Des phrases qui se font mots

Partagez
Tweetez
Envoyez

La langue française réserve parfois de ces surprises… Les mots composés sont un bel exemple des constructions étonnantes auxquelles on a parfois procédé pour décrire un concept précis. Si l’orthographe et particulièrement l’accord de ces mots composés pose souvent problème, il est intéressant de se pencher sur le sens qui est exprimé par ces phénomènes avec des traits d’union.

Les mots composés qui comprennent un verbe expriment généralement assez bien ce à quoi ils réfèrent. On n’a qu’à penser au vide-poches, au garde-manger, au lance-flammes, au tire-fesses, au chasse-neige… Les exemples sont nombreux.

Mais les mots composés les plus stupéfiants sont ceux qui constituent une phrase en soi. Vous avez sans doute déjà entendu ou même utilisé l’expression «un je-ne-sais quoi».

Je-ne-sais-quoi

C’est là un bel exemple de ces phrases qui se sont métamorphosées en mots du vocabulaire courant. Dans le cas du «je-ne-sais-quoi», il a même été adopté par les anglophones, qui l’emploient dans le même sens qu’en français.

La première chose que l’on remarque, c’est l’emploi de multiples traits d’union pour joindre les différentes composantes de ces phrases auxquelles on attribue la valeur d’un nom. D’entrée de jeu, il faut noter que ces phénomènes sont assez rares dans la langue française. J’en ai recensé quelques-uns pour vous. Ils ne sont pas tous dans les dictionnaires, mais leur emploi est souvent assez répandu pour qu’ils jouissent d’une certaine reconnaissance comme mots à proprement parler.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Suivez-moi-jeune-homme

À tout seigneur tout honneur: le plus joli parmi ces mots composés est sans doute «suivez-moi-jeune-homme». Depuis le dix-neuvième siècle, le mot désigne les pans d’un ruban de chapeau de femme, qui flottent sur la nuque. L’image est très claire. Elle réfère à quelque chose de galant, ce qui est tout à fait conforme à l’époque à laquelle le mot est apparu. On dira donc, par exemple, que le chapeau de madame était muni d’un suivez-moi-jeune-homme de couleur crème.

Un autre bel exemple est celui des «décrochez-moi-ça». Un «décrochez-moi-ça», c’est en fait une friperie. La demoiselle avait déniché des vêtements assez élégants dans un décrochez-moi-ça. Sans surprise, le Robert nous informe que sur le plan étymologique, le mot vient de «décrocher, moi et ça»…

Si on aime ce genre de boutique, c’est peut-être parce qu’elle donne un petit goût de «revenez-y». Voilà un autre bel exemple, tout simple, avec un verbe et son complément. On peut dire d’une personne vaniteuse qu’elle est un «m’as-tu-vu».

On peut même l’employer comme adjectif, comme dans «Ce qu’elle est m’as-tu-vu, cette actrice!» ou encore adverbialement, comme dans «Sa façon de s’habiller, de rire en public, ça fait très m’as-tu-vu».

La locution «prenez garde à vous» nous a donné le nom «un garde-à-vous», que l’on emploie pour désigner quelqu’un, des soldats notamment, qui sont debout, dans une immobilité attentive et respectueuse. Le mot a évidemment été sorti de son contexte militaire pour désigner plus généralement une attitude contrainte ou un raidissement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Qu’en-dira-t-on

Un autre de ces mots composés bien connus demeure sans doute le «qu’en-dira-t-on». Et si vous avez bonne mémoire – et que vous avez lu la chronique précédente – vous constatez qu’il contient un «t» euphonique entre le verbe (dira) et le pronom «on». Des «qu’en-dira-t-on», ce sont des propos qui se tiennent sur le compte de quelqu’un. Une personne peut très bien avoir peur des qu’en-dira-t-on» ou «se foutre des qu’en-dira-t’on».

Un «sauve-qui-peut» désigne une fuite générale et désordonnée où chacun se tire d’affaire comme il peut. L’expression est en fait un raccourci pour dire «que se sauve celui qui le peut».

Marie-couche-toi-là

Parmi les expressions qui ne sont pas listées dans les dictionnaires, on retrouve entre autres une «Marie-couche-toi-là», qui désigne une personne de sexe féminin aux mœurs légères, ou qui multiplie les partenaires sexuels. Il existe une très belle chanson de Bénabar, un chanteur français aux textes puissants, qui fait référence aux «Marie-couche-toi-là dont on oublie nom».

Il est bon de noter que tous ces mots composés construits comme des phrases sont invariables. On pourrait presque dire que ce sont des «n’accordez-pas-ça»…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur