En immersion chez les snowbirds

Partagez
Tweetez
Envoyez

Soleil, flegme, farniente, bungalow, plage, brillantine, et short d’été: bienvenu à Pompano Beach. L’hiver est doux pour les snowbirds de Breezy Hill.

Qui sont ces Québécois qui fuient le froid et s’expatrient 6 mois de l’année en Floride? Mika Goodfriend, photographe montréalais, à travers son exposition Snowbirds, nous plonge au cœur de cette communauté, une sorte de «ghetto» québécois venu se bronzer la couenne.

Cette exposition est présentée par Le Labo jusqu’au 24 mai au Collège Boréal (1 rue Yonge, 3e étage) dans le cadre du festival de photographies Contact.

Crise d’identité?

Mika Goodfriend ne s’est jamais senti réellement Québécois.

En perpétuelle recherche de ce qu’est l’identité québécoise, il a décidé de photographier ceux qui sont fiers de dire «je suis Québécois»… en Floride!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour cela il s’est penché sur les snowbirds. «J’ai grandi dans un quartier anglophone de Montréal et j’ai jamais eu l’impression d’être Québécois. Les snowbirds ne représentent pas tous les Québécois mais ils appartiennent à une certaine catégorie qui s’affirme en tant que telle.»

«C’est un projet personnel, je cherche mon identité propre».

L’artiste est parti durant 1 mois et demi, en immersion totale dans un genre de village vacance entre maisons fixes, bungalows, caravanes et roulottes.

Couples heureux

Un quotidien paisible et ralenti dans un décor rococo. Tous avaient ce rêve en commun: vivre en autarcie sous le soleil de Floride.

Ce qui fascine aussi le photographe c’est la notion de couple. Pour lui, les snowbirds ont trouvé la bonne formule pour vivre à deux. Ils incarnent la réussite du mariage. Les photos transpirent le calme. Les mouvements sont machinaux et le rythme de vie semble routinier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Ils sont presque tous pareils. Ils ont leur propre look, leur propre mode».

Seul le petit père Noël en plastique nous rappelle que ces photos ont été prises en hiver. Quelques fausses fleurs ornent une table habillée d’une toile cirée à motifs. Sur des tapisseries ancestrales, on peut admirer dans un cadre boisé la réussite des enfants et petits-enfants; et de l’autre côté du mur la pièce maîtresse: le faux aquarium et ses poissons en plastique.

Kétaine

Une ambiance qui séduit ce jeune montréalais. Ce décor ultra kétaine contraste avec la clarté, la blancheur des clichés. Goodfriend se tient à distance de ses sujets et prend avec une pudeur toute respectueuse ses photos pour saisir avec justesse le mode de vie de cette gériatrie québécoise.

Son étude anthropologique visuelle qui ne fait que commencer puisque Mika a prévu de la poursuivre: «J’ai des bons souvenirs et ça me donne des idées pour continuer le projet, c’est un sujet qui me touche à beaucoup de niveaux».

S’immerger plus longtemps cette fois et faire avancer son projet artiste en produisant peut-être un film. Un documentaire au cœur de la brousse de Floride où les animaux sauvages sont remplacés par des couples de snowbirds qui vivent leur rêve québécois…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur