demain?

Voilà pourquoi, s’ils veulent profiter de cette énorme opportunité, les établissements d’enseignement et les grandes entreprises devront réfléchir à ces questions:

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

1. Comment pouvons-nous absorber des millions de travailleurs nouvellement obsolètes et disposés à se rééduquer?

2. Quelles sont les compétences de demain?

3. Comment pouvons-nous préparer les générations d’aujourd’hui aux emplois de demain?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur