Front Runners Toronto: diversité, égalité, course à pied

Un club de course LGBTQ affilié à un réseau mondial

Des membres de Front Runners Toronto.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Front Runners Toronto, c’est un club social de course LGBTQ créé en 1987 et affilié au réseau mondial Front Runners. Si, au début, le profil des membres était relativement homogène, aujourd’hui, la diversité du club en fait sa force.

Intégrer un club de course

«Chacun a une histoire personnelle», commence Antoine Belaieff, le président du club. «La course c’est un sport qu’on peut faire tout seul, donc courir en groupe c’est facultatif.»

Les motivations des gens varient toujours. Certains viennent se préparer à une course, d’autres viennent faire du sport, découvrir la ville, ou rencontrer des gens.

Au cours d’une course dans la vallée du Don.

Les Front Runners de Toronto se réunissent quatre fois par semaine. «Ça donne une motivation qui est très importante, on sait qu’il y aura toujours quelqu’un.»

Amener de la diversité

Antoine Belaieff a été élu président de Front Runners Toronto il y a trois ans. Il a alors un objectif en tête: «une représentation plus large de la société dans laquelle on vit».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Lorsque j’ai rejoint le club il y a cinq ans, le profil des membres était relativement homogène: peu de gens nés en dehors du Canada, une seule femme, une moyenne d’âge entre 40 et 50ans», se souvient Antoine. Pas facile de s’intégrer.

Pour recruter de nouveaux membres, les idées fusent: nouveau logo, nouvelle identité visuelle et surtout, plus de présence sur les réseaux sociaux.

Plusieurs membres participent au renouveau. «Je ne voulais pas tout faire moi-même. Je voulais proposer des espaces de créativité dans lesquels d’autres pourraient entrer et créer de nouvelles opportunités.»

Avoir des femmes dans le club était également important. Créer un espace où elles se sentent en confiance. «On a essayé d’effacer les barrières perçues par les femmes, afin qu’elles ne voient pas un mur d’hommes qui les rendraient moins à l’aise.»

Des membres de Front Runners Toronto devant le 519, le centre communautaire LGBTQ sur la rue Church.

Réseaux sociaux

«Ça a commencé très doucement», explique Antoine. «Les jeunes ne recherchent pas forcément un environnement LGBTQ, car ils peuvent trouver de l’acceptation absolument partout.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Riddhi et Budi, deux membres de FRTO

C’est l’arrivée d’un nouveau membre, Budi Alamsyah, en février 2019 qui va accélérer les choses. Plus jeune, il a «le génie du marketing». Budi décide alors de mettre de club sur le site Meetup. Il alimente également les réseaux sociaux en partageant photos, publications et infos lettres.

Budi, Liz et Antoine, des membres de Front Runners Toronto.

La dynamique se crée, des nouveaux membres se présentent aux rendez-vous hebdomadaires.

Succès

«Dans nos sociétés, on a tendance à se regrouper avec des gens qui sont très similaires à nous», souligne Antoine. «Front Runners Toronto aspire à une diversité et un espace accueillant pour tout le monde». Pari réussi. Aujourd’hui le club compte près de 64 membres.

Les profils sont très variés: des jeunes, des plus vieux, des gens avec des buts athlétiques différents, des gens qui ont des vécus, des gens qui viennent d’ailleurs.

«On est tous égaux une fois qu’on met notre maillot et qu’on va courir ensemble dans les ravins»

«Je suis content d’avoir l’opportunité de participer à quelque chose qui représente la diversité de la ville», sourit Antoine. Le samedi, c’est le plus gros rassemblement du club: jusqu’à 40 personnes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Des membres de FRTO.

Ici se côtoient réfugiés, visiteurs, nouveaux arrivants, cadres supérieurs… «On est tous égaux une fois qu’on met notre maillot et qu’on va courir ensemble dans les ravins».

Rencontre à Montréal

Faire partie du groupe Front Runners, c’est aussi  visiter les clubs d’autres villes. Sydney, New York, Paris, Londres, Genève, Chicago… Beaucoup de membres de Toronto ont couru avec des confrères autour du monde.

Au Canada, il en existe dans beaucoup d’autres villes: Vancouver, Winnipeg, Montréal, Québec, Ottawa… Le samedi 17 août 2019, ce sont des membres de Toronto et d’Ottawa qui ont rendu visite aux Front Runners de Montréal, à l’occasion de la Fierté gaie.

Des Front Runners de Montréal, Ottawa et Toronto lors de la Fierté gaie de Montréal.

Pour l’occasion, des parcours urbains avaient été organisés pour les visiteurs: une marche, une course de 5 km et une course de 10 km.

Face à l’essor grandissant de Front Runners Toronto, Budi, Antoine et les autres membres envisagent de financer de nouveaux projets avec l’argent du club. Entre autres, des séances d’entraînement ou des événements exclusivement féminins.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur