Homo sapiens: un visage plus plat pour apprendre à parler?

Homo sapiens (Photo: Wikimedia Commons — http://bit.ly/2wtLHti)


11 septembre 2017 à 15h35

Il aurait suffi de quelques gènes pour que nos ancêtres réussissent à parler. Et encore, pas des gènes majeurs, mais plutôt des modifications dans l’activité de quelques gènes liés à l’anatomie.

C’est l’hypothèse défendue par des biologistes israéliens et britanniques qui ont déposé leur texte sur le serveur de pré-publication BioRxiv (ce qui signifie que ce texte n’a pas encore été révisé par les pairs).

Une partie de leur hypothèse s’arrime à ce que des biologistes de l’évolution disent depuis longtemps: des modifications de notre anatomie faciale auraient pu être la condition préalable à plusieurs étapes-clefs dans l’évolution de notre intelligence.

Dans le cas du langage, ces quelques gènes seraient ceux qui ont, d’une part, progressivement modifié le visage plus «simiesque» de nos ancêtres, avec son menton protubérant, vers un visage plus «plat» comme le nôtre, et d’autre part, modifié le larynx, en le déplaçant vers la gorge.

Ces deux facteurs ont permis à nos ancêtres de produire un plus grand nombre de sons différents, y compris des sons n’ayant que de subtiles différences entre eux.

L’analyse de ces chercheurs s’appuie sur des différences dans l’ADN de quatre humains et deux Néandertaliens ayant vécu dans les 50 000 dernières années.

Si l’hypothèse est plausible, elle ne peut toutefois faire abstraction de changements qui ont nécessairement dû se produire dans le cerveau. L’oeuf ou la poule? C’est la question à laquelle évitent prudemment de répondre ces biologistes…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Des portraits d’écrivains qui juxtaposent le réel et le surréaliste

Face à face
Face à face avec Mathieu Laca à la galerie Thompson Landry
En lire plus...

18 juillet 2018 à 12h00

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

CAH et le lobby des aînés: FARFO s’parler

Centres d'Accueil Héritage
Prêts pour le «tsunami gris»?
En lire plus...

17 juillet 2018 à 14h24

Une virée à Wasaga Beach

wasaga beach
Des plages qui respirent les vacances et la famille
En lire plus...

17 juillet 2018 à 12h00

Le seuil de l’hypertension est incertain

hypertension
Entre 120 et 140: le chiffre magique
En lire plus...

17 juillet 2018 à 7h00

Succès de la fête torontoise de la Bastille

Wychwood Barns
Un événement annuel redynamisé
En lire plus...

16 juillet 2018 à 12h00

Un capteur contre le dopage technologique

cyclisme
Un capteur détecterait le champ magnétique d’un moteur caché dans un vélo
En lire plus...

Raymond Brousseau nous fait découvrir l’art inuit

Raymond Brousseau
Important don du collectionneur et peintre au MNBAQ
En lire plus...

15 juillet 2018 à 11h00

Quand un écrivain n’est plus cru, il est cuit !

Le premier roman de Claude La Charité s’intitule Le meilleur dernier roman. Ça ne s’applique pas au livre qu’on lit mais plutôt à un...
En lire plus...

15 juillet 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur