Femmes politiques : une émancipation à poursuivre

Il y a 100 ans ce 24 mai: les femmes obtenaient le droit de vote au fédéral

Centenaire du droit de vote des femmes au fédéral

Des suffragettes à Toronto.


24 mai 2018 à 7h00

Il y a 100 ans, les Canadiennes obtenaient le droit de vote aux élections fédérales. Au sortir de la Première Guerre mondiale, cet événement et le mouvement derrière lui marquent un tournant pour la place des femmes dans la société, même si cette victoire est empreinte de manipulation politique et d’exclusion.

Si les premières femmes à obtenir le droit de vote au Canada sont les propriétaires (comme chez les hommes) à partir de 1900, c’est le 24 mai 1918 que le Canada adopte la Loi ayant pour objet de conférer le droit de suffrage aux femmes qui donne à toutes les Canadiennes «qui sont sujettes britanniques, qui sont âgées de 21 ans et qui possèdent les qualités qui donneraient à une personne du sexe masculin le droit de voter » le droit de vote aux élections fédérales.

Centenaire du droit de vote des femmes au fédéral
Un fanion en faveur du droit de vote pour les femmes. (Photo: Musée du Manitoba)(

Pétitions et défilés

Le mouvement suffragiste émerge dans les années 1890 au Canada. Il rassemble surtout des femmes instruites appartenant aux classes moyennes et supérieures: étudiantes, diplômées, infirmières, docteures, journalistes, enseignantes… «Ça commence avec le Canada anglais», précise Xavier Gélinas, conservateur pour le Musée canadien de l’histoire.

Les suffragettes, ou suffragistes, rédigent alors des articles, signent des pétitions, lancent des journaux, organisent des défilés. Leur objectif: obtenir le cens électoral, ou droit de vote.

Centenaire du droit de vote des femmes au fédéral
«Donnez-nous notre dû», réclamait Nellie McClung le 27 janvier 1914 à l’Assemblée législative du Manitoba. (Photo: Bibliothèque et Archives Canada)

Et l’éducation, et la sécurité…

Mais pas seulement: «Beaucoup ne se battaient pas pour le droit de vote, mais pour que l’éducation soit plus accessible aux femmes, ou pour la reconnaissance de la dignité féminine en dehors du foyer», ajoute l’historien.

Au-delà du vote, les suffragettes militent ainsi contre la violence des hommes et incorporent par exemple le mouvement de la tempérance qui prône la prohibition.

Si le mouvement s’inspire de celui des Britanniques, les Canadienne restent sages. Par rapport à la Grande-Bretagne, «où les suffragettes apparaissent comme des héroïnes, auteures de coups d’éclat», le mouvement canadien est plutôt calme, informe Denyse Baillargeon, professeure au département d’histoire de l’Université de Montréal.

«Il n’y a pas eu de grosses démonstrations dans les rues: ça s’est plutôt passé dans les couloirs, dans les officines du pouvoir», ajoute-t-elle. Ces femmes de la haute société profitent alors de leur position de femmes, sœurs ou filles d’hommes puissants pour faire pression.

Centenaire du droit de vote des femmes au fédéral
Xavier Gélinas, conservateur au Musée canadien de l’histoire.

La guerre bouscule tout

Avec le recul, la Première Guerre mondiale a été la plus grande alliée des suffragistes.

«La guerre a été le moteur du mouvement, soutient Denyse Baillargeon. La guerre a secoué l’Occident et a généré une effervescence sociale. C’est à ce moment-là que d’autres mouvements voient le jour comme le syndicalisme, le socialisme, le prohibitionnisme et l’abolitionnisme», fait-elle remarquer.

Les manœuvres politiques en ces temps mouvementés s’avèrent une aide précieuse. En 1917, alors que le débat fait rage sur la conscription et que les élections fédérales approchent, le gouvernement de Robert Borden vote la Loi des électeurs militaires et la Loi des élections en temps de guerre.

Ainsi, pour la première fois de l’histoire, près de 2000 infirmières militaires d’une part, et des centaines de milliers d’épouses, de veuves, de mères, de sœurs et de filles des 600 000 soldats canadiens du Corps expéditionnaire d’autre part, peuvent se rendre aux urnes lors du vote fédéral de décembre.

Centenaire du droit de vote des femmes au fédéral
Denyse Baillargeon

Jeux de pouvoir

«Le droit de vote a été obtenu presque par politicaillerie», ironise Denyse Baillargeon. «Il n’y a pas eu de sentiment héroïque d’avoir gagné de haute lutte. C’était des jeux de pouvoir, très instrumentalisés par les partis qui ont vu ça comme un moyen d’élargir leur base électorale.»

Car en accordant le droit de suffrage à des femmes affiliées aux combattants, le premier ministre s’est assuré le soutien de nombreuses voix pour pouvoir mettre en œuvre la conscription, «tout en promettant de faire revenir les hommes du front plus rapidement».

Xavier Gélinas est pragmatique: «Très rarement les avancées sociales se font sans arrière-pensée politique.»

Changement de paradigme

Avant, femmes et hommes appartenaient à des domaines distincts de la société. La place des femmes était à la maison, à l’école ou à l’hôpital, éclaircit Denyse Baillargeon.

Elles étaient vues comme garantes de la transmission culturelle et de l’éducation des enfants, et n’avaient pas leur place dans la vie politique et économique. En milieu francophone, le droit de vote était même parfois perçu comme une menace à la perpétuation du peuple canadien-français.

Mais l’argument sera retourné par les féministes de l’époque qui soutiennent, au contraire, que le vote est le seul moyen de préserver les bonnes mœurs et un environnement sain pour les enfants. «Elles mettent en avant leurs qualités maternelles: sensibilité à la misère d’autrui, présence dans les œuvres de charité et de philanthropie, intérêt pour le domaine social, la délinquance juvénile, la lutte contre la prostitution et la mortalité infantile, la défense de la prohibition», détaille l’experte.

Pour Xavier Gélinas, la victoire est d’autant plus grande que «le 19e siècle a été le triomphe de la masculinité, à cause de l’expansion des conceptions victoriennes des bonnes mœurs et de la société».

Centenaire du droit de vote des femmes au fédéral
Stéphanie Gaudet

100 ans plus tard

Pour la directrice du CIRCEM, Stéphanie Gaudet, après le gain de la citoyenneté politique, c’est la question de la citoyenneté sociale qui se pose aujourd’hui. «Il faut réunir les conditions sociales pour permettre une vie démocratique et une influence sur les décisions communes. Tout n’est pas acquis avec le droit de vote», souligne-t-elle.

Car pour pouvoir pratiquer un droit, il faut en avoir les moyens. Ainsi le combat concerne désormais l’articulation travail-vie personnelle, la parité dans les institutions et la répartition des tâches domestiques. «Les partis veulent la parité, mais c’est parfois impossible, car les conditions ne le permettent pas», avance la responsable.

L’égalité n’est toujours pas au rendez-vous: à la Chambre des communes, on compte seulement 91 femmes pour 245 hommes. «C’est long, très long», soupire Denyse Baillargeon. «Oui, on a le droit de vote, mais ce n’est pas suffisant. Il faut que les préoccupations des femmes soient portées à l’intérieur des gouvernements, et ça prend une masse de députées et ministres.»

L’Ouest ouvre la voie

Le droit de vote des femmes aux élections provinciales

1916 : Manitoba en janvier, Saskatchewan en mars et Alberta en avril

1917 : Colombie-Britannique et Ontario en avril

1918 : Nouvelle-Écosse en avril

1919 : Nouveau-Brunswick en avril

1922 : Île-du-Prince-Édouard en mai

1925 : Terre-Neuve-et-Labrador en avril

1940 : Québec

Le Canada pionnier

Droit de vote dans les autres pays du Commonwealth et francophones:

1893 : la Nouvelle-Zélande est le premier pays au monde à accorder le droit de vote des femmes

1901 : l’Australie avec exclusion des aborigènes

1918 : le Canada, et le Royaume-Uni pour les femmes de plus de 30 ans

1920 : les États-Unis

1928 : le Royaume-Uni étend le droit à toutes les femmes de plus de 21 ans

1944 : la France

1948 : la Belgique

1950 : Haïti

1956 : la Tunisie

1957 : le Liban

1963 : le Maroc

1971 : la Suisse

Centenaire du droit de vote des femmes au fédéral
La suffragette Nellie McClung sur nos billets de 100$.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Des Dénisoviens au Tibet?

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 7h00

Les Red Wings gâchent le retour de William Nylander

La partie de lundi soir marquait le retour dans la formation torontoise de l'attaquant William Nylander.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 23h26

ARTmonie contre les stéréotypes de genre

Viamonde
Des élèves des écoles Micheline-Saint-Cyr, de Toronto, et De-Lamothe-Cadillac, de Windsor, ont remporté le concours ARTmonie dans les écoles du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 17h00

Université et commissariat: il faut une protection constitutionnelle

Le temps est venu d’enchâsser dans la Constitution du Canada des droits linguistiques pour la population de l’Ontario.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 15h00

Immersion dans l’Université de Toronto, dans le top 25 mondial

U of T
Plus grande université du Canada, l'Université de Toronto est une institution de prestige reconnue dans le monde entier.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur