Herbe à puce et herbe à poux : l’une pique, l’autre fait éternuer

Herbe à poux

À gauche, l'herbe à poux. À droite, l'herbe à puce. (Photo: Wikipedia Commons)


8 août 2018 à 7h00

L’herbe à poux et l’herbe à puce sont facilement discernables, pourtant de nombreuses personnes confondent toujours ces deux plantes… et les problèmes de santé qu’elles entraînent!

L’herbe à poux : Ambrosia artemisiifolia

On peut toucher sans risque l’herbe à poux, c’est son pollen qui pose problème.

Pouvant atteindre 1,5 mètre de haut, on la reconnaît à son feuillage vert et dentelé, semblable à celui des carottes. De la fin juillet jusqu’aux premiers gels, ses fleurs mâles produisent de grandes quantités de pollen que le vent peut transporter sur plus de 200 km!

On retrouve l’herbe à poux principalement dans le sud du Québec (Outaouais, Montréal et Montérégie) dans les milieux urbains, en milieu agricole et aux abords des autoroutes. D’origine nord-américaine, elle a été introduite en Europe au XIXe siècle, où elle s’est propagée, notamment en France.

Responsable du rhume des foins

L’herbe à poux est l’une des principales responsables de la rhinite allergique — communément appelée rhume des foins — dont souffre un Québécois sur huit. Les personnes allergiques à cette plante auront le nez bouché ou des éternuements ; les yeux rouges, enflés ou irrités ; un problème de respiration, de la toux et même de l’asthme.

L’herbe à puce : Toxicodendron radicans

L’herbe à puce est une plante qu’il ne faut pas toucher, car elle provoque des réactions cutanées importantes.

C’est une plante à trois folioles pointues, dont la bordure est plus lisse que celle de l’herbe à poux. Son feuillage lustré passe du rougeâtre au printemps au vert foncé en été et devient multicolore à l’automne.

En juin et juillet, elle produit des grappes de petites fleurs blanc verdâtre, souvent dissimulées par le feuillage. Puis, en septembre, des fruits de la taille d’un pois font leur apparition.

L’herbe à puce peut être grimpante, rampante ou buissonnante.

On la retrouve dans presque toutes les régions du pays, à l’orée des bois, en bordure des routes et des cours d’eau et sur les terrains vagues.

Cause une inflammation douloureuse de la peau

C’est l’urushiol, une toxine contenue dans sa sève, qui cause une dermatite de contact — c’est-à-dire une inflammation douloureuse de la peau. Pas moins de 85% de la population est susceptible de réagir au contact de cette substance.

Les symptômes se manifestent habituellement dans les 24 à 48 heures suivant un contact direct ou indirect (par exemple avec le pelage contaminé d’un animal) et consistent en des rougeurs, des démangeaisons vives, une inflammation douloureuse ou des cloques.

Habituellement, les symptômes disparaissent dans les 7 à 15 jours.


Pour en savoir plus sur ces deux plantes et comment les éliminer :

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?

Six mois après l’adoption, par le Comité des droits de l’homme de l'ONU, de constatations impliquant le Canada, les 18 pages du document ne...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 13h05

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur