Histoires d’immigrants: 15 longs-métrages et 18 courts à Cinéfranco

Marcelle Lean et Bruno Boëz, Cinéfranco
La fondatrice de Cinéfranco, Marcelle Lean, et le programmeur du volet Histoires d'immigrants francophones, Bruno Boëz.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le festival torontois Cinéfranco programme 31 films sur le thème de l’immigration à la fin de janvier et au début de février, accessibles de sa plateforme Eventive.

«Immigrer, c’est immigrer avec son histoire», indiquent la conceptrice Marcelle Lean, fondatrice de Cinéfranco il y a 25 ans, et le programmeur pour ce projet spécial Histoires d’immigrants francophones, Bruno Boëz.

Justement, des histoires d’immigration, on en connaît beaucoup à Toronto, la ville la plus multiculturelle au monde. Dans la francophonie ontarienne, 36% des immigrants sont nés en Afrique, 27% en Europe, 20% en Asie et 17% dans les Amériques.

Rencontres avec des réalisateurs

Parmi les 15 longs métrages et les deux assemblages de 9 courts, plusieurs sont présentés chez nous pour la première fois.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Au moins 8 visionnements seront suivis d’entrevues avec le réalisateur. Il s’agit d’Adama, Carré 35, Comme un lion. L’État sauvage, Mallé en son exil, Paris la blanche, Tazzeka, Une saison en France.

Ces films racontent des histoires d’hommes, de femmes et d’enfants souvent poussés à fuir la guerre ou la pauvreté, toujours à la poursuite d’une vie meilleure. Leurs trajets sont semés d’embûches et de chocs culturels.

«Courage, résilience et solidarité» constituent le fil conducteur du festival, selon Bruno Boëz, qui planche sur le projet depuis le mois de novembre. «J’ai vu environ 200 films pour finalement choisir ceux-ci», raconte-t-il à l-express.ca.

cinefranco, immigration
Plusieurs de ces films présentés à Cinéfranco ont remporté des prix dans d’autres festivals. Plusieurs sont présentés pour la première fois au Canada ou en Amérique du Nord. C’est le cas de la comédie française Damien veut changer le monde, de Xavier de Choudens, très attendue. Pour sauver l’un de ses élèves d’une expulsion imminente, un enseignant renoue avec son passé militant et convainc une redoutable avocate d’affaires et son meilleur ami de l’accompagner dans son nouveau combat.

 

cinefranco, immigration
Deux programmes de courts-métrages à Cinéfranco.

Histoires d’immigrants: du drame à la comédie

La programmation alterne entre les films «populaires» ou «feel good» et les récits plus compliqués ou tragiques, explique-t-il. Il y a aussi trois documentaires. «Nous avions besoin d’inclure des films légers par les temps qui courent…»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Histoires d’immigrants francophones survient entre le festival grand public de Cinéfranco en octobre et son festival jeunesse à la fin de février. Trois films font d’ailleurs un «pont» vers le festival jeunesse, puisqu’ils y seront à nouveau à l’affiche: Dilili à Paris, Adama et Comme un lion.

Les films sont accessibles du 31 janvier au 7 février, au coût de 10$ chacun. Des forfaits de trois (22$), cinq (40$) et dix (70$) films sont aussi offerts. Ce projet spécial de Cinéfranco est entièrement financé par ministère des Affaires francophones de l’Ontario.

cinefranco, immigration
Le film Fahim – en présentation spéciale gratuite – ouvrira les Histoires d’immigrants francophones de Cinéfranco.

Un cadeau: Fahim les 28 et 29 janvier

En ouverture d’Histoire d’immigrants, Cinéfranco présente gratuitement le film Fahim – qui avait fait sensation à son festival jeunesse de 2020 – avec Gérard Depardieu et Assad Ahmed dans le rôle d’un jeune prodige d’échecs réfugié en France.

Fahim sera co-présenté par Cinéfranco et le média culturel québécois Le Petit Septième sur leurs site web respectifs, les 28 et 29 janvier. Le film sera sous-titré en anglais et en français pour les parties en bengali. 450 billets sont offerts aux premiers arrivés!

«Nous sommes tous ou nous connaissons tous intimement des immigrants», indique Bruno Boëz.

Les cinéastes dont les oeuvres ont été sélectionnées ici posent un regard inquisiteur sur la condition moderne d’immigrant comparée à celle du siècle dernier. Et pourquoi donc devrions-nous accueillir ces populations parfois en péril? Comment parvenir à échanger et s’enrichir de leurs expériences?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur