Deux lauréats pour le 20e Prix Trillium

Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est lundi midi, sur le campus de l’Université de Toronto, que la ministre de la Culture, Caroline Di Cocco, a remis les 20e Prix littéraires Trillium qui rendent hommage à l’excellence des écrivaines et écrivains de la province, tout en favorisant la sensibilisation du public à la qualité et à la diversité de la littérature en Ontario. Son discours était malheureusement unilingue anglais.

Tour d’abord, Daniel Castillo Durante, d’Ottawa, a remporté le Prix Trillium pour son roman intitulé La passion des nomades (XYZ Éditeur). Cet ouvrage fait preuve d’une écriture à la fois dense et intense. Il se veut ni plus ni moins l’éloge du regard posé par celui qui vient d’ailleurs, par le nomade. Le protagoniste incarne l’être qui scrute le présent, écartelé entre deux points de fuite qui s’enfoncent dans des directions s’éloignant l’une de l’autre.

L’autre lauréat, Paul Savoie, s’est également mérité ce Prix Trillium un peu spécial pour son recueil intitulé Crac (Éditions David). Cet ouvrage de l’écrivain torontois est l’expression d’un désarroi devant ce qui, pour toutes sortes de raisons, se trouve menacé ou en voie de disparaître.

C’est une façon de dire non à ce qui menace de nous réduire, de nous forcer à plier l’échine, à fausser compagnie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À l’occasion de ce 20e anniversaire, la ministre de la Culture a remis pour la première fois le Prix du livre d’enfant Trillium. Ce prix alternera désormais avec le Prix de poésie Trillium.

C’est Françoise Lepage, d’Ottawa, qui a remporté ce prix pour son roman intitulé Poupeska (Éditions L’Interligne). Dans cet ouvrage l’auteure explique qu’il est normal pour un enfant d’être hanté par des sorcières, des peurs. Il s’agit de tenir ces créatures maléfiques à distance ou de les maîtriser. Plus facile à dire qu’à faire, mais cela n’empêche pas la protagoniste de transformer ses mille peurs en mille couleurs.

Pour souligner le 20e anniversaire du Prix Trillium, les anciens lauréats avaient tous été invités à un déjeuner en compagnie de la ministre et à une soirée au Centre Harbourfront, auquel le public pouvait assister. Bien qu’il n’y ait eu des lauréats francophones que depuis dix ans, ils ont été plus nombreux que les anglophones à répondre à l’invitation. On y retrouvait Angèle Bassolé-Ouédraogo, Antonio D’Alfonso, Serge Denis, Jean Mohsen Fahmy, Maurice Henrie, Andrée Lacelle, Didier Leclair, Michèle Matteau, Michel Ouellette, Stefan Psenak, François Paré, Daniel Poliquin et Nancy Vickers.

Rappelons que le Prix Trillium est doté d’une bourse de 20 000 $ et que le Prix du livre pour enfant est accompagné d’un chèque de 10 000 $. Chaque finaliste reçoit des honoraires de 500 $. De plus, les éditeurs de tous les finalistes reçoivent 2 500 $ pour la promotion de leurs ouvrages avant l’annonce du nom des lauréats.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur