De B+B à Babellodrome

Campagne de sociofinancement pour bus123

Scène de la pièce Babelle et Barbarie, Toronto, 2015 (Photo : Marc LeMyre)


3 octobre 2017 à 18h17

Début septembre, le collectif bus 123 a lancé une campagne de socio-financement Indiegogo dans le but de compléter son nouveau projet, Babellodrome.

Après sa pièce théâtrale multimédia Babelle et Barbarie (B+B), présentée en 2015 au théâtre de la rue Winchester à Toronto, le collectif bus123 revient avec cette adaptation in situ de B+B.

Cette nouvelle série de petites scènes interactives d’intérieur et d’extérieur allie encore une fois théâtre et multimédia, afin d’explorer la relation entre langage, identité, et communication.

Dominique Banoun, membre du collectif bus123, éclaire L’Express sur le sujet: le public pourra suivre une procession, dans le site de Wychwood Barns, ancien terminus TTC transformé aujourd’hui en un centre culturel auto-géré multilingue par Artscape.

Wychwood Barns, à Toronto, rue Christie
Wychwood Barns, à Toronto, rue Christie (Photo : moveprod)

Prévu pour juin-juillet 2018, Babellodrome aspire à être un spectacle original, une «course folle vers un monde vidé de sens».

Dominique Banoun, Marie-Claire Marcotte, Adriana Monti, Kevin Kelly, Gerard Leckey,
Dominique Banoun, Marie-Claire Marcotte, Adriana Monti, Kevin Kelly, Gerard Leckey (Photo: Marc LeMyre)

Le collectif, maintenant partagé entre Toronto et Montréal compte une petite dizaine d’artistes, dont Dominique Banoun et Dominica Merola, à qui viennent s’ajouter deux musiciens, dont Matt Miller, l’actrice chanteuse Catalina Pop, et des artistes créateurs qui s’occuperont des projections, photos et vidéos.

Les vraies nouveautés du projet Babellodrome sont l’inclusion du public et le travail des membres du collectif avec le chœur Element.

Dominique Banoun explique que le public, qui suivra la procession d’artistes, sera intégré à la pièce par le biais de textures sonores réalisées par le choeur Element, auxquelles les spectateurs seront amenés à participer, mais aussi par le biais d’échanges, comme des questions-réponses ou encore des talk-show fictifs  présentés par les artistes.

Babellodrome
Dominica Merola, Michael Lynn à la contrebasse, et le Choeur Element avec leur chef au centre (Photo: Marc LeMyre)

Projections de vidéos en extérieur, textures sonores du choeur Element, montages multimédias… Babellodrome sera avant tout une pièce au «vocabulaire visuel et sonore», indique Dominique Banoun. La pièce dénonce le langage, outil à la fois d’inclusion et d’exclusion dans la culture.

La cagnotte Indiegogo est un moyen de financer la phase de recherche et développement nécessaire pour l’intégration de ces deux nouveautés au projet. En trois semaines, 345$ ont été récoltés, sur les 2 500$ nécessaires à la bonne réalisation du projet, soit 14% de l’objectif souhaité.

C’est un objectif flexible, puisque le collectif devra s’adapter au financement reçu pour monter sa nouvelle pièce. Mais Dominique Banoun, qui souligne que le collectif a déjà reçu un appui financier de la part de Conseil des Arts de l’Ontario, espère réussir à réunir la somme désirée dans les cinq semaines restantes avant l’échéance.

Montage multimédia réalisé par le collectif bus123
Montage multimédia réalisé par le collectif bus123 pour B+B (Photo : Kevin Kelly)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur