Décortiquer l’amour sous toutes ses coutures

Juan Joseph Ollu, Un balcon à Cannes, nouvelles, Montréal, Annika Parance Éditeur, 2012, 168 pages, 19,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez
Annika Parance Éditeur, que je ne connaissais pas du tout, m’a fait découvrir Juan Joseph Ollu, dont le premier livre est un brillant recueil de nouvelles. Chaque texte d’Un balcon à Cannes est une déclinaison des atmosphères et tonalités dans lequel berce le registre de l’agir humain.

Les histoires que raconte Juan Joseph Ollu se déroulent toutes en douceur, sans le moindre rebondissement. Il s’arrête à un regard, à un geste, à une voix ou à un silence. Il décortique le sentiment amoureux et nous réserve parfois quelques surprises…

Dans une nouvelle, on célèbre l’anniversaire d’un homme. Son amant lui offre une fleur en chocolat, mais une cinglée la lui dérobe. On assiste alors à une crise de nerfs et à une profonde analyse psychologique. Un autre texte illustre comment le bonheur prend parfois des formes étranges.

La nouvelle intitulée AF2224 repose sur une intrigue fort originale où un homme annonce qu’il s’envole pour Rabat, mais s’éclipse ailleurs. Son soi-disant vol de retour s’abime en mer et il se demande comment conjuguer son mensonge sans perdre la face. «La façon la plus efficace de rendre un mensonge convainquant n’est-elle pas de finir par y croire soi-même?»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’auteur aime naviguer à la fois dans les eaux hétéro et homosexuelles. Il prend plaisir à démontrer que, «entre la vérité, l’honnêteté et la sincérité, les liens ne sont pas toujours évidents». On peut aimer d’un amour fou malgré la trahison et la déception.

«Le sentiment amoureux, aussi partagé, profond et réciproque fut-il, ne constitue pas une protection face aux désirs secrets de l’autre et à leur accomplissement.»

Juan Joseph Ollu se demande ce qui constitue l’essence du bonheur dans un couple. Est-ce ce qu’on cache à l’un ou ce que l’autre nous cache? Et quand il y a absence de désir, cela équivaut-il à une trahison?

La nouvelle éponyme laisse planer une ombre sur la relation entre un homme et une femme suite au décès de l’être que le premier a follement et brutalement aimé. L’auteur décrit avec minutie comment l’amour peut transformer une personne, au point où la mort d’un partenaire devient à la fois un havre et un enfer.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur