Coq of the Walk: une absintherie française rue College

Le gérant Sébastien Daouze est arrivé de France il y a deux ans et demi

Sébastien Daouze, gérant du Coq of the Walk.


29 janvier 2018 à 9h00

Arrivé il y a deux ans et demi en PVT, Sebastien Daouze est depuis l’été 2016 gérant du restaurant français et absintherie Coq of the Walk, anciennement Le Point Bar, au 488 rue College.

Ce restaurant appartient à Benoît Castanie, également propriétaire des trois Snakes and Lattes de la ville (sur Bloor, College et Eglinton) et du nouveau restaurant autochtone Ku-kum Kitchen à l’intersection de Mount Pleasant et Eglinton, dont Sébastien est aussi le gérant.

Renouveau

Dès sa prise des commandes du Coq of the Walk, alors encore Point Bar, le jeune homme originaire de la Champagne en France, et plein d’ambition, a décidé de bouleverser l’ordre établi dans ce petit restaurant tranquille du centre-ville, à la clientèle majoritairement francophone.

Anciennement travailleur dans la production de champagne, et ayant une expérience de barman, Sébastien, amoureux de l’Ontario et d’une Américaine, décide de s’envoler pour Toronto. «J’ai choisi Toronto pour son côté social et bilingue», explique-t-il en entrevue à L’Express.

Quand il est arrivé au Point Bar, Sébastien a pris le parti de réorienter le restaurant sur une ouverture à la fois francophone et anglophone. «On a choisi le nom ‘Coq of the Walk’ parce que ça sonnait bien, que c’était en anglais, et en même temps qu’il y avait quelque chose de français, de taquin. C’est un peu de français ça, de vouloir faire chier les anglophones», assure le jeune homme.

Une absintherie

Puis, le chef du Point Bar est parti, et  Sébastien a décidé de ne pas le remplacer. La taille importante du bar du restaurant, son amour pour le métier de barman, et pour l’absinthe ont alors poussé le nouveau gérant à transformer le restaurant en absintherie.

«En fait, on est juste allé dans la logique de ce que ressente les gens quand ils rentrent dans le resto: il y a ce bar énorme, alors on se sent plus dans une absintherie que dans un grand restaurant.»

Une fois le concept posé, Sébastien décide de faire bouger les murs: «on a ouvert l’espace à l’étage, on en a fait un salon privé très parisien, ce qui se rapproche de ce qu’on appelait un speakeasy lors de la prohibition en Amérique», explique-t-il. Ça fait penser aux bars parisiens: une fois le bar fermé, on va en haut, chez le mec.»

Absintherie, le Coq of the Walk continue de proposer à manger. «On fait beaucoup de trucs français, comme des bouchées à la reine, ou des flammekueches, des plats que tu peux manger avec les doigts. «La moitié des menus, les anglos n’arrivent pas à la lire» s’amuse Sébastien. En ce qui concerne les boissons, vins et cocktail français sont à la carte.»

Nouvelle clientèle

La clientèle aussi a changé: auparavant très francophone, le lieu attire dorénavant davantage d’anglophones. D’après Sébastien, les francophones de Toronto, qui aimaient le restaurant comme il était avant, aiment moins ce qu’il en a fait.

«C’est plus décontracté.» Il avance que les clients francophones venaient pour le chef, qui était très doué, mais que ça ne pouvait pas durer: «les gens venaient pour être entre Français, donc on avait du monde que le week-end.»

Le gérant a également pris le parti d’embaucher des anglophones, quand avant les employés étaient tous francophones: «j’ai embauché un mixologiste très calé, aussi pour attirer des anglos, et ça plaît.» Cependant, il fait attention a ce qu’il y ait toujours un employé francophone en salle, pour garder le côté français du Coq of the Walk.

«Avant, quand on servait le vin, on le décrivait à la française, selon son terroir, son année. Mais on s’est vite rendu compte que les anglos n’y comprenaient rien. Alors on continue de le décrire, mais on parle de cépage, ce qui est très américain.

La transformation du Coq of the Walk n’est pas finie, Sébastien Daouze a pour projet d’étendre le restaurant, et de proposer plus de produits dérivés de l’absinthe. Depuis quelques semaines, il propose un service de brunch le dimanche.

Sur le plan personnel, il compte s’investir dans le champagne ici, à Toronto.
«Il y a une place à prendre, c’est un produit de luxe qui plaît, et il y a beaucoup de choses à faire dans l’importation. Il y a beaucoup d’argent à Toronto.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Bréhandaise: l’ascension des frères Poilbout

Marchés fermiers, mariages, repas corporatifs, associations: ils sont partout
En lire plus...

19 février 2018 à 9h00

Le Théâtre français de Toronto fêtera ses 50 ans avec panache

TheCarlu / Théâtre Français de Toronto
Cette année, le gala-bénéfice du Théâtre français de Toronto (TfT) ne se déroulera pas à la Distillerie comme d’habitude, mais au Carlu (College et...
En lire plus...

19 février 2018 à 7h00

Le «trouble du jeu vidéo» reconnu comme maladie

addiction jeu vidéo
Obésité, retard du langage, troubles du sommeil, diabète, hyperactivité...
En lire plus...

18 février 2018 à 14h14

Demain, tous crétins?

Des choses à savoir sur la baisse du quotient intellectuel
En lire plus...

18 février 2018 à 13h00

De van Spaendonck à Mondrian, l’art hollandais nous attend

Les Hollandais à Paris
Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, organise une exposition fabuleuse, Les Hollandais à Paris, 1789-1914, qui nous permet de...
En lire plus...

18 février 2018 à 11h00

Un prof de la vieille école et un nouvelliste doux-amer

Gilles Archambault France Boisvert
Il y a cinquante ans, au Québec, on assistait à la création des cégeps. L’enseignante France Boisvert imagine les tribulations d’un collègue fictif dans...
En lire plus...

18 février 2018 à 9h00

Quiz : Kathleen Wynne

Kathleen Wynne
En lire plus...

18 février 2018 à 7h00

Un iglou géant pour les arts de la scène à Iqaluit

Qaggiavuut Nunavut
«Nos propres histoires ne nous appartiennent pas tant que nous ne les racontons pas nous-mêmes», écrivait Laakkuluk Williamson Bathory, membre du groupe d’artistes Qaggiavuut...
En lire plus...

17 février 2018 à 13h00

Stérilisation planétaire

Stérilisation planétaire extinction
Il y a 252 millions d’années avait lieu l’une des plus grandes extinctions de masse de l’histoire de notre planète. Étrangement, elle pourrait avoir...
En lire plus...

17 février 2018 à 11h00

À quoi ressemblait la première fleur?

la première fleur
Quelle forme une fleur peut-elle prendre et ne pas prendre? C’est une des énigmes auxquelles pourrait répondre un projet international visant à comprendre à...
En lire plus...

17 février 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur