Immigration francophone: le RDÉE souligne le succès de ses services «pré-départ»

La ministre Marie-France Lalonde (5e à partir de la gauche) avec, du RDÉE: Jean-Guy Bigeau (1er), Annick Schulz (2e), Nathalie Grenier (4e), Valérie Sniadoch (7e), et avec Anne Vinet (3e) du Club canadien et Carol Jolin (6e) le nouveau président de l'AFO.
Partagez
Tweetez
Envoyez

En cette 4e Semaine nationale de l’immigration francophone, le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) de l’Ontario et son pendant national ont célébré les réussites de leurs services pré-départ au cours d’une soirée à l’Alliance française de Toronto, en présence de la ministre aux Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde, d’employeurs, de partenaires et de nouveaux arrivants bénéficiaires du programme.

Les services pré-départ, gérés par RDÉE Canada et coordonnés par RDÉE Ontario, enregistrent un succès des plus prometteurs.

«Avant leur arrivée sur le sol canadien, les immigrants francophones ont accès à des services à distance d’employabilité et d’entrepreneuriat, et ce de façon individualisée et en français», explique Nathalie Grenier, la présidente de RDÉE Ontario. «À leur arrivée, notre équipe de professionnels des ressources humaines facilite leur intégration économique avec des formations sur mesure et en leur assurant un jumelage avec les employeurs de la province.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Pré-départ est non seulement un outil supplémentaire pour attirer des immigrants hautement qualifiés en Ontario», dit-elle, «mais c’est surtout un levier de plus pour aider le gouvernement à atteindre sa cible de 5% d’immigration francophone.»

Pour Jean-Guy Bigeau, pdg de RDÉE Canada, «les besoins des nouveaux arrivants sont variés, mais le besoin primaire qui les unit tous est celui de trouver un emploi, de prendre part au monde du travail et de s’insérer dans la société». Les services pré-départ donnent justement l’aiguillage et l’accompagnement pour leur intégration économique.

«Notre mission est qu’ils partent du bon pied dans leur nouveau projet de vie au Canada», dit-il.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur