Collectionophilie…


25 mars 2008 à 12h23

Est-ce que je me trompe en disant qu’on connaît tous quelqu’un qui collectionne quelque chose? Peut-être êtes-vous vous-même un collectionneur ou une collectionneuse? Il y a tellement de trucs à collectionner qu’on ne soupçonne pas que la langue française ait fait une place à tous ces passionnés, peu importe l’objet de leur fascination.

Bien sûr, les dictionnaires ont déjà admis les philatélistes, les numismates ou les bibliophiles. Ce que l’on sait moins, c’est que plusieurs néologismes ont été formés justement pour désigner l’action de collectionner plusieurs autres objets ou pour identifier les collectionneurs en question. Souvent, la formation de ces mots est initiée par des groupes de collectionneurs partageant une même passion.

L’Office québécois de la langue française consacre certains articles de sa Banque de dépannage linguistique aux appellations de collectionneurs ou au fait de collectionner près de 200 objets, tous plus originaux les uns que les autres.

Je n’aime pas trop les chroniques dans lesquelles je vous sers des énumérations parfois interminables, mais il y a trop de trouvailles étonnantes pour que je m’en prive cette fois-ci!

Commençons par certaines collections liées au monde animal. Un collectionneur de serpents ou de reptiles est un erpétologiste et il pratique l’erpétologie. S’il aime les tortues, alors ce sera un khélonéphile (khélonéphilie) et on peut aussi l’écrire chélonéphile. Un passionné des papillons est un lépidoptérophile (lépidoptérophilie) et un collectionneur d’insectes est un entomologiste (entomologie). Jusqu’ici, pas de problème.

Il y a aussi les collections classiques: la stylobiliaphilie (stylos à bille), la copocléphilie (porte-clés), la plangonophilie (poupées), la digitabuphilie (dés à coudre) ou l’arctophilie (ours en peluche). Peut-être croisez-vous aussi des cochliophiles (collectionneurs de cuillères), des cumixaphilistes (allumettes) ou des stickophiles (autocollants)?

Si vous conservez précieusement tous les numéros de L’Express, vous êtes un gazettophile. Vous aimez les bandes dessinées au point de les collectionner? Cela fait de vous un bédéphile.

Si vous courez après les autographes et les dédicaces, on vous désignera comme étant un autographiste ou un autographiliste. Les collectionneurs de briquets sont des pyrophiles. Ceux qui aiment les cloches sont des campanophiles ou des clochephilistes. Vous accumulez les coquillages? Alors vous êtes un conchyliophile ou un conchyophile.

Si vous aimez les livres anciens, on vous appellera bibliophile. Si ce sont les livres ordinaires qui vous intéressent, alors vous pratiquez la bibliomanie. Les images pieuses sont l’objet de collection des canivettistes, donc des adeptes de la canivetie. Enfin, si ce sont les figurines et les soldats que vous accumulez, vous êtes un pixiphiliste ou un figuriniste.

Vous allez en voyage et vous ramenez toujours des souvenirs? Alors vous êtes un mnémophile. Le terme est assez général. Si ce sont, par exemple, des cartes postales que vous collectionnez, cela fait de vous un cartophile.

Mais la cartophilie ne concerne pas les cartes téléphoniques, les cartes routières ou les cartes à puces. Il y a d’autres termes encore plus précis pour ces collections et ces collectionneurs.

Si vous aimez tout ce qui concerne Tintin, vous êtes un tintinophile. Et si ce sont les Schtroumpfs qui vous allument, alors vous êtes un schtroumphile. Sans blague.

Dans la catégorie des objets d’utilité courante, on trouve par exemple les salinopépériphiles (salières et poivrières), les saponiphiles ou saponiphilistes (savon), les cervalobélophiles (sous-verres de bière), les ésitériophiles (tickets de métro), les vélocipèdistes (bicyclettes), les atramantophiles (encriers), les pressophiles (fers à repasser), les lécythiophiles (flacons de parfum) ou les iconomécanophiles (appareils photographiques).

Il est possible que vous accumuliez les sacs pour en faire une collection. S’ils sont en papier, alors vous vous adonnez à la saccupapietophilie. S’ils sont en plastique, alors il s’agit de la saccuplastikophilie.

Vous vous doutez bien que je me suis gardé le dessert pour la fin… Voici les plus inusitées des collections ou les mots les plus étrangement formés.

Si vous recherchez toujours le premier numéro de différents périodiques, alors vous êtes un cocoframophiliste. Vous collectionnez les tabatières? Alors vous pratiquez la buxidanicophilie. Les carreaux de sucre emballés? Vous êtes périsaccharophile. Si ce sont les taille-crayons qui vous passionnent, vous êtes un molubdotémophile.

Amateur de whisky et de tout ce qui s’y rattache? On vous fera whiscophile. Tant qu’à être dans l’alcool, vous serez un placomusophile lorsque vous collectionnerez les bouchons de bouteilles de champagne.

Vous aimez le papier? Vous pourriez alors être bolducadopapiphile (papiers et emballages cadeaux), pictopublicéphile (papiers publicitaires) ou même latrinapapirophile (papier de toilette). Dans le même ordre d’idées que la latrinapapirophilie, vous pourriez être pissadouphiliste et collectionner les pots de chambre.

Trois termes désignent les collectionneurs de tire-bouchons: hélixpomaphiliste, hélitapophiliste et pomelkophile. Si vous vous passionnez pour les calendriers, vous êtes éphécalarophile. Vous avez une passion pour les cure-dents? Alors vous êtes dentiscalpiste. Et si vous aimez les coquilles d’œufs, vous êtes oologiste.

On a même pris la peine de donner un nom à ceux qui collectionnent les œufs-surprises de Kinder: on les appelle kindermaniaques. Même chose pour les jeux et jouets de chez McDonald’s, qui sont collectionnés par les mcdoludophiles. Incroyable, non?

Enfin, on a même pris soin d’ajouter dans la liste des collections le domjuanisme qui, vous vous en doutez bien, désigne le fait de «collectionner» les conquêtes amoureuses avec les femmes. Le «collectionneur» en question est un dom juan, tout simplement.

On aura décidément tout vu!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Sur la route de la diaspora francophone nord-américaine

Musée de l'Amérique francophone
La petite mais riche exposition PARTIR au Musée de l'Amérique francophone à Québec
En lire plus...

20 juillet 2018 à 12h00

D’un océan à l’autre en Citroën 1923

Christian Darrosé
Parti de Vancouver, Christian Darrosé est en route pour Terre-Neuve
En lire plus...

20 juillet 2018 à 10h00

Une étoile avalée par un trou noir

trou noir avale étoile
À 150 millions d’années-lumière de la Terre
En lire plus...

Des animaux nuisibles, mais intelligents

écureuil
Rats, écureuils et corbeaux apprennent au contact des humains
En lire plus...

Effet placébo : ça marche même en dormant !

médecine
Moins de douleur, d’anxiété et de troubles du sommeil après l'application d'une fausse crème anti-douleur
En lire plus...

19 juillet 2018 à 12h30

Utilise-t-on trop de pesticides ?

environnement
Il importe de mieux contrôler les organismes nuisibles, mais il n’est peut-être pas nécessaire d’épandre à tous les coups
En lire plus...

19 juillet 2018 à 7h00

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Défi démographique «alarmant» pour les Franco-Ontariens

Commissariar aux services en français de l'Ontario
François Boileau se projette dans l’avenir
En lire plus...

18 juillet 2018 à 15h00

Des portraits d’écrivains qui juxtaposent le réel et le surréaliste

Face à face
Face à face avec Mathieu Laca à la galerie Thompson Landry
En lire plus...

18 juillet 2018 à 12h00

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur