Croiser des chevaux pour qu’ils ressemblent à des caricatures

Un cheval arabe difforme: publicité de l'éleveur Orrion Farms.


23 octobre 2017 à 10h00

Longtemps, on a créé des lignées de chevaux pour les rendre plus rapides ou plus résistants. Une tendance nouvelle semble en train de se dessiner: créer des lignées pour des raisons purement esthétiques — au risque de nuire à la santé de l’animal.

La même chose, en somme, qui existe déjà avec les chiens: des croisements qui, de génération en génération, conduisent à un museau d’une certaine forme ou à un corps qui, en d’autres circonstances, aurait été considéré difforme — mais qui correspond à un «idéal» pour une espèce en particulier.

Il semble que les chevaux soient en train de se joindre à la liste, se plaint le vétérinaire britannique Danny Chambers dans le New Scientist.

«Des chevaux croisés pour ressembler à des caricatures font partie d’une tendance inquiétante», commence-t-il. Il donne en exemple le pur-sang arabe, une espèce caractérisée par son visage aplati: aux États-Unis, une version exagérée de ce trait est à présent en demande chez les éleveurs, comme en témoignent les images d’un poulain de 9 mois, dans un élevage de l’État de Washington, devenues virales ce mois-ci.

L’inquiétude des vétérinaires vient du fait que les chevaux ne respirent que par leurs narines: par conséquent, plus le museau est aplati et moins l’air peut passer, ouvrant la porte à des problèmes respiratoires similaires à ceux que vivent plusieurs petites races de chiens.

Problème particulièrement épineux s’il s’agit d’un animal appelé à faire beaucoup d’exercice, que ce soit pour la course ou le cirque. Son éleveur présente néanmoins le poulain comme «presque parfait» et la rumeur fait déjà état d’un prix de vente qui pourrait atteindre les millions de dollars.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur