Écritures vagabondes: les paysages du théâtre

Partagez
Tweetez
Envoyez

Au Centre Harbourfront, samedi après-midi dernier, se poursuivait le 28e Festival international d’auteurs (IFAO) du 17 au 27 octobre. Pour cette édition, les membres du groupe littéraire Écritures vagabondes étaient invités à s’exprimer autour d’une table ronde sur la question de l’existence contemporaine du théâtre international. Enzo Cormann, Marie Henry, Élie Karam, Amr Sawah Joséphine Serre se partageaient la parole.

Jason Sherman, auteur canadien de pièces de théâtre, né à Montréal mais vivant à Toronto depuis 1969 pose une première question qui intrigue: pourquoi un groupe d’auteurs se rassemble-t-il dans une association nommée Écritures Vagabondes?

Écritures vagabondes est né du besoin d’offrir une vitrine aux écrivains internationaux en organisant, à chaque fois dans un pays différent des conférences, des ateliers et des rencontres d’artistes de différentes origines afin de leur permettre de travailler, de réfléchir sur les multiples formes d’écriture.

«Au Liban, Écritures vagabondes est né en 2000 et depuis des pays comme la Syrie, le Bénin, le Togo et le Québec pour le Canada sont membres de ce groupe, explique sommairement Elie Karam, Libanais et auteur de la pièce de théâtre Parle-moi de la guerre pour que je t’aime».

Au cours du débat, plusieurs sujets sont lancés par Jason Sherman. Enzo Cormann, écrivain dramaturge français et auteur d’une trentaine de pièces dont Credo et Diktat pose la problématique de la raison de l’existence du théâtre de nos jours alors que plusieurs médias le concurrencent.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Il y a de plus en plus d’innovations technologiques hautement plus compétitives que le théâtre. On peut coexister avec différents genres, différents paysages d’écriture. Mais la question demeure: pourquoi le théâtre a t-il encore une raison d’exister?»

Amr Sawah, journaliste syrien reconnu, critique de théâtre à Damas et auteur de la pièce Secret de famille donne une réponse éclairante. La censure dans certain pays étant plus ou moins active, l’écriture théâtrale permet de traiter de sujets parfois controversés: «Écritures Vagabondes m’a permis de mettre en scène ma pièce Secret de famille».

Les discussions variées soulèvent aussi des sujets toujours d’actualité comme celui de la représentation sur la scène internationale d’auteurs de théâtre moins promus et moins connus.

C’est, entre autres, le cas des auteurs provenant des pays du Sud. Alors que généralement, ce sont les auteurs du Sud qui se déplacent dans les festivals internationaux comme celui de Limoges, Écritures vagabondes fait l’inverse en allant à leur rencontre, dans leurs pays, que ce soit au Bénin, en Algérie, au Maroc ou à Madagascar pour parler de leurs vécus et de leurs expériences. Heureusement, dans les pays du Nord, «de plus en plus de festivals comme Les Francophonies en Limousin, en France sont ouverts aux auteurs de théâtre d’Afrique» précise Enzo Cormann.

De fait, et s’imposant comme une lapalissade, on comprend donc que les conditions politiques internes d’un pays guident la rédaction d’un écrivain.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Élie Karam explique. «Au Liban, pays démocratique, il n’y a pas d’oppresion mais il existe pourtant une censure à un niveau moins perceptible». Auteur trilingue, Elie Karim écrit en arabe, en français et en anglais mais comme il le dit lui-même, «l’écriture en souffre. Quand j’écris une pièce pour le Liban, je la réécrit différemment pour Paris ou Londres».

En France, il n’existe pas de comités de censure. Mais, par contre, Joséphine Serre, également membre d’Écritures vagabondes parle d’une censure plus tacite des œuvres par les institutions théâtrales elles-mêmes qui privilégieraient peut-être une forme de théâtre du Vaudeville.

Jason Sherman a animé le débat avec des questions qui dépassaient la simple problématique du rayonnment du théâtre de nos jours. Des sujets variés aux teintes politiques se glissaient parmi ces débats enrichissants alimentés par l’expérience d’auteurs actifs dans la promotion du théâtre et partageant une vision d’un théâtre aux multiples facettes.

Pour vous renseigner sur la programmation du Festival International d’Auteurs (IOFA): www.harbourfrontcentre.com/ifoa.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur