En science, être le deuxième, c’est grave

palme 2e deuxième

Être le deuxième à avoir grimpé l’Everest reste une réussite remarquable. (Photo: Pixabay)


12 février 2018 à 9h41

Voilà qu’un journal scientifique se fait applaudir parce qu’il annonce qu’il acceptera de publier des recherches… qui arrivent «en deuxième place».

C’est devenu un lieu commun que de dire que la recherche est beaucoup plus compétitive qu’à l’époque de nos grands-parents: tout chercheur universitaire sent une pression de son institution pour publier le plus vite et le plus souvent possible.

Et les revues y contribuent: si une équipe de chercheurs soumet à une revue un article annonçant une percée sur laquelle travaillait cette équipe depuis des années, mais que des résultats similaires ont été publiés par une autre équipe, dans une autre revue, quelques semaines plus tôt, la nouvelle publication sera souvent refusée.

Autrement dit, les revues scientifiques sont comme les grands médias: elles préfèrent avoir un scoop.

La revue PLoS Biology — dont l’éditeur, Public Library of Science, est un organisme à but non lucratif — vient donc d’annoncer en éditorial qu’elle accepterait de publier des articles qui ont été coiffés au poteau ou «scoopés» moins de six mois plus tôt. Et qu’elle les appellerait «recherches complémentaires» plutôt que «recherche scoopées».

«De la même façon que d’être le deuxième à avoir grimpé l’Everest est une réussite remarquable, nous croyons qu’il en est ainsi pour la recherche scientifique résultant d’un groupe qui a (peut-être sans le savoir) répliqué les découvertes importantes d’un autre groupe.»

Le geste est d’autant plus applaudi par une partie de la communauté scientifique que la peur de perdre une «exclusivité» peut conduire à faire beaucoup de petites recherches faciles, qui conduiront à plusieurs publications, plutôt qu’une recherche longue et complexe, qui risque de prendre trop de temps.

Le journaliste Ed Yong note dans The Atlantic que cette décision de PLoS Biology… a elle-même été «scoopée» par la revue eLife l’été dernier.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Défi Toronto : une cause… à effet sur nos aînés francophones

Course Défi Toronto
Appuyez CAH, Bendale Acres et la Fondation Lavoie
En lire plus...

23 mai 2018 à 11h33

Secrétaire

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne qui agira à titre de secrétaire à terme à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, à...
En lire plus...

Le Canada à l’honneur aux Imaginales d’Épinal

science-fiction, fantastique
Le fantastique et la science-fiction de Patrick Senécal, Élisabeth Vonarburg et Jean-Louis Trudel
En lire plus...

23 mai 2018 à 11h11

Rīga et Tallinn : patrimoine historique et architectural exceptionnel

Riga
Influences allemande et russe... et une révolution chantante
En lire plus...

23 mai 2018 à 10h00

Bilingue de projet intégration

Taibu, centre de santé communautaire - Full-time Contract Position June 2018 to June 2019, with possibility of extension   The mission of the TAIBU Community Health Centre (CHC) is to contribute to the maintenance and...
En lire plus...

Quand la culture populaire nous replonge en enfance

JUST FOR FUN!
Rihanna, Mickey, Black Panther et autres héros Marvel tapissent les murs de la galerie Thompson Landry du quartier de la Distillerie à l’occasion de...
En lire plus...

22 mai 2018 à 15h38

Coordinateur/trice de projet

Taibu : Centre de santé communautaire - Poste Contractuel, temps plein Mai 2018 à Mai 2019, avec possibilité de prolongation Lieu de travail: Toronto et ses environs Le  Centre  de  santé  communautaire  (CSC)  TAIBU  a  pour ...
En lire plus...

Des satellites pour mesurer les réserves mondiales d’eau

Grace-satellite-eau
Quatorze années de données satellites révèlent qu’à travers le monde, sur 34 régions-clefs pour l’approvisionnement en eau potable, les tendances à la baisse peuvent...
En lire plus...

22 mai 2018 à 14h30

Plus de la moitié de nos gènes auraient 650 millions d’années

génétique
Il y a 650 millions d’années vivait dans les océans une petite bestiole qui fut peut-être l’ancêtre de tous les animaux d’aujourd’hui, nous y...
En lire plus...

22 mai 2018 à 7h00

La grande aventure en Sarthe

Il est un endroit en France où adrénaline et vieilles pierres cohabitent dans un écrin naturel étonnant. La Sarthe permet aux passionnés de voitures, de...
En lire plus...

21 mai 2018 à 10h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur