Des nouvelles hors d’une zone complaisante de confort

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le numéro 145 de la revue Mœbius réunit vingt et un auteurs qui ont exploré le thème «Comme il vous plaira». Pilotée par Lucie Bélanger, cette livraison s’est élaborée «au fil des rencontres le long de chemins de traverse et de sentiers qui bifurquent».

Le thème n’est pas un carcan imposé aux auteurs, il est plutôt une force délicieusement centrifuge qui nous tire hors du chemin balisé, hors d’une zone complaisante de confort.

Mathieu Blais signe le premier texte intitulé L’axe libre du carrousel, qui est un «récit de masse et d’inertie». Si j’ai bien compris, il est question de tuer le temps, mais cela n’a rien à voir avec la paresse. «L’homicide volontaire de tout ce temps, cette préméditation, exige une attention constante.»

Dans Le fils, Jean-François Létourneau décrit comment on a procédé à une coupe à blanc pour construire une autoroute, mais le chemin des souvenirs ne s’efface pas pour autant. Un peu plus loin, «Une banquette, un soir», de Lori Saint-Martin, résume à merveille le jeu de la séduction en écrivant que «déjà s’était mis en marche un mécanisme connu de toute éternité et pourtant chaque fois nouveau».

Daniel Chouinard aborde la relation père-fille dans La visite; il traite aussi de l’orientation sexuelle puisque la fille est lesbienne. Elle souligne que le sujet de «sa différence» n’était jamais soulevé avec ses parents, que «leur silence était un peu triste, le mien un peu embarrassé». Avec le temps, cette tristesse et cet embarras se mélangent pour créer «une affectueuse résignation».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Michel Pleau, qui publie régulièrement aux Éditions David (Ottawa), se penche sur l’éternelle question de la mort. Il le fait dans un texte poétique plein de douceur, un poème sur la mort d’un oiseau retrouvé au bord d’une fenêtre par un beau matin bien ordinaire. Il regarde la mort et se dit que «c’est plein de plumes / que le vent balaie / on dirait que ça ne pèse rien / on ne sait comment / la prendre dans nos mains / sans toucher au ciel arrêté». Sublime.

Dans La barrière des espèces, de Nicolas Le Golvan, nous sommes presque dans un polar. Une voisine crie, une bête semble rôder dans l’appartement au-dessus de celui du narrateur. Comment réagir? Qui appeler? Au lieu de trouver des réponses à ces questions, le voisin prend un whisky japonais Yamazaki, puis un verre de vin rouge Coteau du Giennois et enfin une double rasade de Smirnoff!

Quelques nouvelles sont accompagnées d’illustrations, mais peut-être parce qu’elles sont reproduites en noir et blanc, il me semble qu’elles pataugent dans la grisaille et collent peu au contenu de la revue. L’illustration en page couverture est heureusement en couler et donne le ton à des textes très nuancés.

Les thèmes des prochains numéros de la revue Mœbius seront «Le secret», «Vérité et mensonge», «La rue» et «Cataclysmes».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur