Conservatoire Royal: un hommage musical à l’Italie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Vendredi soir dès 20h, le Conservatoire Royal de musique célèbre l’Italie, dans le cadre de sa série de concerts La Dolce Musica, en accueillant deux grands artistes: l’accordéoniste français mondialement connu Richard Galliano, qui interprétera la musique de grands noms comme Fellini, Coppola et bien d’autres. Il partagera la scène avec un lauréat 2010 d’un prix Juno, Dominic Mancuso, chanteur, guitariste, compositeur et producteur torontois reconnu au-delà de l’Atlantique pour la richesse multiculturelle de ses compositions. Il a répondu à quelques questions de L’Express.

Quelles sont vos influences musicales?

Mon style musical se caractérise par une fusion de plusieurs styles, par beaucoup de sensibilités et de cultures. Mes parents sont originaires de Sicile, qui est une culture elle-même influencée par beaucoup d’autres. C’est aussi ma réalité en tant que Torontois, qui est l’une des villes les plus multiculturelles au monde. Mon approche, à travers ma musique, est donc de transcender les cultures et les esprits.

Qu’entendez-vous par «fusion entre les cultures»?

Je suis né et j’ai grandi à Toronto, ville cosmopolite. Quand tu prends de la musique sicilienne, de la musique folk, et que tu as l’opportunité de la faire raisonner en Amérique du Nord, je ne peux pas m’empêcher d’injecter de l’harmonie jazz, du rock and roll, du swing, du blues, du funk, des sonorités classiques venues d’Europe… Mon but est de créer un équilibre entre ces deux mondes en rapprochant les réalités nord-américaines et méditerranéennes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Comment allez-vous rendre hommage à l’Italie vendredi?

Je vais interpréter, avec mon groupe, des titres de mon album Confortably Mine, qui est le premier album de l’histoire musicale canadienne à avoir été récompensé du prix Juno pour des titres entièrement chantés en langue italienne. Ce qui correspond entièrement au thème de la série de concerts la Dolce Musica.

De quoi traite cet album?

Cet album est un hommage à ma mère, qui était très malade au moment où ce dernier a été créé. C’est donc un moyen d’exprimer mon amour pour elle, mon respect pour ce que mes parents m’ont transmis et pour les cultures qui m’ont influencé. Et quand l’album a eu tout ce succès en Amérique du Nord, j’ai ressenti le besoin de finir ma tournée en Italie à Délia l’été dernier, aux sources de l’inspiration, dans le village de mes parents en Sicile. C’était un rêve devenu réalité.

Que pensez-vous de partager la scène avec Richard Galliano?

C’est un grand honneur de partager la scène avec un maître, avec qui nous partageons, moi et mon groupe, beaucoup de principes artistiques. Nous espérons que nous l’honorerons aussi, de jouer avec un groupe nord-américain passionné par l’Europe et par la diversité des cultures.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur