Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

BBQ

21 juin 2017 à 10h16

La saison du barbecue est lancée, mais peut-être craignez-vous les risques de cancer associés à ce mode de cuisson?

En fait, c’est la cuisson des viandes à très haute température (au-dessus de 200°C ou de 400°F) et sur une longue période qui est associée à l’augmentation de certains types de cancers (de la prostate, du côlon, du sein et du pancréas).

En clair, il faut que la viande soit carbonisée. C’est pourquoi l’Agence de la santé publique du Canada recommande de limiter l’exposition aux viandes carbonisées pour réduire les risques de cancer.

Carbonisation toxique

La cuisson des viandes et des poissons à haute température produit deux substances chimiques cancérigènes:

Sous l’action d’une forte chaleur, les composés naturellement présents dans ces aliments (créatine, acides aminés, sucres) produisent des composés chimiques cancérigènes: des amines hétérocycles (AH).

De plus, lorsque le gras animal tombe sur l’élément chauffant du barbecue (briquettes ou flammes de propane), il se décompose en substances toxiques volatiles qui s’élèvent avec la fumée et se déposent sur l’aliment : des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Sur le site du National Cancer Institute, on peut lire que les AH et les HAP peuvent endommager notre ADN seulement après avoir été métabolisés par des enzymes spécifiques dans notre corps: un processus appelé «bioactivation». Des études ont révélé que l’activité de ces enzymes, qui peut différer d’une personne à l’autre, pourrait être reliée à l’augmentation des risques du cancer.

La viande rouge

Quel que soit le type de viande, plus on cuit une viande longtemps à haute température, plus elle aura tendance à former des AH et plus elle sera exposée aux HAP.

Ainsi, un poulet et un steak bien cuits en auront tous deux des concentrations élevées, selon le National Cancer Institute.

Pour ce qui est des poissons, comme leur temps de cuisson est généralement plus court, cela diminuerait d’autant leur exposition à ces substances cancérigènes. Précisons que les légumes ne peuvent pas générer d’AH.

Ce sont les recherches en laboratoire et sur des animaux qui suggèrent que les AH peuvent provoquer des dommages à l’ADN et favoriser le développement de tumeurs. Cependant, les études de population n’ont pas encore établi un lien définitif entre le cancer chez l’humain et l’exposition aux AH et aux HAP via la consommation de viandes cuites.

Une des difficultés à mener de telles études est de déterminer le niveau exact d’exposition qu’une personne obtient, dépendamment de sa consommation de viandes cuites et des méthodes de cuisson choisies. Cependant, les autorités en prévention du cancer de la plupart des pays occidentaux recommandent de minimiser l’exposition.

Pas tous les jours

Selon la Société canadienne du cancer, «fumer ou être sédentaire est certainement plus problématique que la cuisson au barbecue quant aux risques de cancer. Il n’en reste pas moins que la consommation d’aliments carbonisés constitue un des facteurs de risque.»

«Il faut voir l’alimentation de façon globale: bien manger, consommer beaucoup de fruits et de légumes et limiter son exposition aux substances cancérigènes via son alimentation», recommande le porte-parole André Beaulieu.

En ce qui a trait à la cuisson de la viande au barbecue, la meilleure approche resterait la modération. «On ne devrait pas manger des viandes grillées au barbecue tous les jours. Et quand on en consomme, on devrait éviter de les carboniser, couper le gras ou retirer la peau pour éviter de raviver les flammes, choisir des coupes de viandes qui cuisent rapidement ou mariner la viande pour réduire le temps de cuisson.»

Marinade salutaire

Sur le site de Santé publique Canada, on peut lire que le fait de mariner la viande, ne serait-ce que de 10 à 20 minutes, peut réduire la formation de substances cancérigènes dans une proportion pouvant aller jusqu’à 90%.

Plusieurs options de marinade seraient efficaces:

Santé publique Canada recommande une marinade sans huile ou faible en huile contenant un agent acide, comme du jus de citron ou du vinaigre balsamique.

Une étude publiée dans le Journal of Agriculture and Food Chemistry a démontré que de mariner la viande rouge dans de la bière pendant quatre heures réduisait significativement les AHC.

Selon une étude de l’Université du Kansas, une marinade sèche limiterait considérablement la production des AHC. Pour cela, il suffit de frotter la viande avec du romarin ou un extrait de romarin avant de la faire cuire.

Modes de cuisson

Vous l’aurez compris, pour limiter son exposition aux substances cancérigènes, il faut baisser la température du feu, réduire le temps de cuisson, éviter les flammes directes et limiter l’exposition à la fumée.

Pour cela, on peut précuire certaines viandes (saucisses et côtes levées) avant de les déposer sur le gril, utiliser un bloc de cèdre ou de sel d’Himalaya pour éviter de carboniser ses viandes et ses poissons, saisir la viande et terminer la cuisson en mode de cuisson indirecte, ou encore opter pour une cuisson en papillote.

Bref, on évite de les brûler!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur