Didier Leclair au Collège français

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les élèves de 12e année du Collège français de Toronto ont eu la joie d’accueillir mercredi 28 novembre l’écrivain Didier Leclair, auteur de Toronto, je t’aime. Après une présentation de l’ouvrage par son auteur, les élèves ont pu échanger avec l’écrivain torontois et lui poser des questions.

L’organisation de cette rencontre tient du plus grand des hasards. C’est au détour des allées du Salon du livre de Toronto en octobre dernier, qu’un des élèves du Collège français reconnaît Didier Leclair: «Ce jeune homme est venu me voir en me disant qu’il étudiait mon livre Toronto, je t’aime en cours de français. Il m’a demandé si je pouvais venir parler dans sa classe et j’ai bien sûr accepté. J’ai été très surpris et ravi de voir que mon livre était étudié au collège!»

L’anecdote vient ponctuer le beau parcours mené par le livre de Didier Leclair. Lauréat du Prix Trillium 2001, l’ouvrage s’est depuis fait connaître en Ontario et a obtenu les meilleures critiques du Globe and Mail, intrigué par cet auteur francophone, louant les beautés de la Ville-Reine en s’éloignant des clichés de premier abord.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’histoire de Toronto, je t’aime nous emmène dans le quotidien de Raymond, fraîchement débarqué dans la ville et qui découvre avec étonnement et interrogations le mode de vie canadien et les mœurs des habitants. «Ce roman est l’histoire d’une quête vers un avenir meilleur, il raconte l’histoire de cet immigrant qui arrive seul et doit vite s’adapter», souligne l’auteur.

Si l’ouvrage est un hommage à Toronto, tant aimée par Didier Leclair, il ne constitue en aucun cas une biographie: «Je suis venu à Toronto à l’âge de 19 ans, après être né à Montréal et avoir vécu ma jeunesse entre le Gabon et le Bénin. Ce retour a donc été une découverte pour moi, mais je n’ai pas trouvé sous mes yeux la ville d’affaires sans cœur qu’on me décrivait. À la place, j’y ai vu une ville de tolérance où toutes les cultures vivent côte à côte, sans heurts. C’est cette beauté que j’ai voulu faire passer dans mon livre.»

Et le message a apparemment été bien reçu par les élèves du Collège français, particulièrement intéressés et attentifs lors de la présentation de l’écrivain.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur