330 participants au concours d’épellation de GRAMEN

gramen

330 jeunes ont fait honneur à la langue de Molière chez GRAMEN.


10 juin 2018 à 13h30

Arithmétique, caïman, cylindre, canard, navet, manchot… Si vous ne savez pas orthographier ces mots, les jeunes participants du concours d’épellation organisé par le Groupe d’Amitié et d’Entrepreneuriat (GRAMEN) auraient pu vous donner une leçon de français le samedi 2 juin dernier.

Pour sa 6e édition, 330 élèves se sont retrouvés à l’école secondaire catholique Sainte-Famille à Mississauga pour s’affronter lors d’un concours d’orthographe destiné aux jeunes francophones du Grand Toronto. Pour rappel, ils étaient 200 l’année passée.

Une participation importante qui montre que la jeunesse d’aujourd’hui a à coeur de savoir écrire sans faute.

Des jeunes de toutes les francophonies

Le concours rassemblait des élèves de la 1re à la 8e année des conseils scolaires Viamonde et MonAvenir, mais aussi des jeunes d’écoles d’immersion ou d’établissements montréalais venus expressément pour le concours. Nous avons aussi retrouvé une vingtaine d’élèves du conseil scolaire anglophone de Toronto, le TDSB.

Les vainqueurs sont: Yonael Teclema (école Saint-Nicolas à Milton), Jason Youbis (Sainte-Jeanne-d’Arc, Brampton), Chris-Freddy Tchuenteu (Sainte-Jeanne-d’Arc), Laurene Kamga (Saint-Nicolas), Ndira Juompan (école Euréka, conseil scolaire de Laval au Québec), Amara Meerun (Carrefour des jeunes, Brampton), Merveille Mbeki (Père-René-de-Galinée, Cambridge), Ketelyn Cheung (Sainte-Famille).

Les élèves de Viamonde se sont distingués en remportant 21 prix sur 40, soit plus de la moitié des récompenses disponible.

Des règles précises

Certaines catégories voyaient s’affronter une cinquantaine de candidats. Mais pour chaque classe, seulement les 5 premiers étaient félicités. Les trois premiers de chaque catégorie se voyait remettre un chèque d’une valeur variant entre 50 et 200$.

Un mois avant le concours, une liste de 200 mots a été partagée avec les participants afin qu’ils puissent s’entraîner.

Mais certains enfants étaient si bien préparés que le jury – composé de quatre personnalités du corps enseignant – a dû utiliser une liste secrète de mots pour départager les candidats.

La première phase a permis de sélectionner les 10 meilleurs de chaque catégorie. Ensuite ont pu commencer les phases éliminatoires.

Pour être qualifier en phase éliminatoire, il fallait être capable d’épeler trois mots tirés au hasard au préalable sans faire aucune faute.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Donald Ipperciel quitte Glendon mais reste à York

Il va développer «l’université numérique»
En lire plus...

18 juin 2018 à 17h27

Avec «Crée ton université», l’UOF inclut les jeunes

crée ton université
Clôture des candidatures ce mercredi 20 juin
En lire plus...

18 juin 2018 à 16h25

Le Prix Jeanne Sabourin à Claude Guilmain

Prix Jeanne Sabourin
9e Gala Reconnaissance de Théâtre Action
En lire plus...

18 juin 2018 à 15h59

Accueil «par et pour» les francophones à l’aéroport Pearson

Une initiative à répéter dans d’autres aéroports au pays
En lire plus...

18 juin 2018 à 14h59

Marche gastronomique dans Chinatown

Dix plats dans six restos en deux heures et demie
En lire plus...

18 juin 2018 à 10h00

Quand les « indiennes » ont révolutionné la mode européenne

Pour saisir le sens et l’importance d’une découverte, il faut se replacer à l’époque où celle-ci a été faite. En Europe, dans le passé,...
En lire plus...

17 juin 2018 à 11h00

Errer entre deux mondes

Guy Bélizaire vient de publier À l’ombre des érables et des palmiers, un recueil de nouvelles dont certaines sont écrites au « je ». Est-ce une...
En lire plus...

17 juin 2018 à 9h00

Quiz : Le lundi de la matraque

quiz
Ça brassait au Québec dans les années 60-70: le Lundi de la matraque en est un épisode mémorable.
En lire plus...

17 juin 2018 à 7h00

Suer pour rester en santé

santé
Recherche et activité physique : un demi-siècle de médecine préventive
En lire plus...

La schizophrénie du placenta

On savait déjà que les sources de la schizophrénie étaient en partie génétiques. Et une hypothèse veut depuis longtemps que des complications pendant la...
En lire plus...

16 juin 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur