Come From Away : une belle histoire d’entraide canadienne

Au théâtre Elgin jusqu'en décembre

Une scène de Come From Away. (Photo: Matthew Murphy)
Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est l’été à Toronto. Vous n’avez pas de chalet dans les Muskoka. Vous n’avez pas les moyens de vous payer des vacances à l’extérieur du pays. Bref, vous êtes pris au centre-ville sous la chaleur et l’humidité. Que faire pour se divertir un peu dans cette cité de bitume et de béton?

Dîner en compagnie de votre bien-aimé(e) ou d’amis, suivi d’un soirée au théâtre, pourrait bien faire l’affaire.

Et voilà que vous vous retrouvez à l’Elgin, un petit joyau historique de Toronto, en face du Centre Eaton, assis dans vos fauteuils bien rembourrés, prêts à assister à la comédie musicale de Michael Robinoff, Come From Away, présentée par Mirvish jusqu’en décembre.

En attendant le début de Come From Away au théâtre Elgin.

À Gander un certain 11 septembre

Récipiendaire de nombreux prix et accolades, le spectacle raconte en quelque 100 minutes les événements historiques du 11 septembre 2001 qui sont venus bouleverser la vie tranquille des gens de Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador.

D’une simplicité qui rappelle presque la scène d’une pièce montée par des élèves du secondaire (du moins dans ma jeunesse), le plateau nous place en pleine nature, sans donner d’indices particuliers sur l’histoire qui y sera racontée.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et cette histoire est si bien racontée.

Une scène de Come From Away. (Photo: Matthew Murphy)

7000 passagers accueillis

Nous sommes entraînés à travers les six jours qui ont vu quelque 7 000 passagers d’avions détournés à Gander être accueillis par des «villageois» qui ont su tout faire pour les mettre à l’aise et pourvoir à tous leurs besoins jusqu’à ce qu’ils puissent reprendre les airs vers leur destination originale.

La grande beauté de cette pièce repose dans la simplicité du plateau qui se transforme tantôt en habitacle d’avion, en Tim Horton’s de Gander, en bureau du maire et en centre récréatif, sans jamais avoir à changer la scène en tant que telle.

Les acteurs savent nous transporter dans une multitude de situations et jouer avec nos émotions, nous faisant autant rire aux éclats que grincer des dents quand on réalise l’angoisse que toutes ces personnes ont vécue.

Eliza-Jane Scott dans Come From Away. (Photo: Matthew Murphy)

Superbes artistes

Autre point fort intéressant est l’absence de «vedette». Tous les acteurs jouent leurs rôles sans prendre la sellette. Tout s’exécute sans le moindre petit «hic».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et que dire de la musique! Le groupe de musiciens est dissimulé en arrière-scène et complémente très bien les émotions que l’on ressent tout au long du récit. En finale, on se fait traiter par une bonne «gigue» qui vous fait taper des pieds et des mains.

Bref, Come From Away vous fera vivre une série d’émotions et vous en ressortirez bien fiers de ce que nos compatriotes canadiens ont su faire pour aider de purs étrangers.

J’espère que vous l’apprécierez autant que moi et que vous passerez une superbe soirée. C’est à mon avis, un petit joyau présenté par de superbes artistes.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur