Patrimoine franco-ontarien: péril en la demeure

patrimoine franco-ontarien

Le coordonnateur du forum, Diego Élizondo, avec les panélistes Nicole Fortier (Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans), Michel Prévost (Société d’histoire de l’Outaouais), Francine Gougeon (Association du patrimoine familial francophone de l’Ontario), Jean Yves Pelletier (expert-conseil en patrimoine), Danielle Pécore-Ugorji (Réseau du patrimoine franco-ontarien), Jean-François Lozier (prof à l’Université d’Ottawa).


26 février 2018 à 12h46

Le patrimoine franco-ontarien bâti, matériel et immatériel, culturel, historique, religieux et familial est en péril, sous-financé, manquant de relève et parfois littéralement menacé de démolition.

C’est ce qu’on a entendu le 22 février lors d’un Forum réunissant à Ottawa une cinquantaine de personnes actives dans les domaines de l’histoire et du patrimoine de la francophonie ontarienne.

Le patrimoine de la francophonie pose des défis importants aux diverses collectivités ontariennes, ont souligné Nicole Fortier, présidente-fondatrice de la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans, Francine Gougeon, présidente-fondatrice de l’Association du patrimoine familial francophone de l’Ontario, Jean-François Lozier, professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa, Danielle Pécore-Ugorji, directrice du Réseau du patrimoine franco-ontarien, Jean Yves Pelletier, expert-conseil en patrimoine, auteur et conférencier, et Michel Prévost, ex-archiviste en chef de l’Université d’Ottawa et président de la Société d’histoire de l’Outaouais, récemment récipiendaire du Prix Bernard Grandmaître de l’ACFO d’Ottawa.

Où sont les jeunes?

D’abord, le domaine est sous-financé à tous égards, le personnel professionnel et la relève sont insuffisants et les méthodes de promotion et d’action ne répondent pas à toute la gamme des groupes concernés, notamment les jeunes et les nouvelles communautés culturelles.

Dans les faits, le patrimoine bâti, matériel et immatériel, culturel, historique, religieux et familial est en péril.

Des églises et des bâtiments phares de certains milieux sont menacés de démolition. Il y a risque de défiguration d’édifices patrimoniaux (comme le Château Laurier à Ottawa), des archives disparaissent, les autorités politiques et autres sont peu sensibilisées et des revendications parfois insuffisamment convaincantes affligent tout le domaine.

Pratiques d’inclusion

Il est urgent d’adopter des pratiques intensives d’inclusion des jeunes et de toutes les composantes de la société comprenant des projets intergénérationnels et interethniques et incluant les Aborigènes et les Métis.

S’assurer aussi que toutes les classes anciennes et nouvelles de la société sentent qu’elles ont leur place dans le domaine du patrimoine.

Pour stimuler la sensibilisation autant des jeunes que du grand public, il importe de se servir de spectacles et du tourisme culturel et historique. Il faut aussi susciter des activités conçues par et pour les jeunes.

En outre, il y a lieu d’être proactif et de mener des interventions ciblées, préventives, auprès des élus, des dirigeants d’entreprises ayant un impact sur la société et les cadres de vie, des décideurs et des forces vives de la société.

Organiser le patrimoine

Notons aussi que la protection du riche patrimoine religieux et du patrimoine agricole de l’Ontario francophone exige sans tarder un engagement autant des diverses autorités que des collectivités elles-mêmes.

Dans une perspective globale, il est urgent de fonder un «conseil ontarien du patrimoine de la francophonie» qui veillerait à l’ensemble des actions à mener sur les plans politique, conceptuel, organisationnel et financier. Le développement d’un réseau vraiment fort, inclusif et actif à travers la province s’impose aussi.

Enfin, tout doit concourir à protéger le patrimoine et à le mettre en valeur, tout en favorisant le sens de l’identité linguistique et culturelle enrichie des francophones de l’Ontario. En somme, les lois, réglementations, orientations, organismes et le réseau doivent répondre aux enjeux.

patrimoine franco-ontarien
Des participants au forum du 22 janvier à Ottawa sur le patrimoine franco-ontarien.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un quatrième album pour l’humoriste Hunter Collins

Hunter Collins
Pas de sujets tabous pour cet homme blanc hétéro...
En lire plus...

23 juin 2018 à 12h00

Les aires protégées qui ne sont pas protégées

Objectif 2020 : 17 % des terres émergées et 10 % des océans
En lire plus...

23 juin 2018 à 10h00

CRISPR : émoi autour du mot « cancer »

Le «ciseau génétique» provoquerait une «contre-attaque»
En lire plus...

23 juin 2018 à 7h00

Charme industriel entre les briques rouges de la Distillerie

La Distillerie
La Distillerie est bien un quartier de Toronto où le paysage industriel rencontre l’art moderne. Les gens y viennent pour venir se restaurer dans...
En lire plus...

22 juin 2018 à 19h00

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur