Dure soirée pour les humoristes

Partagez
Tweetez
Envoyez

Vous connaissez sans doute plusieurs humoristes québécois. Les noms de Louis-José Houde, Laurent Paquin, Mario Jean, Michel Barrette, Daniel Lemire, Jean-Michel Anctil et Martin Petit vous son probablement familiers. Ce que vous ignorez peut-être, ce sont les situations cocasses, surprenantes, parfois angoissantes vécues par les humoristes. François Morency les décrit dans Dure soirée: histoires vraies et autres humiliations.Dans ce livre, François Morency remet en scène les «pires moments» vécus par lui-même et ses comparses, sans jamais se départir du sens de l’humour qui lui est propre.

Que ce soit un spectateur trop insistant qui ne cesse d’interrompre l’humoriste, ou bien une personne dans la salle qui fait un infarctus en pleine représentation, il faut s’attendre à tout lorsqu’on monte sur scène. Pour rassembler 250 pages d’histoires vraies, François Morency a interviewé une pléiade d’humoristes.

On n’y trouve pas uniquement des Québécois comme Gilles Latulippe, Jean-Michel Anctil, Daniel Lemire, Michel Courtemanche, Sylvain Larocque, Laurent Paquin, Mike Ward, Gilbert Rozon, Louis-José Houde, Michel Barrette, Les Denis Drolet, Les Grandes Gueules, les Chick’n Swell, Mario Jean, Cathy Gauthier ou Martin Petit. Il y a aussi le Franco-Ontarien Patrick Groulx et le Franco-Manitobain Maxim Martin.

Il écrit, par exemple, qu’un motard a menacé d’arranger le prétentieux minois de Maxim Martin «à grands coups de muffler de Harley» ou que RBO frappait «même sur ce qui ne bougeait pas, comme le gouvernement et la religion».

L’auteur rapporte un incident où les Grandes Gueules pouvaient difficilement placer un mot lors d’une entrevue avec Michèle Richard qui était «aussi calme qu’une nouvelle mariée qui découvre une tache de sauce soya sur sa robe».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En écoutant les histoires de Cathy Gauthier, il s’aventure à dire «qu’elle a longtemps eu le karma du chien dans un jeu de quilles».

Lors d’une émission spéciale sur le Mexique, un jeune humoriste fait un numéro qui contient «sept ou huit jokes de turista de trop».

Voyant que les diplomates présents ont le visage crispé, Gilles Latulippe demande à une troupe de mariachis de faire quelques chansons de plus. Au montage, les jokes de turista ont été remplacées par La Cucaracha et Guantanamera, ce qui a évité un incident diplomatique.

Appelé à donner un spectacle devant 50 employés d’une compagnie pharmaceutique, Sylvain Larocque est dérangé par deux filles qui jasent constamment à haute voix.

Il les interpelle avec humour et sans succès. Lorsqu’une des filles répond à un appel sur son cellulaire, Larocque s’approche d’elle et lui dit: «Bon là, ça va faire, tu lui parleras tantôt à ton chum.» La copine de la fille lui dit: «Ta gueule! Son père était mourant, elle vient d’apprendre qu’il est décédé.» Dure soirée, en effet.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Patrick Groulx a déjà incarné le personnage d’un brigadier légèrement déficient qui aime les patates et, je le cite, «fourrer des écureuils». En 2010, à Sept-Îles, cette phrase lui revient en pleine face.

Durant son spectacle, «un homme lourdement intoxiqué et grand fan du brigadier monte sur scène et informe Patrick, ainsi que toute la foule, qu’il aime bien fourrer des écureuils lui aussi.» Que pouvait répondre Groulx? «Quel écureuil préférez-vous? Le gris d’Amérique ou le roux d’Eurasie?»

L’humoriste Mike Ward a déjà été présenté sous un autre nom. En arrivant à Chicoutimi, il voit en grosses lettres le nom de MARK YORK sur la marquise du bar Guinness. Fier de le voir arriver, le propriétaire lui dit:

«- Pis? C’est quelque chose, hein?
– Vous avez écrit Mark York.
– Oui.
– Je m’appelle Mike Ward.
– OK.
– C’est pas le bon nom.
-Personne te connaît, on s’en sacre!»

Avec Dure soirée, François Morency nous invite à l’accompagner dans les coulisses de l’humour et, surtout, à rire!

François Morency, Dure soirée: histoires vraies et autres humiliations, Montréal, Éditions de l’Homme, 2012, 256 pages, 24,95 $ .

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur