Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Un premier roman pour Gabriel Osson

Gabriel Osson

Gabriel Osson


21 mars 2017 à 0h32

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson.

L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du premier roman de l’auteur, qui a déjà à son actif trois recueils de poésie et un récit qui raconte son périple à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Reste avec…

«Restavèk» est le mot-valise qu’utilisent les Haïtiens pour parler de ces enfants qui sont envoyés en ville par leurs parents pauvres. Littéralement, nous devons comprendre qu’il s’agit de la contraction de «reste avec».

Les parents ont l’espoir que leurs bambins auront une meilleure éducation et un avenir plus radieux en laissant leur éducation à de la famille ou des amis qui habitent dans les grandes villes. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Hubert le Restavek
Hubert le Restavek

Malheureusement, ce phénomène s’est amplifié ces dernières années, notamment suite au tremblement de terre de 2010. «Le séisme a accentué le nombre d’enfants qui se sont trouvés orphelins ou dans la rue. Des cohortes de Restavèk sont maintenues en esclavage. Ils travaillent du matin au soir, sans rémunération et sans possibilité d’aller à l’école», explique Gabriel Osson.

Paradoxalement, le gouvernement haïtien dit avoir aboli le fait d’avoir des Restavèks. Mais ce phénomène persiste et continue d’exister au vu et au su des autorités locales.

Un documentaire

C’est en regardant un documentaire à la télévision que Gabriel Osson s’est intéressé à ces enfants et qu’il a décidé d’y consacrer son premier roman.

«Avec mes souvenirs personnels, les discussions que j’ai pu entretenir avec mes amis haïtiens et des recherches sur Internet, j’ai découvert que ce phénomène existait toujours. En 2013, on comptait 400 000 enfants restavèk en Haïti», déplore l’auteur.

Il a donc décidé de reverser les bénéfices qu’engendreront Hubert, le Restavèk à deux organismes: la fondation Maurice A. Sixto et l’association Respire Haïti, qui ont déjà prouvé leur action sur l’île en construisant une école et des logements pour les enfants des rues. «Mon rêve, c’est de vendre un livre pour chaque enfant restavèk», confie Gabriel Osson.

Enfin, l’écrivain tient aussi de nombreuses conférences dans les universités ou les écoles pour faire découvrir le sort de ces enfants, bien trop méconnu en occident. Le 6 avril, il sera de passage à la librairie Mosaïque.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le blé est plus complexe que nous

La cartographie du génome du blé devrait accélérer l’identification des gènes importants pour les producteurs. (Photo: Pexels — http://bit.ly/2hkK6iS)
Des gènes importants pour les producteurs.
En lire plus...

Dans un mois, le métro dépassera les frontières de Toronto

metro Toronto York Spadina
Enfin une station au milieu du campus de l'Université York
En lire plus...

17 novembre 2017 à 11h00

Casques bleus: même un petit nombre de femmes est efficace

Patrouille de la Police UNPOL à Tombouctou pour sécuriser la population de la ville face aux menaces terroristes et au  banditisme. L’égalité des sexes devrait devenir partie intégrante de la culture militaire de l’ONU. (Photo : Défense nationale).
Le nombre de Canadiens est à son plus bas depuis 50 ans
En lire plus...

17 novembre 2017 à 10h25

Deux fois plus de pauvreté chez les Torontois de couleur

Un peu plus d'une famille sur quatre serait pauvre à Toronto.
Les enfants de la région de Toronto appartenant à des familles «racialisées» ou «de couleur» ont deux fois plus de malchance de vivre dans...
En lire plus...

16 novembre 2017 à 17h25

Des services d’établissement bilingues à Chatham-Kent

Inauguration officielle du service d'établissement à Chatham ce jeudi 16 novembre avec des représentants du Collège, de la municipalité, de partenaires communautaires et des nouveaux arrivants.
Au Collège Boréal
En lire plus...

16 novembre 2017 à 15h32

Les valeurs autochtones pour un curriculum plus inclusif

Le Wampum (ceinture cérémoniale) est remis à Martin Bertrand, directeur de l’Education du Conseil scolaire Viamonde.
La réconciliation passe par l'éducation
En lire plus...

16 novembre 2017 à 15h00

Quand l’art donne vie aux mots

Shawn Serfas, peintre, Catherine Parayre, auteure, Laetitia Delemare, directrice culturelle de l'AFT.
Pseudo-Fiction à l'Alliance française pendant un mois
En lire plus...

16 novembre 2017 à 13h45

Aux morts pour la paix et la liberté, la TFS reconnaissante

Le consul de France, Marc Trouyet, avec le directeur de la Toronto French School, Josep L. González.
Mettre fin à toutes les guerres: une cérémonie du Souvenir axée sur la réflexion
En lire plus...

16 novembre 2017 à 13h13

La médaille du 150e du Sénat à 12 Franco-Ontariens

La médaille du 150e: au verso l’emblème du Sénat; au recto la Chambre Haute avec le nom du récipiendaire de la médaille.
Guy Mignault et Paul-François Sylvestre parmi les choix de Lucie Moncion
En lire plus...

16 novembre 2017 à 12h38
Brenntag Canada

Adjoint bilingue au crédit – Etobicoke (Toronto)

Brenntag Canada Inc. - Brenntag Canada Inc. est le chef de file de la distribution des produits chimiques spécialisés et courants pour les principales industries ressources et de fabrication au Canada. Comptant plus...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur