Frises peintes: un détail de l’histoire de l’art?

Frise peintes de l’appartement du pape Jules III (vers 1550)
Partagez
Tweetez
Envoyez

On a beau parcourir les histoires de l’art que l’on peut trouver ici ou là, dans les bibliothèques publiques ou privées, il est rare d’y lire quelques pages consacrées aux frises peintes. Et pourtant, il s’agit bien d’œuvres d’art, originales, sublimes parfois, comme la couverture du livre ci-dessus en donne une idée.

Car cette lacune est désormais comblée par une publication très complète sur le sujet, que les éditions Somogy présentent ainsi: Les frises peintes. Les décors des villas et palais au Cinquecento. Il s’agit des actes d’un colloque international qui s’est tenu à Rome, à la villa Médicis, et dont dix-huit interventions sont reproduites avec des illustrations en noir et blanc.

«Organisées à l’occasion de la dernière campagne de restauration des frises peintes des appartements nobles de la villa Médicis, les journées d’étude dont ces actes forment l’aboutissement se proposaient de mettre en perspective ces décors dans le contexte de l’appartement de Ferdinand de Médicis et plus largement dans le paysage contemporain de la Rome de la fin du XVIe siècle.»

Frises peintes. Les décors des villas et palais au Cinquecento, Collection d’histoire de l’art n° 16, Paris, Somogy Éditions d’Art, broché, 24×16 cm, 100 illustrations, 176 p. Avec en supplément les frises peintes restaurées de la villa Médicis à Rome. En couverture, un élément des frises peintes de la villa Médicis.

Bande horizontale

Il est évident qu’avec cette importante publication spécialisée, les frises peintes retrouvent une place de choix dans l’histoire de l’art.

Mais il est peut-être bon de préciser ce dont il s’agit. «Une frise est une bande horizontale dont la vocation est de recevoir un décor, généralement constitué par la répétition d’un motif ornemental.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Comme le précise Wikipédia: «La frise peut, selon les cas, longer un mur, une cheminée, une poutre, un chambranle, un dallage ou carrelage, une plinthe, l’angle d’un plafond (sur le papier peint ou sur le plafond) ou souligner le bord d’une toiture (Style Caraïbe). Elle peut aussi orner un meuble ou d’autres objets.»

Le Cinquecento

Ce que l’on appelle le Cinquecento correspond au XVIe siècle italien. C’est une période florissante pour l’art italienne. Et la Haute Renaissance, qui fait suite à la Renaissance, fait référence à l’art de Rome, la capitale culturelle de l’Occident, de Florence et de Venise dans les débuts du XVIe siècle.

C’est l’époque des grands maîtres de la peinture, Léonard de Vinci (1452-1519), Michel-Ange (1475-1564) et Raphaël (1483-1520) avec lesquels l’art occidental atteint son apogée et apporte ces œuvres d’art toujours célèbres et célébrées.

C’est aussi l’époque où l’architecture urbaine se développe et ceux qui le peuvent affichent ostensiblement leur prestige, leur rang social.

Les rues se parent de façades qui en témoignent et les villes s’ornent de palais, de villas et de places publiques à l’architecture raffinée. C’est dans ce riche contexte culturel qu’il faut placer les frises peintes qui servent de décor tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de ces édifices.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Frises peintes, détail, p. 328

Les frises peintes

L’adjectif «peintes» associé à frises est important. Les visiteurs qui vont à Athènes et se rendent jusqu’au Parthénon, «la demeure des vierges», sur l’acropole peuvent voir une frise en marbre de 160 mètres de long représentant 378 figures humaines et 245 animaux. C’est une frise sculptée qui demande beaucoup plus de travail que les frises peintes. Il existe aussi une frise en marbre au palais Vecchio (le Vieux palais) à Florence.

Les frises peintes sont un motif commun du décor des palais et villas italiens du Cinquecento. On pourrait donner de nombreux exemples, le palais Farnèse à Rome, siège de l’ambassade de France, le palais Montecitorio, chambre des députés à Rome, le palais Antonini à Udine (Frioul), le palais du Quirinal, salle intérieure, résidence du président de la République.

La villa Médicis à Rome, la villa d’Este à Tivoli, le palais des Doges à Venise avec sa frise des doges, le palais Corsi à Florence avec ses frises décorées de motifs végétaux sont d’autres exemples du succès des frises au Cinquecento. Et nombreux sont les artistes célèbres à s’y être intéressés: Giulio Romano (1492-99?-1546), Polidoro da Caravaggio (1495-1543), Daniele da Volterra (1509-1566), pour citer quelques noms.

La frise peinte est ainsi devenue rapidement une pratique décorative autonome qui s’implante en Italie, déborde en d’autres pays d’Europe. en France plus spécifiquement. Il s’agit de définir la nature de cette pratique décorative.

Exemple de motifs décoratifs répétitifs de frises peintes.

Dix chambres de la villa Médicis

Les spécialistes du colloque, dont le livre reproduit les textes, envisageant tour à tour les spécificités techniques, formelles et iconographiques de ces frises peintes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ils examinent la richesse de ce genre, entre frises ornementales, allégoriques, topographiques ou narratives, et sa fonction, selon son emplacement dans le palais ou la villa, ainsi que la richesse des échanges et des transferts des représentations qui se font vers et à partir de Rome.

Les textes présentés sont classés en grandes catégories: Théories, fonctions et modèles, Thèmes, formes et pratiques, Les frises peintes de la Villa Médicis.

Et un dossier autonome se trouve en finale de l’ouvrage. Il se déplie et présente sur un déroulé de près de 90 cm les frises restaurées de la villa Médicis, en dix chambres: Esther, Joseph… pour se terminer par la Chambre des Amours.

Un ouvrage très complet sur ce sujet artistique.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur