Des francophones bien vivants et qui le disent

Numéro spécial de L’itinéraire

Francophones hors Québec

12 novembre 2018 à 17h05

Alors que les propos de Denise Bombardier ont soulevé une vague d’indignation à travers le pays depuis son passage à Tout le monde en parle le 21 octobre dernier, plusieurs voix s’élèvent autour d’un message commun: non, les francophones hors Québec ne sont pas morts.

La francophonie canadienne est décidément dans le feu des projecteurs ces derniers temps. Après la montée au créneau de Franco-Canadiens pour répondre à Mme Bombardier, c’est au tour d’un magazine montréalais de prendre la défense des communautés.

Francos et fiers de l’être! Ainsi s’intitule l’édition du 15 novembre de L’Itinéraire, magazine bimensuel montréalais produit et vendu par des personnes en réinsertion. En sous-titre, on peut y lire «Le français bien vivant, coast to coast to coast», soit un joli clin d’œil à l’actualité.

«Ça n’aurait pas pu mieux tomber», commente Josée Panet-Raymond, éditrice adjointe et rédactrice en chef précisant que le numéro était déjà en préparation lorsque Denise Bombardier a largué une bombe à propos de la disparition quasi totale des communautés francophones et acadiennes.

Denise Bombardier
Le numéro du 15 novembre est consacré aux francos coast to coast to coast.

Surfer sur la vague Bombardier

Par une coïncidence fortuite, les propos de Denise Bombardier font écho au choix éditorial du numéro, incitant la rédactrice à peaufiner son édito dans les derniers instants du bouclage: «Hors du Québec point de salut? Détrompez-vous, Mme Bombardier! Il existe partout au Canada des communautés francophones dynamiques et extrêmement fières de vivre en français», signe-t-elle.

Zachary Richard, l’un des «gardiens de la langue, de la culture et de l’héritage francophones», trône en couverture. «Il garde le français cajun en vie et le fait rayonner bien au-delà de sa Louisiane natale», souligne Josée Panet-Raymond.

Aussi cite-t-elle tous ces francophones qui ont contribué à forger la culture et l’identité franco-canadiennes: Antonine Maillet, Daniel Lavoie, Chantal Hébert, Herménégilde Chiasson, Claude Julien, Roméo LeBlanc, Damien Robitaille, Véronic DiCaire, Katherine Levac, Louis Riel et Gabrielle Roy.

Denise Bombardier
L’éditrice adjointe et rédactrice en chef de L’Itinéraire, Josée Panet-Raymond. (Photo:Milton Fernandes)

Ces Québécois qui pensent autrement

Josée Panet-Raymond fait partie de ces Québécois qui ne partagent pas la vision des choses de Denise Bombardier. «J’ai sursauté quand elle a dit ça dans l’émission. Je me suis dit : “Mon dieu, elle est complètement à côté de la plaque”. Mais, quelque part, ça ne m’étonne pas. Beaucoup de Québécois ignorent. C’est une forme de mépris qui me dérange personnellement.»

Née à Montréal mais élevée en milieu franco-ontarien, la rédactrice a attisé sa flamme pour la francophonie au-delà des frontières québécoises. «On vit à une époque où le français pourrait être menacé plus que jamais avec les Netflix et les réseaux sociaux. On devrait être solidaires», estime-t-elle.

 

francophonie canadienne

Katherine Levac

L’édition de L’Itinéraire comprend pour l’occasion une section inédite, «En français s.v.p.!», qui dresse le portrait de francophones épanouis en régions. On retrouve ainsi l’humoriste Katherine Levac, «une Franco-Ontarienne qui rit de son coin de pays», la productrice Janelle Wookey, «une Franco-Métisse qui produit des documentaires percutants», et la directrice de La Voix acadienne Marcia Enman, «une femme de tête à l’Île-du-Prince-Édouard».

«On voulait montrer la diversité des voix francophones. C’est important de montrer qu’il y a des francophones hors Québec qui travaillent, vivent, s’amusent, jouent, chantent en français», commente Josée Panet-Raymond. «C’est pas toujours évident quand tu viens d’une petite communauté enclavée dans une majorité anglophone. Je leur lève mon chapeau. J’ai une grande admiration pour ces gens-là. Il faut que les gens réalisent ça.»

Denise Bombardier
Un logo pour #RéveilTLMEP créé par Marc Keelan-Bishop.

Place aux régionalismes

Une place est même faite aux régionalismes, ces expressions fleuries qui bourgeonnent dans la francophonie canadienne: «Tooter d’la horn» pour klaxonner, «T’as fait un shittycoup!» pour faire un mauvais coup, «fourbir» pour laver le plancher, etc. Une autre façon de souligner la diversité linguistique au sein de la francophonie canadienne.

Ces projecteurs braqués sur la francophonie canadienne aideront-ils à changer les perceptions? Quoi qu’il en soit, les Franco-Canadiens peuvent remercier Denise Bombardier: malgré elle, elle aura grandement aidé à faire parler d’eux.

Denise Bombardier
Au printemps dernier, William Burton avait remporté l’un des trois Prix de la francophonie de l’Ontario 2018.

Réveiller les consciences

L’Itinéraire s’ajoute à une autre réaction qui prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux, le mouvement #Réveil.

L’initiative a été lancée par William Burton, un jeune Franco-Ontarien qui agite la toile en exhortant Tout le monde en parle à donner plus de visibilité aux francophones hors Québec. «Pourquoi TLMEP ne parle-t-il pas de tout le monde?», interroge-t-il.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur