Du théâtre en langue des signes

Bientôt au Théâtre français de Toronto

Théâtre Apuka

L'équipe d'Encore: Djennie Laguerre, Natalie Feheregyhazi, Vincent Leblanc-Beaudoin, Christian Arellanos et Chantal DeGuire.


22 janvier 2019 à 9h00

Vendredi, dans le studio du Théâtre français de Toronto, la compagnie de théâtre Apuka performait en langue des signes du Québec.

Si le Canada reconnaît l’anglais et le français comme ses deux langues officielles, il n’en est pas de même pour la langue des signes du Québec (LSQ) et la langue des signes américaine (ASL).

Par leur travail, la metteure en scène Natalie Feheregyhazi et les comédiens Christian Arellanos et Chantal DeGuire cherchent à faire entendre les voix de personnes «sourdiennes», ici avec un passage d’une traduction en LSQ d’une adaptation de la pièce Encore de Marc Prescott.

Encore, c’est une histoire d’amour. Celle d’un couple qui, chaque année, recrée leur première rencontre et tente, tant bien que mal, de se charmer à nouveau. La rencontre entre Natalie, Christian et Chantal est elle aussi digne de la fiction.

Première rencontre à Saskatoon

Natalie a toujours eu un intérêt marqué pour les langues. Anglophone de parents européens, elle a appris plusieurs langues dès son plus jeune âge. En 2017, elle s’est rendue à Saskatoon pour organiser des ateliers de théâtre.

«À cette époque, j’avais déjà envie de travailler avec des artistes sourds et avec leur langage», raconte-t-elle. Sans connaissance du langage des signes, elle ne savait pas comment entrer en contact avec des membres de la communauté sourde.

Dans un café entre deux ateliers, quelle ne fut pas sa surprise de voir les quatre personnes à la table d’à côté signer (communiquer en langue des signes). Parmi eux, il y avait Christian et Chantal.

«Elle s’est présentée et nous a invités à participer à un atelier de théâtre», raconte Chantal.

Christian, son partenaire sur scène comme dans la vie, se rappelle très bien les airs ahuris des autres acteurs durant cet atelier. «On a sauté dans l’action et on s’est mis à participer en langue des signes même si personne ne comprenait.»

Natalie, Christian et Chantal ont vite réalisé qu’ils habitaient tous à Toronto, et c’est ainsi qu’ils ont commencé à collaborer.

Théâtre Apuka
Les acteurs en scène Vincent Leblanc-Beaudoin, Djennie Laguerre, Chantal DeGuire, et Christian Arellanos.

Du français à l’anglais au français…

Pour faire la traduction du script d’Encore en LSQ, Chantal s’est filmée en train de signer les dialogues, à partir du texte en français.

C’est une fois dans la salle de répétition que tous ont été forcé de communiquer en anglais. «Il n’y a aucun interprète dans tout le Grand Toronto qui soit capable de traduire du français vers le LSQ», précise Chantal. Donc , l’équipe a embauché un interprète anglophone.

C’est donc en langue des signes américaine (ASL) qu’elle et Christian se sont exprimés, et c’est en anglais que la metteure en scène leur a donné des indications.

Afin de présenter la pièce entièrement en langue des signes du Québec, Natalie devait se tenir à l’arrière des spectateurs près de l’interprète pour lui traduire dans l’oreille l’unique scène parlée impliquant Djennie Laguerre et Vincent Leblanc-Beaudoin.

L’interprète signait ensuite en langue des signes américaine à Christian et Chantal qui reproduisait en LSQ pour l’audience «sourdienne». Un jeu de miroir qui a donné lieu à quelques moments de confusion.

Théâtre Apuka
Chantal DeGuire et Christian Arellanos

Promouvoir la LSQ au Canada anglais

Pour Christian, c’est très important de trouver un moyen pour que la langue des signes du Québec ait plus de visibilité au Canada anglais. Cet enjeu, Chantal le comprend bien, francophone de naissance. C’est seulement dans une école anglophone qu’elle a appris la langue des signes américaine.

«Quand j’ai appris le ASL, j’ai tout de suite pensé qu’enfin j’avais trouvé mon langage, parce que c’est visuel. Mais en même temps, il me manquait la culture francophone, parce que le français c’est plus qu’une langue c’est une culture aussi.»

En découvrant la langue des signes du Québec, Chantal s’est enfin reconnue entièrement dans sa langue.

Traversée au TfT en avril

Le Théâtre français de Toronto présentera, à la fin avril, sa toute première production complète incluant du LSQ: Traversée. Sur scène, une actrice francophone et une actrice LSQ s’échangeront la réplique, avec la voix et le corps. 

Théâtre Apuka
L’équipe d’Encore: Djennie Laguerre, Natalie Feheregyhazi, Vincent Leblanc-Beaudoin, Christian Arellanos et Chantal DeGuire.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur